TEMOIGNER DE LA GRANDE ET MERVEILLEUSE EXPIATION

En comprenant personnellement l’Expiation et en y croyant, nous pouvons, vous et moi, l’enseigner et en témoigner avec plus de gratitude, plus d’amour et plus de puissance.

Par Neal A. Maxwell
du Collège des douze apôtres

La brièveté même des leçons missionnaires nous rappelle la richesse que représente véritablement le Rétablissement. Quand nous donnons, Jésus nous demande d’utiliser une « bonne mesure », employant la métaphore d’une mesure de blé qui est tassée, secouée et qui déborde (voir Luc 6:38). Et de tout ce qu’il y a dans cette merveilleuse moisson, nous ne devons enseigner que quelques vérités et notions clés.

Cette réalité rappelle avec force qu’il faut que ce soit l’Esprit qui fasse entrer dans le coeur et l’esprit des gens le message que nous apportons, parce que les grandes choses de l’éternité sont communiquées en quelques instants d'enseignement très brefs. De là la nécessité que l’Esprit accompagne ce que nous disons.

Quand nous, les membres et les missionnaires à plein temps, parlons de l’Evangile, il faut que nos amis et nos contacts sentent notre conviction et notre témoignage de l’expiation de Jésus-Christ. Oui, nous enseignons une notion profonde, mais nous devons aussi transmettre une conviction profonde concernant ce grand principe doctrinal.

La chose la plus importante que nous puissions faire pour préparer des personnes à recevoir toutes les bénédictions de l’Expiation, c’est de la comprendre et d’y croire nous-mêmes. En comprenant personnellement l’Expiation et en y croyant, nous pouvons, vous et moi, l’enseigner et en témoigner avec plus de gratitude, plus d’amour et plus de puissance.

LE REPENTIR RENDU POSSIBLE

L’expiation merveilleuse de Jésus est l’acte essentiel de toute l’histoire humaine ! Elle assure la résurrection universelle, elle permet notre repentir et notre pardon personnels. Puisque « tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu » (Romains 3:23), le besoin de repentir est universel. Et grâce au ciel, l’expiation du Christ convient à tous les péchés, quelle que soit leur ampleur - que ce soient les petits péchés d’omission ou les grandes transgressions. Par conséquent, quand nous nous détournons de nos péchés, l’importance du détour varie d’une personne à l’autre, mais il est nécessaire pour tout le monde.

Le mot grec d’où découle le mot repentir implique un changement d’esprit, c’est-à-dire une nouvelle façon de voir Dieu, de se voir soi-même et de voir le monde . Cela veut dire que nous devons changer de pensées et ensuite de conduite, jusqu’à ce que nous nous soyons détournés de nos péchés et que nous soyons en conformité avec les commandements de Dieu. Ce changement d’attitude signifie en réalité une progression vers ce que Paul. a appelé « la pensée de Christ » (l Corinthiens 2:16). Le repentir est donc un processus permanent au cours duquel chacun de nous doit rechercher dans l’Expiation un soulagement réel, un pardon réel et une progression réelle.

Le Christ nous a offert un cadeau gratuit, énorme et inconditionnel : la résurrection universelle. Par contre, l’offre du Christ de nous accorder le don supplémentaire de la vie éternelle est conditionnelle. Etant notre législateur, il fixe les conditions par lesquelles nous pouvons recevoir ce grand don (voir 3 Néphi 11:31-41 ; 15:9-10 ; 27:13-21). C’est pourquoi, pour pouvoir progresser dans la direction de la vie éternelle, nous devons tous être disposés à nous soumettre au Christ (voir Mosiah 3:19). Alors, si nous sommes vraiment fidèles et persévérons jusqu’à la fin, notre esprit pourra finalement être absorbé dans la volonté du Père (voir Mosiah 15:7 ; voir aussi 3 Néphi 11:11).

Toutefois, pour commencer une transformation aussi importante, nous devons tout d’abord délaisser nos péchés (voir Alma 22:18), et qui d’autre que Jésus les prendra sur lui ? (voir Alma 36:18-20).

Il n’est pas étonnant qu’il soit aussi urgent que nous fassions connaître l’Evangile ! Le président Hunter (1907-1995) a déclaré :

« Une excellente indication de notre conversion personnelle est notre désir de faire connaître l’Evangile aux autres. C’est pour cela que le Seigneur a imposé à tous les membres de l’Eglise l’obligation d’être missionnaire.

« Ceux d’entre nous qui ont bénéficié de l’Expiation sont tenus de témoigner fidèlement du Seigneur et Sauveur. Car il a dit : « Je vous pardonnerai vos péchés avec ce commandement : que vous restiez constants dans vos vues, dans la gravité et l’esprit de prière, à rendre témoignage au monde entier de ces choses qui vous sont communiquées » (D&A 84:61)» (« The Atonement and Missionary Work », Séminaire pour les nouveaux présidents de mission, 21 juin 1994, p. 2).

Nous devons donc tous rester « constants… à rendre témoignage au monde entier de ces choses qui [nous] sont communiquées » (D&A 84:61). Le pardon dont nous avons besoin est lié à notre constance dans l’oeuvre du Seigneur.

LE BAPTEME ET LE DON DU SAINT-ESPRIT

Le repentir véritable nécessite par conséquent les effets émancipateurs du baptême ; il nous purifie. Réfléchissez-y. Quelle bénédiction que notre passé ne tienne pas notre avenir en otage !

Après les effets purificateurs et émancipateurs du baptême, d’autres effets nous renforcent lorsque nous recevons le don du Saint-Esprit. Nous avons absolument besoin de l’aide du Saint-Esprit pour choisir ce qui est bien. Il nous aide aussi en nous rafraîchissant la mémoire. Il nous témoigne aussi des vérités de l’Evangile.

Etant donné notre destination, nous avons besoin que le Saint-Esprit soit notre compagnon constant et pas simplement une influence occasionnelle.

Après le baptême, nous pouvons aussi être davantage fortifiés en prenant régulièrement la Sainte-Cène, en réfléchissant à l’Expiation et en renouvelant nos alliances, en particulier celles que nous avons faites au moment du baptême. Ce processus d’émancipation et de renforcement est rendu possible par l’application de l’expiation de Jésus à nous-mêmes aussi bien qu’à ceux que nous instruisons. Nous devons régulièrement nous servir de l’Expiation pour notre amélioration personnelle tandis que nous persévérons jusqu’à la fin. Si nous choisissons la voie de l’amélioration constante, ce qui, de toute évidence, est ce qu’un disciple doit faire, notre justice augmentera et nous pourrons passer de ce qui, au départ, peut être une simple adhésion à Jésus à de l’admiration pour Jésus, puis à de l’adoration pour Jésus et finalement à l’imitation de Jésus. Dans ce processus où nous nous efforçons de lui ressembler davantage en nous améliorant constamment, nous devons être en état de repentir, même si nous n’avons pas commis de transgression grave.

L’ACQUISITION DES QUALITÉS DU CHRIST

Au fur et à mesure que nous nous détournons de la transgression et que nous nous efforçons de devenir plus aimants, plus humbles, plus patients et plus soumis, les péchés restants sont, pour la plupart d’entre nous, les péchés moins visibles d’omission. Cependant, ceux-là aussi, nous devons les délaisser. Jésus a précisé les qualités que nous devons rechercher dans ce processus, telles que la foi, la vertu, la connaissance, la tempérance et la patience. Il désigne en outre la foi, l’espérance et la charité ainsi que le fait d’avoir l’oeil fixé uniquement sur la gloire de Dieu, comme étant les qualités qui nous qualifient pour accomplir l’oeuvre du Seigneur (voir D&A 4:5-7 ; 2 Pierre 1:4-8). Il n’est donc pas étonnant qu’on nous exhorte à demander, à chercher et à frapper pour recevoir ces dons de l’Esprit afin de pouvoir être beaucoup plus efficaces dans l’accomplissement de cette oeuvre grandiose du Seigneur. Dans ce processus d’adhésion au Christ, nous ne devons jamais oublier que l’Expiation continue à être absolument indispensable pour tous !

Jésus nous dit, par exemple, que nous devons aller à lui (voir Alma 5:34 ; Matthieu 11:28-30). Toutefois, comme vous l’aurez remarqué, quand nous nous efforçons d’aller à lui, nous nous apercevons qu’il nous rend nos faiblesses plus perceptibles, et cela parfois douloureusement, pour nous aider à progresser. Le Christ nous promet même qu’il transformera certaines faiblesses en points forts (voir Ether 12:27).

Pour ce qui est de l’endroit, du pays, du temps et de la situation dans lesquels nous sommes placés pour agir en tant que ses disciples, nous devons, comme le disent les Ecritures, nous contenter de ce qui nous est imparti (voir Alma 29:3,6). Néanmoins cela s’accompagne d’une insatisfaction d’origine divine qui nous pousse à aller de l’avant dans nos efforts pour ressembler davantage à Jésus.

Que la qualité nécessaire soit le courage, la patience, la soumission, l’humilité ou l’amour, ce processus nécessite l’aide constante du Saint-Esprit. Il nous pousse à nous repentir davantage, par exemple lorsque nous sommes trop orgueilleux, trop impatients ou moins aimants que nous devrions l’être, notamment dans le mariage, dans nos relations avec notre compagnon ou notre compagne missionnaire et nos autres relations. Toutefois, étant donné qu’un tel progrès a son coût, nous avons aussi besoin du Saint-Esprit pour nous consoler lorsque nous devons en payer le prix.

Oui, c’est grâce à l’expiation de Jésus-Christ, fort heureusement, que nous pouvons recevoir le pardon. Mais c’est par l’intermédiaire du Saint-Esprit que nous pouvons savoir que nous avons reçu le pardon - une connaissance extrêmement importante à obtenir. Nous ne devons donc pas désespérer, ni mener un vie dans laquelle nous languissons dans le péché (voir 2 Néphi 4:28). En fait, nous devons marcher résolument… ayant une espérance d’une pureté parfaite (voir 2 Néphi 31:20).

LA SECONDE VENUE DU CHRIST ET LA RESURRECTION DE L’HUMANITE

Si nous avons besoin d’autres rappels concernant l’importance de continuer à acquérir les vertus du Christ, pensons à sa seconde venue en gloire. Alors, entre autres choses, les étoiles tomberont de leur place dans le ciel de façon spectaculaire. Cependant, il n’y aura aucun mortel pour faire des commentaires à ce sujet, car les explications et les exclamations des mortels concerneront Jésus et seront des paroles de louanges pour deux de ses nombreuses qualités : sa bonté et ses compassions (voir D&A 133:52). Souvenez-vous : nous ne devons pas seulement avoir foi au Christ, nous devons aussi nous efforcer de lui ressembler davantage par la bonté et la compassion (voir 3 Néphi 27:27).

Lors de sa seconde venue, Jésus ne parlera pas du fait qu’il a dû subir la couronne d’épines, la terrible flagellation, la crucifixion, le vinaigre et le fiel. Il citera toutefois son affreuse solitude : « Et sa voix se fera entendre : J'ai été seul à fouler au pressoir… Et nul n’était avec moi » (D&A 133:50 ; voir aussi Esaïe 63:3).

Il n’est pas étonnant que l’Expiation se situe au coeur même de l’Evangile du Christ. En fait, les messages essentiels du rétablissement concernent en réalité Jésus et la résurrection, et ils accomplissent cette prophétie faite autrefois à Hénoc : « Je ferai descendre la justice des cieux, et je ferai monter la vérité de la terre. » Pourquoi ? « Pour rendre témoignage de mon Fils unique, et de sa résurrection des morts, oui, et aussi de la résurrection de tous les hommes » (Moïse 7:62). Il n’y a rien de plus essentiel que cela.

Oui, « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique » (Jean 3:16). Jésus et son expiation constituent l’expression la plus profonde de l’amour de notre Père céleste pour ses enfants. Comme ils sont importants, le don gratuit de la résurrection pour toute l’humanité et l’offre du plus grand des dons que Dieu lui-même puisse donner : la vie éternelle pour ceux qui sont disposés à vivre et à se qualifier pour l’obtenir ! (Voir D&A 6:13 ; 14:7).

L’ADVERSITE

Dans ce processus par lequel nous travaillons à notre salut, l’adversité occasionne une part non négligeable de nos efforts. A maintes et maintes reprises, expérience après expérience, nous aurons, vous comme moi, des raisons de méditer sur la grande Expiation et de nous en réjouir. Pour moi, plusieurs Ecritures se sont révélées particulièrement pertinentes et rassurantes. Quand ils ont été lus à haute voix par et avec certaines personnes qui souffrent, ces versets ont fait bien plus d’effet que tout ce que j’aurais pu dire, particulièrement à ces âmes vaillantes qui avaient atteint le stade où elles étaient lasses d’être malades.

Pensez tout d’abord à ce qu’a dit Néphi, cet homme perplexe mais remarquable : « Je sais [que Dieu] aime ses enfants ; néanmoins, je ne connais pas la signification de tout » (1 Néphi 11:17). En fait, nous n’avons pas besoin de connaître la signification de tout, si nous savons que Dieu nous aime !

De même, il faut que notre soumission à lui grandisse, comme l’a dit le roi Benjamin, si nous voulons devenir des saints par l’expiation du Christ, le Seigneur, et devenir semblables à un enfant, soumis, doux, humble, patient, plein d’amour, disposé à se soumettre à tout ce que le Seigneur juge bon de lui infliger, tout comme un enfant se soumet à son père (voir Mosiah 3:19).

Le mot infliger utilisé par le roi Benjamin évoque des difficultés et une formation spécialement adaptées à nos besoins, qui exigeront une soumission spéciale de notre part.

De même, la connaissance que nous avons de la compassion parfaite que Jésus éprouve pour chacun de nous nous aidera considérablement à endurer nos souffrances de toutes sortes. Le Christ « ira, subissant des souffrances, et des afflictions, et des tentations de toute espèce ; et cela, afin que s’accomplisse la parole qui dit qu’il prendra sur lui les souffrances et les maladies de son peuple.

« Et il prendra sur lui la mort, afin de détacher les liens de la mort qui lient son peuple ; et il prendra sur lui ses infirmités, afin que ses entrailles soient remplies de miséricorde, selon la chair, afin qu’il sache, selon la chair, comment secourir son peuple selon ses infirmités » (Alma 7:11-12).

Jésus comprend parfaitement ! Sa compassion est parfaite ! Il sait comment nous aider !

LES BENEDICTIONS DE L’EXPIATION

En résumé, l’expiation de Jésus-Christ est pour nous une bénédiction à de très nombreux égards. C’est par elle, et par elle seule, que peut se produire la rémission de nos péchés, qui apporte l’émancipation nécessaire mentionnée précédemment.

De même, l’Expiation permet des progrès personnels importants par ce que le Livre de Mormon appelle « la foi qui produit le repentir » en Jésus, en l’Expiation et au plan de salut du Père (voir Alma 34:15-17). Sinon, les personnes qui n’ont pas la foi qui produit le repentir se diront à tort : « Pourquoi se donner la peine de se repentir ? » Il n’est pas étonnant que les Ecritures disent que « le désespoir vient de l’iniquité » (Moroni 10:22). En revanche, l’Expiation peut nous apporter « une espérance d’une pureté parfaite » (2 Néphi 31:20), même au milieu de nos pertes, de nos croix, de nos chagrins et de nos déceptions.

La soumission spirituelle, qui est essentielle pour recevoir les bénédictions de l’Expiation, se retrouve bien chez Melissa Howes, qui faisait la prière pour sa famille peu de temps avant que son père ne meure d’un cancer. Elle avait 9 ans et son père en avait 43. Pensez à sa supplique désintéressée telle que me l’a rapportée sa mère : « Père céleste, bénis mon papa, et si tu as besoin de le prendre et que tu as plus besoin de lui que nous, tu peux l’avoir. Nous avons besoin de lui, mais que ta volonté soit faite. Aide-nous à ne pas être fâchés contre toi » (lettre de Christie Howes du 25 février 1998).

Combien de personnes, privées de cette compréhension du plan de salut, sont en colère contre Dieu au lieu de lui être reconnaissantes, à lui et à Jésus, de la merveilleuse Expiation ?

Non seulement l’Expiation est l’expression grandiose de l’amour de notre Père céleste et de Jésus pour nous, mais, grâce à elle, nous pouvons connaître l’amour qu’ils ont personnellement pour nous.

L’INFLUENCE DE L’ESPRIT DU SEIGNEUR

Nous ne devons jamais sous-estimer le pouvoir qu’a l’Esprit de toucher l’âme des gens au-delà de nos capacités ou de nos talents pédagogiques. Comme vous le savez, c’est ce qui est arrivé à Alma lorsqu’il était dans une situation critique. De quoi s’est-il souvenu ? Il dit qu’il s’est souvenu de ce que son père avait dit concernant l’expiation de Jésus et il dit : « Mon esprit s’empara de cette pensée » (voir Alma 36:17-18).

Ceux à qui vous témoignez peuvent avoir l’aide de l’Esprit pour s’emparer eux aussi de vos paroles, de manière à ce que leur esprit et leur coeur s’en saisissent, particulièrement quand ces paroles concernent les enseignements profonds du royaume, comme l’Expiation.

Dans une autre situation inspirante, qui est le reflet d’un enseignement cumulatif, les mères des jeunes guerriers néphites savaient que le fils avaient reçu des promesses spéciales avant de partir pour la guerre. Ceux-ci n’étaient pas spirituellement mûrs comme leurs mères, et cependant ces promesses spectaculaires étaient telles qu’ils furent soutenus par elles. Et nous lisons qu’ils ne doutaient pas que leurs mères le savaient (voir Alma 56:48).

Certains de ceux que vous instruisez, sous la direction de l’Esprit et de la même manière, ressentiront puissance de vos paroles concernant l’Expiation et l’Evangile rétabli et ne douteront pas que vous le savez ! Ces personnes sont, pour utiliser l’expression d’Alma, « prêtes à entendre la parole » (voir Alma 32.6).

LA MERVEILLEUSE EXPIATION

Je vous rends témoignage de la gloire et de la réalité de la grande et merveilleuse Expiation. Je loue Jésus d’avoir enduré ce qu'il a enduré et d’être descendu au-dessous de toutes choses pour pouvoir comprendre tout. Je loue le Père de tout ce qu’il a ressenti en regardant son Premier-né, son Bien-aimé, son Fils unique, en qui il se complaisait, souffrir tout ce que Jésus a souffert. Je loue le Père pour sa douleur divine et ce qu’il a enduré et vécu à ce moment-là.

Je témoigne que la maîtrise de Jésus sur lui-même, au cours de cette expiation charnière entre Gethsémané et le Calvaire, était aussi l’ouverture d’un accès à l’immortalité pour les hommes. Jésus a terminé tout ce qu’il avait préparé pour les enfants des hommes, comme il le dit (voir D&A 19:19). Il nous reste maintenant, à nous, mortels, à obtenir les bénédictions de la grande Expiation. Notre reconnaissance pour le Christ et son expiation grandira avec les années et les décennies. Elle ne cessera jamais de grandir. Et les Ecritures prédisent que nous le louerons pour toujours et à jamais (voir D&A 133:52).

Je le loue de la sorte pour la merveilleuse et grande Expiation et lui demande de nous bénir tous afin que nous puissions obtenir personnellement, et, dans notre ministère, aider les hommes à obtenir les bénédictions de la grande Expiation, acquises à un tel prix. Effectivement, nul, à part lui, « n'était digne de s’offrir pour payer la rançon » (« Il est une colline au loin », Cantiques, n° 118).

Extrait d’un discours sur la conversion et le maintien dans l’Eglise prononcé le 29 août 1999 au centre de formation des missionnaires de Provo, diffusé par satellite.
 

 

l Accueil l Écritures l Livres l Magazines l Études l Médias l Art l