L’histoire de Joseph Smith donne la date exacte du rétablissement de la Prêtrise d’Aaron, mais pas celle du rétablissement de la Prêtrise de Melchisédek. Larry C. Porter s’est efforcé de déterminer avec le plus de précision possible la période de temps où cet événement s’est produit.

Datation du rétablissement de la Prêtrise de Melchisédek
par Larry C. Porter
Ensign, juin 1979, pp. 5-10

Quand il revint à l'Église en 1848, après une absence de dix ans, Oliver Cowdery rendit témoignage, devant un auditoire de conférence à Kanesville, Iowa, du rétablissement de la Prêtrise de Melchisédek. Reuben Miller, converti depuis deux ans, prit note du témoignage d'Oliver :

« J'étais présent avec Joseph quand un saint ange de Dieu est descendu du ciel et a conféré ou rétabli la Prêtrise d'Aaron et a dit à ce moment-là qu'elle resterait sur la terre aussi longtemps que celle-ci existerait. J'étais également présent avec Joseph quand la Prêtrise de Melchisédek a été conférée par les saints anges de Dieu - prêtrise que nous nous sommes alors confirmée mutuellement par la volonté et le commandement de Dieu. Cette prêtrise restera également sur la terre jusqu'à la fin des temps. Nous avons conféré cette sainte prêtrise à beaucoup de personnes et elle est tout aussi bonne et valide que si Dieu l’avait conférée en personne [1]. »

L’octroi de la prêtrise à Joseph Smith et à Oliver Cowdery était une exigence fondamentale pour le rétablissement de l'Église. Mais si nous connaissons la date exacte à laquelle la Prêtrise d'Aaron a été rétablie, nous ne disposons pas de la même information en ce qui concerne le rétablissement de la Prêtrise de Melchisédek.

Cependant, en examinant les Écritures et les documents de l’époque, nous pouvons assembler quelques pièces de ce puzzle historique pour obtenir une date relativement précise de cet événement.

Lors de sa première visite au prophète Joseph, le 21 septembre 1823, l’ange Moroni cita une prophétie biblique selon laquelle l’autorité de la prêtrise serait rétablie : « Voici, je vous révélerai la Prêtrise par la main d'Élie, le prophète, avant que le jour de l'Éternel arrive, ce jour grand et redoutable. » (JS - H 1:38 ; voir aussi Malachie 4:5.) (Par la suite, une succession de messagers, notamment Élie, apporta plus tard des clefs spécifiques de la prêtrise au prophète [2].) Le lendemain, 22 septembre 1823, Moroni rencontra Joseph à la colline Cumorah et réitéra sa promesse de l’investir du pouvoir de la prêtrise :

« Quand elles [les plaques d'or] auront été interprétées, le Seigneur donnera la sainte prêtrise à certains et ils commenceront à proclamer cet Évangile et à baptiser d'eau, et ensuite ils auront le pouvoir de donner le Saint-Esprit par l’imposition des mains [3]. »

L'accomplissement préliminaire de cette déclaration eut lieu six ans plus tard, le 15 mai 1829, quand le prophète Joseph et son secrétaire, Oliver Cowdery, étaient occupés à traduire les plaques du Livre de Mormon. Inspirés par une notion rencontrée au cours de leur travail, ils se rendirent dans les bois près de la ferme de Joseph dans l’arrondissement d'Harmony, comté de Susquehanna, Pennsylvanie, pour prier. Oliver Cowdery raconte les résultats de cette supplique :

« Tout à coup, comme si elle venait du sein de l'éternité, la voix du Rédempteur apaisa notre esprit. Le voile fut soulevé, et l'ange de Dieu descendit, revêtu de gloire, et remit le message tant attendu et les clefs de l'Évangile de repentir ! [4] »

Joseph Smith dit que le messager leur conféra la Prêtrise d'Aaron. Il expliqua que la prêtrise « n'avait pas le pouvoir d'imposer les mains pour le don du Saint-Esprit, mais que cela nous serait conféré plus tard » (JS - H v. 70). Après s’être identifié comme étant Jean-Baptiste, le messager précisa en outre « qu'il agissait sous la direction de Pierre, Jacques et Jean, lesquels détenaient les clefs de la Prêtrise de Melchisédek, Prêtrise qui, dit-il, nous serait conférée en temps voulu. » (JS - Histoire v. 72).

Les Doctrine et Alliances attestent en plusieurs endroits que la prêtrise supérieure fut rétablie plus tard. À la section 27 (août 1830), le Seigneur mentionne le rétablissement de la Prêtrise de Melchisédek comme quelque chose qui a déjà eu lieu. Il parle de « Pierre, Jacques et Jean, que je vous ai envoyés, par lesquels je vous ai ordonnés et confirmés pour que vous soyez apôtres et témoins spéciaux de mon nom, et pour que vous portiez les clefs de votre ministère et des mêmes choses que je leur ai révélées » (D&A 27:12).

À la section 20, donnée quatre mois plus tôt (avril 1830), le Seigneur mentionne l’ordination précédente de Joseph et d'Oliver à la prêtrise, parlant des commandements qui « furent donnés à Joseph Smith, fils, qui fut appelé par Dieu et ordonné apôtre de Jésus-Christ, pour être le premier ancien de l'Église; et à Oliver Cowdery, qui fut aussi appelé par Dieu comme apôtre de Jésus-Christ, pour être le deuxième ancien de l'Église et ordonné sous sa main » (D&A 20:2-3).

Mais la mention scripturaire la plus ancienne se rapportant à l’octroi de la prêtrise supérieure se trouve à la section 18, datée d’une année plus tôt, en juin 1829. Comme préface à cette section, le prophète écrit dans son histoire : « Le commandement suivant illustrera encore davantage la nature de notre appel à cette prêtrise, aussi bien que de celui d'autres qui devaient encore être recherchés » (History of the Church, 1:61-62 ; italiques ajoutés). Les versets qui suivent montrent qu’entre-temps, Joseph et Oliver avaient déjà reçu la Prêtrise de Melchisédek et que David Whitmer avait également reçu le commandement de remplir les fonctions d’apôtre. Le Seigneur dit : « Et maintenant, Oliver Cowdery, c'est à toi que je parle, ainsi qu'à David Whitmer, à titre de commandement; car voici, je commande à tous les hommes de partout de se repentir, et je vous parle comme j'ai parlé à Paul, mon apôtre, car vous recevez le même appel que lui » (D&A 18:9 ; italiques ajoutés). Pour expliquer ce nouveau fait, le président Brigham Young a dit aux saints : « Joseph Smith, Oliver Cowdery et David Whitmer ont été les premiers apôtres de notre dispensation, bien que dans les premiers temps de l'Église David Whitmer ait perdu sa place » (Journal of Discourses, 6:320). David affirma qu'il avait reçu une ordination dans la prêtrise par le prophète Joseph dès le mois de juin 1829 [5].

Bien que le chapeau de la section 18 ne précise pas de jour en juin, il est possible de situer le rétablissement de la Prêtrise de Melchisédek entre celle de la Prêtrise d'Aaron (le 15 mai 1829) et la date de cette révélation (juin 1829). Dans une lettre datée du 14 juin 1829, Oliver Cowdery écrit de Fayette, New York, à Hyrum Smith, frère du prophète, qui réside alors dans l’arrondissement de Manchester, comté d'Ontario, New York. La lettre est importante parce qu'une grande partie de la formulation est parallèle aux idées que l’on trouve à la section 18 ; la date de la lettre nous aide donc à déterminer avec plus de précision la date de la révélation. Un coup d’œil sur les ressemblances incontestables entre la lettre d'Oliver et la révélation donne fortement à penser qu'Oliver connaît le contenu de la section 18 au moment où il écrit à Hyrum le 14 juin :

D&A 18:10-14, 21-25 :

10 Souvenez-vous que les âmes ont une grande valeur aux yeux de Dieu.
11 Car voici, le Seigneur, votre Rédempteur, a souffert la mort dans la chair; c'est pourquoi, il a éprouvé les souffrances de tous les hommes, afin que tous les hommes puissent se repentir et venir à lui.
12 Et il est ressuscité des morts afin d'amener tous les hommes à lui, à condition qu'ils se repentent.
13 Et comme sa joie est grande pour l'âme qui se repent!
14 C'est pourquoi vous êtes appelés à inviter ce peuple au repentir.
21 Prenez sur vous le nom du Christ et dites la vérité avec simplicité.
22 Et tous ceux qui se repentiront et seront baptisés en mon nom, qui est Jésus-Christ, et persévéreront jusqu'à la fin, ceux-là seront sauvés.
23 Voici, Jésus-Christ est le nom qui est donné par le Père, et il n'y a aucun autre nom qui ait été donné par lequel l'homme puisse être sauvé.
24 C'est pourquoi, tous les hommes doivent prendre sur eux le nom qui est donné par le Père, car c'est en ce nom qu'ils seront appelés au dernier jour.
25 C'est pourquoi, s'ils ne connaissent pas le nom par lequel ils sont appelés, ils ne peuvent pas avoir de place dans le royaume de mon Père.

Lettre d’Oliver à Hyrum

« Cher frère Hyrum,

« Je vous écris ces quelques lignes dans mon vif désir de vous voir rester ferme dans la grande cause que vous avez été appelé à défendre et aussi parce que j’estime de mon devoir de vous écrire chaque fois que j’en ai l’occasion. Rappelez-vous que les âmes ont une grande valeur aux yeux de Dieu. Car voici, le Seigneur, votre Rédempteur, a souffert la mort dans la chair; c'est pourquoi, il a éprouvé les souffrances de tous les hommes, afin que tous les hommes puissent se repentir et venir à lui. Et il est ressuscité des morts afin d'amener tous les hommes à lui, à condition qu'ils se repentent. Et comme sa joie est grande pour l'âme qui se repent! Et voici, il commande à tous les hommes de partout de se repentir et [être] baptisés et non seulement les hommes mais aussi les femmes et les enfants qui sont arrivés à l’âge de responsabilité. Éveillez l’esprit de nos amis pour le moment où nous irons à vous, afin qu’ils soient disposés à prendre sur eux le nom du Christ car c'est le nom par lequel ils seront appelés au dernier jour et je crains que si nous ne connaissons pas le nom par lequel nous sommes appelés, nous serons trouvés à sa gauche. J'ai beaucoup de choses à écrire, mais si le Seigneur le veut, j’irai sous peu vers vous. Dites à Mme [M. ?] Rockwell que les chaussures me vont bien et que je les ai reçues comme venant du Seigneur. Dites-lui que quoi qu’il fasse dans la cause de Sion, il ne perdra en aucune façon sa récompense… [6] »

Oliver cite manifestement la révélation existante ou s’y réfère. Si cette déduction est correcte, la date de cette lettre, le 14 juin 1829, réduit encore plus la période de temps au cours de laquelle le rétablissement a pu avoir lieu - entre le 15 mai et le 14 juin, une fourchette d’un mois seulement.

Il y a des raisons de penser que l’on peut réduire cette fourchette davantage encore. Du fait d’une nette augmentation de l’opposition à leur travail de traduction et d'autres activités dans la région d’Harmony, Joseph et Oliver commencèrent à rechercher un endroit sûr pour terminer la traduction du Livre de Mormon. Oliver écrivit à son ami, David Whitmer, pour lui demander de les aider.

David dit plus tard que dans la lettre, Oliver lui dit « de descendre en Pennsylvanie et de les amener, Joseph et lui, chez [son] père, donnant comme raison à cela qu'ils avaient reçu un commandement de Dieu dans ce sens. [Il descendit] à Harmony et trouv[a] tout exactement comme ils [le lui] avaient écrit [7]. » Selon les écrits de Joseph Smith, ils allèrent à la ferme de Whitmer « au début du mois de juin » (History of the Church, 1:48-49). Le récit de David Whitmer confirme celui du prophète Joseph : « La traduction chez mon père a pris environ un mois, c’est-à-dire du 1er juin au 1er juillet 1829 [8]. » Si l’on peut prendre littéralement la date du 1er juin donnée par le compte rendu de David, Joseph et Oliver étaient déjà arrivés à Fayette à cette date.

C'est un indice important parce que Pierre, Jacques et Jean sont apparus à Joseph quelque part entre la ferme de Joseph à Harmony, Pennsylvanie, et Colesville, New York - qui sont toutes deux considérablement au sud de Fayette. Il semble, par conséquent, que la visitation ait eu lieu avant que Joseph, Oliver et David ne se soient mis en route vers le nord dans la direction de Fayette, pour y arriver le 1er juin.

Une question que l’on peut évidemment se poser ici, c’est si la prêtrise a été rétablie tandis que le groupe se rendait d’Harmony à la ferme de Whitmer - peut-être en passant chez leurs amis à Colesville. David Whitmer, répond implicitement non à cette question. Orson Pratt posera directement la question à David : « Pouvez-vous dire à quelle date l'apostolat a été conféré à Joseph par Pierre, Jacques et Jean ? » David répondra : « Je ne sais pas, Joseph ne me l'a jamais dit. Je peux seulement vous dire ce que je sais, parce que je ne veux pas témoigner de quelque chose que je ne sais pas [9]. » Il découle de la réponse de David que l'événement n'a pas eu lieu à un moment où celui-ci était présent ni même dans le voisinage immédiat - il a donc dû se produire avant que les trois hommes ne se mettent en route.

Le voyage de David de Fayette à Harmony avait pris trois jours environ [10]. Si nous admettons qu’il a fallu le même temps pour le voyage de retour et que c’est effectivement le 1er juin qu’ils sont arrivés chez Whitmer, on pourrait rogner au moins deux et probablement trois jours supplémentaires de la fin du mois du mai 1829, ce qui réduirait d’autant la période probable du rétablissement ; la visitation a donc probablement eu lieu entre le 15 mai et les environs du 29 mai 1829.

Il y a encore une autre question qu’il faut poser : Joseph Smith et Oliver Cowdery ont-ils accompagné David jusqu’à la ferme Whitmer, et cela simplement pour retourner à Harmony pendant le mois de juin ? Si oui, l'événement a pu se produire pendant une visite de retour.

Compte tenu des exigences imposées par la poursuite de la traduction du Livre de Mormon, du fait qu’ils ont obtenu le copyright le 11 juin (bien que ceci aurait sans doute pu se faire par correspondance), de la lettre précédemment mentionnée d'Oliver écrite le 14 juin de Fayette à Hyrum Smith et de leurs nombreuses activités de prosélytisme dans la région, il est peu probable que Joseph Smith et Oliver aient eu le temps de retourner à la Susquehanna au cours de ce mois. Joseph Smith explique dans le détail à quel point ils étaient occupés à Fayette pendant le mois de juin :

« Nous avons trouvé les gens du comté de Seneca généralement amicaux et disposés à s’informer de la véracité de ces choses étranges qui commençaient maintenant à s’ébruiter. Beaucoup nous ont ouvert leur maison pour nous donner l’occasion de rencontrer nos amis afin de les instruire et de leur donner des explications. Nous en avons rencontré de temps en temps beaucoup qui étaient disposés à nous écouter et qui désiraient découvrir la vérité telle qu’elle est en Christ Jésus et étaient apparemment disposés à obéir à l'Évangile, une fois convaincus et en ayant eu le cœur net ; et en ce même mois de juin, mon frère Hyrum Smith, David Whitmer et Peter Whitmer, fils, ont été baptisés dans le lac Seneca, les deux premiers par moi, le dernier par Oliver Cowdery. À partir de ce moment-là, beaucoup sont devenus croyants et certains ont été baptisés tandis que nous continuions à instruire et à persuader tous ceux qui venaient se renseigner » (History of the Church, 1:51).

Je crois qu’à cause de toutes ces choses qu’ils avaient à faire, le prophète Joseph et Oliver étaient trop occupés au comté de Seneca pour retourner à Harmony pendant le mois de juin 1829. Par conséquent, une fois que nous mettons ensemble tous les renseignements que nous avons maintenant, nous constatons que la date du rétablissement de la Prêtrise de Melchisédek doit se situer entre le 15 et les environs du 29 mai 1829.

Il est plus facile répondre la question de savoir où la prêtrise a été rétablie que quand. En remuant ses souvenirs des événements singuliers de cette période, le prophète écrit : « La voix de Pierre, Jacques et Jean [s’est fait entendre] dans la nature entre Harmony, comté de Susquehanna, et Colesville, comté de Broome, sur la rivière Susquehanna, se déclarant possesseurs des clefs du royaume et de la dispensation de la plénitude des temps! » (D&A 128:20). À mon avis, la visitation s’est produite tandis que Joseph Smith vivait encore à Harmony (avant de faire le voyage jusqu’à la ferme Whitmer) pendant l'un de ses voyages à Colesville pour rendre visite à la famille de Joseph Knight.

Tandis que Joseph Smith et Oliver Cowdery étaient plongés dans la traduction du Livre de Mormon à Harmony pendant les mois d’avril et mai 1829, l'urgence qu’ils ressentaient de terminer ce travail (qui avait déjà été retardé par la perte de 116 pages de manuscrit) ne leur laissait guère de temps pour se livrer aux activités quotidiennes nécessaires pour se procurer de quoi vivre. Bien que la famille d'Isaac Hale ait été en mesure de les aider financièrement, Joseph Knight, père, écrit : « Le père et la famille de sa femme étaient tous contre lui et ne voulaient pas l’aider [11]. » Cette difficulté fut considérablement allégée par la générosité exceptionnelle de la famille Knight, qui en plus d'une occasion leur fournit de la nourriture et même le papier pour le manuscrit.

Joseph Smith, on peut le comprendre, avait une affinité spéciale pour la famille Knight et ce sentiment était réciproque. Joseph Knight, père, avait montré dès le début un intérêt véritable pour le travail du prophète, ayant été présent chez Smith à Manchester, le 22 septembre 1827, quand Joseph avait obtenu pour la première fois les plaques d'or à la colline de Cumorah. Le prophète parcourut un certain nombre de fois les quarante-cinq kilomètres qui séparaient Harmony de la ferme Knight, qui se trouvait en face du village de Nineveh, sur la rive orientale de la Susquehanna, dans l’arrondissement de Colesville, comté de Broome, New York. Il est probable que c’est une de ces visites faites par Joseph et Oliver qui a été à l’origine du rétablissement de la Prêtrise de Melchisédek.

Une expérience mise par écrit par Addison Everett [12] peut nous donner quelques éclaircissements supplémentaires sur les circonstances immédiates de cet événement spécial. En 1881, dans une correspondance entre lui-même et Oliver B. Huntington, frère Everett déclare :

« J'ai entendu la conversation suivante entre Joseph et Hyrum quelques jours avant leur martyre… Il était question d’Oliver Cowdery et Joseph a dit qu’à Coalville [Colesville] Oliver et lui avaient été mis en état d'arrestation, accusés de tromper les gens et devant le tribunal il a dit que le premier miracle qui ait été accompli a été de créer cette terre. À ce moment-là son avocat a dit à la cour qu'il voulait voir M. Smith quelques instants en particulier. Une fois seuls, M. Reid a dit qu'il y avait des émeutiers devant la maison et, levant la fenêtre, Joseph et Oliver sont allés dans les bois proches ; c’était la nuit, et ils ont marché jusqu'à ce qu'Oliver soit épuisé et Joseph a presque dû le porter dans la boue et l'eau. Ils ont voyagé toute la nuit et juste au point du jour, Oliver s’est complètement effondré et s’est exclamé : O Seigneur, combien de temps, frère Joseph, allons-nous devoir supporter cela ?

« Frère Joseph a dit que c’est exactement à ce moment-là que Pierre, Jacques et Jean leur sont apparus et LES ONT ORDONNÉS à l'APOSTOLAT.

« Ils avaient 26 ou 27 kilomètres à faire pour arriver chez M. Hale, son beau-père, et Oliver ne s’est plus plaint d’être fatigué.

« Maintenant, frère Huntington, je vous ai dit ce que j'ai entendu frère Joseph dire presque la dernière fois que je l'ai entendu parler.

« C'est pour moi une source de satisfaction et de plaisir d’avoir vu et entendu le prophète de Dieu [13]. »

Nous ne pouvons accepter les éléments de ce récit qu’avec des réserves. John Reid, qui est mentionné dans l'histoire, a participé au procès de Joseph Smith de juin-juillet 1830, un an plus tard. Il n’est pas sûr qu’Addison Everett ait été capable de séparer les faits et de ne pas fusionner les événements des deux étés.

Cependant, en ce qui concerne la fuite devant les ennemis, Erastus Snow a fait un récit semblable en 1882, lors d’une conférence à Logan, Utah :

« En temps voulu, comme nous l’avons lu dans l'histoire qu'il [Joseph] a laissée, Pierre, Jacques et Jean lui sont apparus - c’était à une époque où ils étaient poursuivis par leurs ennemis et ils avaient dû marcher toute la nuit, et à l'aube du jour suivant, alors qu’ils étaient épuisés, qui allait leur apparaître sinon Pierre, Jacques et Jean, pour leur conférer l'apostolat, dont ils avaient eux-mêmes détenu les clefs de leur vivant sur la terre, qui leur avait été conféré par le Sauveur. Cette prêtrise, que ces trois messagers leur ont conférée, englobe tous les offices de la prêtrise du plus élevé jusqu’au plus bas. » (Journal of Discourses, 23:183.)

Comme frère Snow et frère Everett étaient contemporains dans la région de St-George, nous ne pouvons pas être sûrs si c'est une expérience que frère Everett avait racontée à l'apôtre ou s’ils l'ont connue indépendamment l’un de l’autre. Quoi qu’il en soit, il est évident que frère Snow pensait que l’histoire était vraie.

Certains chercheurs pensent qu'un incident rapporté par Joseph Smith en 1842, ayant certaines ressemblances avec le récit d'Everett, pourrait avoir trait à la période du rétablissement et aider à classifier le récit d'Everett. Le prophète écrit :

« Quand j'ai commencé cette œuvre et que j’ai amené deux ou trois personnes à croire, j’ai fait une cinquantaine de kilomètres avec Oliver Cowdery pour les voir. Nous n’avions qu’un cheval pour nous deux. Quand nous sommes arrivés, une centaine d’émeutiers nous ont attaqués avant que nous ayons eu le temps de manger et nous ont pourchassés toute la nuit ; et nous sommes revenus [à Harmony] après l’aube, après avoir fait une centaine de kilomètres en tout, et sans nourriture. J'ai souvent voyagé toute la nuit pour voir les frères ; et, en voyageant pour prêcher l'Évangile parmi des étrangers, j’ai souvent été renvoyé sans nourriture. » (History of the Church, 5:219.)

Ce récit, qui est très proche de l'expérience du prophète, s'est produit un an après, en 1830, et n’a rien à voir, à mon avis, avec le rétablissement de la Prêtrise de Melchisédek. En juillet 1830, Joseph et Oliver retournèrent à Colesville pour procéder à des confirmations, mais ils se trouvèrent face à des émeutiers. Les deux hommes jugèrent plus prudent de se sauver, écrit Joseph, « sans même attendre une collation » (History of the Church, 1:97).

Aussi intéressante que puisse être la recherche des détails, le plus important, c’est, bien entendu, que la prêtrise a été rétablie. En parlant plus tard du rétablissement de la Prêtrise de Melchisédek, Oliver Cowdery était davantage préoccupé par les ramifications de l'événement que par le moment et les circonstances. Parmi ses déclarations sur la question, il y a une réponse très positive à Phineas H. Young. Dans une lettre écrite de Tiffin, Ohio, en 1846, Oliver dit à son ami : « J'ai caressé l’espoir, et c’est l’un de mes espoirs les plus chers, de pouvoir laisser une réputation telle que ceux qui pourraient croire en mon témoignage, lorsque j’aurai été rappelé auprès de Dieu, y croient, non seulement à cause de la vérité, mais n’aient pas à rougir de la réputation privée de l'homme qui a rendu ce témoignage. » Il dit en outre à Phineas : « C’est un domaine dans lequel je suis sensible, je le reconnais, mais je devrais l’être - vous le seriez, dans ces circonstances, si vous vous étiez tenu en la présence de Jean, avec notre frère Joseph décédé, pour recevoir la Moindre Prêtrise - et en la présence de Pierre, pour recevoir Prêtrise Supérieure, et contemplé l’avenir et été témoin des effets que ces deux doivent produire [14]. »

Oliver est encore plus formel dans une déclaration qu'il écrivit pour Samuel W. Richards tandis qu'il était chez ce dernier comme invité le 13 janvier 1849. Oliver et son épouse, Elizabeth Ann Whitmer, avaient quitté Council Bluffs et étaient en route pour le comté de Ray, Missouri, pour rendre visite à David Whitmer, frère d’Elizabeth, quand une tempête de neige les força à chercher refuge auprès de la famille Richards. Les Cowdery y restèrent pendant près de quinze jours et, pendant ce temps, Oliver Cowdery écrivit les lignes suivantes à la demande de son hôte :

« Tandis que les ténèbres couvraient la terre et des ténèbres épaisses les hommes, longtemps après que l'autorité d’administrer dans les choses saintes a été retirée, le Seigneur a ouvert les cieux et a proclamé sa parole pour le salut d'Israël. En accomplissement de l'Écriture sacrée, l'Évangile éternel a été proclamé par l'ange puissant (Moroni) qui, revêtu de l'autorité de sa mission, a rendu gloire à Dieu dans les lieux très hauts. Cet Évangile est la ‘pierre détachée de la montagne sans le secours d’aucune main.’ Jean-Baptiste, détenant les clefs de la Prêtrise d'Aaron, Pierre, Jacques et Jean, détenant les clefs de la Prêtrise de Melchisédek, ont également exercé leur ministère pour ceux qui seront héritiers du salut, et avec ce ministère, ont ordonné des hommes aux mêmes Prêtrises. Ces Prêtrises, avec leur autorité, sont maintenant, et doivent continuer à être, dans l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. Bienheureux celui qui les a reçues, et trois fois bienheureux et saint celui qui persévère jusqu'à la fin. Acceptez les assurances, cher frère, de la prière sincère de celui qui, en compagnie de Joseph le voyant, a eu la bénédiction de bénéficier du ministère ci-dessus, et qui espère sincèrement et avec ferveur vous rencontrer dans la gloire céleste [15]. »

Imprégné de la connaissance personnelle de la grande oeuvre qui avait été inaugurée par les puissances du ciel par l’intermédiaire de serviteurs investis, Oliver cherchait l’occasion de rendre un témoignage fervent de cette expérience dans ce que Samuel Richards a décrit comme étant « le dernier témoignage vivant, bien que souvent répété, des manifestations merveilleuses qui ont apporté l'autorité de Dieu aux hommes sur la terre [16]. »

Les Écritures et l'histoire des saints des derniers jours attestent que le rétablissement de la Prêtrise de Melchisédek a eu lieu comme condition préalable au rétablissement de l'Église du Christ sur la terre. La prêtrise ainsi conférée par les saints apôtres Pierre, Jacques et Jean, englobait tous les offices de la prêtrise du plus élevé au plus bas. Les clefs de la présidence contenues dans l'apostolat transmis à cette occasion représentaient la plus haute autorité conférée à l'homme dans la chair. En vertu de ces clefs de la prêtrise, le prophète Joseph s’est mis en devoir d’ordonner et de mettre en ordre les divers collèges tels que nous les connaissons aujourd'hui dans l’Église. Tout cela s’est fait selon le dessein du Seigneur pour qu'il puisse, comme le disait Erastus Snow en 1882, « se susciter un peuple acquis, une nation sainte, un sacerdoce royal - un royaume de prêtres, qui seront des sauveurs sur le mont de Sion, non seulement pour prêcher l'Évangile aux restes dispersés d'Israël, mais pour sauver au maximum les nations des Gentils, si elles écoutent et peuvent être sauvées par le plan que Dieu a élaboré. » (Journal of Discourses, 23:183.)

NOTES

1. Journal de Reuben Miller. 21 oct. 1848, Archives de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, Utah.
2. Jean-Baptiste, Pierre, Jacques et Jean, Moïse, Élias et Élie comptent parmi ceux qui ont transmis des clefs de la prêtrise au Prophète après l’apparition de Moroni en 1823. Voir History of the Church, 1:39-42; D&A 110:11-16.
3. Messenger and Advocate, Kirtland, Ohio, II, oct. 1835, p. 199.
4. Messenger and Advocate, Kirtland, Ohio, I, oct. 1834, p. 15.
5. David Whitmer, An Address to All Believers in Christ, Richmond, Mo., 1887, p. 32.
6. Lettre d’Oliver Cowdery à Hyrum Smith, Fayette, New York, 14 juin 1829.
7. Déclaration de David Whitmer à un journaliste, voir Kansas City Daily Journal, 5 juin 1881.
8. Kansas City Daily Journal, 5 juin 1881.
9. “Report of Elders Orson Pratt and Joseph F. Smith,” Deseret Evening News, vol. XI, no. 302, 16 nov. 1878.
10. Id. David Whitmer dit: “Oliver me dit que Joseph l’avait informé du moment où j’étais parti de chez moi, où je m’étais arrêté le premier soir, que j’avais lu l’enseigne de la taverne, où je m’étais arrêté le soir suivant, etc. et que je serais là ce jour-là avant le dîner et que c’était pour cela qu’ils étaient venus à ma rencontre.” Apparemment le voyage avait duré trois jours.
11. Joseph Knight, père, “22 Sept. 1827. Manuscript of the early History of Joseph Smith finding of plates, &c &c,” archives de l’Église, p. 5.
12. Addison Everett fut baptisé, le 1er sept. 1837, par Elijah Fordham, et fut un des premiers membres de la branche de New York. Il habita plus tard à Nauvoo et, après l’exode, fut évêque d’une paroisse à Winter Quarters. Frère Everett fut désigné comme membre de la compagnie pionnière originelle de 1847 dirigée par Brigham Young. Par la suite, il fut évêque de la huitième paroisse de Salt Lake City. Addison mourut le 12 janvier 1885 à St-George. Voir Andrew Jenson, Latter-day Saint Biographical Encyclopedia, Salt Lake City, Deseret News Press, 1936, vol. 4, p. 702.
13. Lettre d’Addison Everett à Oliver B. Huntington, St-George, Utah, 17 février 1881, enregistrée dans “Oliver Boardman Huntington, Journal #14, [under back-date of] 31 Jan. 1881,” bibliothèque Harold B. Lee, université Brigham Young. Voir aussi O. B. Huntington Diary #15, 18 février 1883, pp. 44-47, où l’on trouve des détails supplémentaires.
14. Lettre d’Oliver Cowdery à Phineas H. Young, Tiffin, Ohio, 23 mars 1846, Archives de l’Église.
15. Déclaration d’Oliver Cowdery à Samuel W Richards, 13 janvier 1849, citée dans Deseret Evening News, Salt Lake City, 22 mars 1884.
16. Samuel W. Richards, “Oliver Cowdery”, Improvement Era, II, déc. 1898, p. 95.


l Accueil l Écritures l Livres l Magazines l Études l Médias l Art l