Une chose étrange dans le pays : le retour du livre d’Énoch

Douzième partie

par Hugh W. Nibley

professeur émérite d’écritures anciennes à l’université Brigham Young

Ensign, juin 1977

 

Note de l’éditeur : L’iniquité délibérée du peuple de l’époque d’Énoch créa une agitation morale qui se refléta dans une nature chaotique : tremblements de terre, raz de marée, cataclysmes cosmiques. Sur ce fond tumultueux se détache l’imposante figure d’Énoch, le prophète, qui détenait les clés d’une dispensation et qui sonda les mystères de Dieu à travers ses visions de la création, de la destinée de l’homme et de la mission du Sauveur. La ville d’Énoch est issue de la puissance de cette foi et de cette vision, société qui réalisa le rêve apparemment impossible d’être vraiment juste, vraiment pacifique. Dans son exploit et son enlèvement, elle a planté les germes de l’espérance pour les sociétés justes qui l’ont suivie, y compris notre propre génération.

Dans cette section, frère Nibley conclut d’abord son traitement du voile, puis il utilise les sources scripturaires du livre de Moïse et les mentions non scripturaires d’auteurs apocryphes de textes qui n’étaient pas accessibles à Joseph Smith pour nous donner une image très intéressante de la ville sainte d’Énoch.

Lieu de mise à l’épreuve, ce monde doit être isolé à la fois en tant que lieu de test et de mise en quarantaine pour éviter d’en contaminer d’autres. (2 Néphi 2:21)

 

Moïse 7:36. Parmi toute l'œuvre de mes mains, il n'y a pas eu de méchanceté aussi grande que parmi tes frères.

 

Sophia ChristI 118-119  Il a créé le voile [rideau, katapetasma] entre ce qui est impérissable et ceux qui ont pris naissance plus tard, de sorte que ce qui est mis à part [marqué, compté] pour entrer dans l’existence puisse venir après toutes les autres générations et le chaos [originel], afin que cette chair puisse être éprouvée [dans la lutte] contre l’erreur. Mais ceux-ci formaient un voile d’esprit.

120 [La lumière atteint] tous les habitants du monde du chaos… afin qu’il puisse disposer les voiles qui étaient là dans leur ordre propre (hormazein).

T.U. 8:402 [Jeu :] Le Firmament est équipé de voiles et de portes qui sont gardés. Ils sont très retirés du monde dans lequel les hommes demeurent.

Hypostase des Archons 142:9 Il existe un rideau entre les aeons supérieurs et inférieurs. Et il y a une ombre au-dessous de ce rideau d’où est sortie la matière lors de la Création.

Moïse 1:35. Mais je te parle seulement de cette terre.

4 Esdras 2:21 Les habitants de la terre ne peuvent comprendre que ce qui est sur la terre et ceux qui sont dans les cieux que ce qui est au-dessus de la hauteur céleste.

Livre d’Adam (Migne, D. A. 1:185) Il y a des rideaux et des voiles, une infranchissable barrière de feu ardent, entre les créatures de l’ordre céleste et celles du second état.

Apocryphe de Jean 1:58. Le profond sommeil d’Adam était dû en réalité à l’installation d’un voile entre lui et sa connaissance précédente. 59 Le voile ôta la mémoire à Adam, comme s’il avait été drogué. 60 Son esprit étant séparé par un voile de ce qui se passe réellement dans l’univers.

 

Quand Moïse et Énoch se risquent à demander ce qu’il y a au-delà de leur voile, ils sont sévèrement réprimandés. Vouloir tout savoir en une seule leçon est une faiblesse humaine qu’il ne faut pas encourager. C’est trop facile de demander le pourquoi de tout comme le font les petits enfants. Mais Dieu sait que nous n’y sommes pas préparés.

 

Moïse 1:30 Dis-moi, je te prie, pourquoi ces choses sont ainsi, et par quoi tu les a faites. Moïse 1:31… Et le Seigneur Dieu dit à Moïse: J'ai fait ces choses dans un dessein qui m'est propre. Il y a là de la sagesse, et elle demeure en moi.

Secrets 11.  Et maintenant, Énoch, tout ce que je t’ai expliqué et tout ce que tu as vu sur la terre, et tout ce que j’ai organisé et fait… Il n’y a eu ni conseiller, ni assistant. C’est moi seul… qui ai été mon propre conseiller.

Moïse 1:32. Et je les ai créées par la parole de mon pouvoir…

Moïse 1:33 Et j'ai créé des mondes sans nombre; et je les ai également créés dans un dessein qui m'est propre, et je les ai créés par le Fils, qui est mon Fils unique.

Et c’est par ma parole que cela à été réalisé, et mon œil a tout vu.

Secrets 24:3  Écoute, Énoch, car je n’ai pas dit mon secret à mes anges…. et ils n’ont pas non plus compris ma création, ce que je t’explique aujourd’hui. 4. Car… j’avais l’habitude d’aller seul parmi les choses invisibles….5. Et j’ai conçu la pensée de poser des fondations et de créer une création visible.

Slave 11:h.15 Il n’a demandé aucun conseil, son œuvre a tout exécuté, exactement comme son esprit a tout conçu. [Vaillant n. 14 a trait à la version grecque, pas logos autou ergon.]

1 Énoch 14:22 Dix mille fois dix mille [se tenaient] devant lui, et cependant il n’avait pas besoin de conseiller.

Secrets 25:3 Et moi [Dieu] j’étais au milieu de la grande lumière et comme la lumière naît de la lumière, il parut un grand aeon et montra toute la création que j’avais dans l’esprit de créer. Et je vis que c’était bon. 4. Et je plaçai pour moi-même un trône et j’y pris place.

Slave 11 Et maintenant, Énoch, tout ce que je t’ai expliqué et tout ce que tu as vu sur la terre, et tout ce que tu as écrit dans tes livres, c’est par ma sagesse que j’ai organisé et fait tout cela… Il n’y a pas eu de conseiller, ni de continuateur, c’est moi seul…. qui ai été mon unique conseiller… et c’est par ma parole que cela a été réalisé [litt. « la chose a été ma parole »] et mes yeux ont tout vu. [Voir F. Lachover & I. Tishby, The Wisdom of the Zohar (Jérusalem, Fondation Byalik 1971, 1:127 et suiv. sur le fait que Dieu seul conçoit ses « œuvres sans fin »].

 

 

La Sion d’Énoch

Énoch n’était bien entendu pas le seul à prêcher la justice dans sa dispensation et, comme les autres, il rencontra la perplexité, la crainte, le ressentiment et un certain succès. Le peuple commença non seulement à le craindre, mais aussi à le croire « parce qu’il marchait avec Dieu ». Certains des récits disent que « tout le peuple » ou « tout le monde » alla après Énoch, exactement comme nous lisons que « tout le pays de Judée » suivait Jean-Baptiste dans le désert pour être baptisé (Marc 1:5). Il devient vite clair dans ces deux cas que ceci est une façon de parler. Seul un nombre restreint a suivi ces meneurs jusqu’au bout.

 

Moïse 6:23 Et ils étaient des prédicateurs de justice… et appelaient tous les hommes de partout à se repentir. Et la foi était enseignée aux enfants des hommes

Moïse 6:26 Et [tandis] qu'Hénoc voyagea[it] parmi le peuple]… l'Esprit de Dieu… demeura sur lui.

Moïse 6:38 Et ils vinrent l'écouter… disant… nous allons là-bas voir le voyant.

Moïse 6:39 Et… lorsqu'ils l'entendirent… la crainte envahissait tous ceux qui l'entendaient, car il marchait avec Dieu.

 

 

 

BHM. 4:129 (« Vie d’Énoch »). Et tout le peuple s’assembla autour d’Énoch pour entendre cette chose. Et Énoch enseigna aux enfants des hommes la voie de Dieu… Et l’Esprit de Dieu était sur Énoch, et il enseigna à tout son peuple la sagesse de Dieu et ses voies. 130… Et tout le peuple était étonné et en admiration devant sa sagesse et sa connaissance et se prosterna à terre devant lui. 131… Et tout le peuple s’assembla autour d’Énoch…. et il leur enseigna à nouveau à garder les voies du Seigneur et leur donna à tous sa paix [etc., etc.])

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Moïse 6:54 C'est de là que le bruit se répandit parmi le peuple que le Fils de Dieu a expié la faute originelle.

Secrets 16 (Vaillant). Quand Énoch eut parlé à ses enfants et aux princes, alors tout le monde dans le voisinage entendit que le Seigneur avait appelé Énoch et ils se rassemblèrent au nombre de 2000 hommes, et ils vinrent à Azouchan [ou Achuzan] où étaient Énoch et ses fils et les anciens du peuple et le saluèrent : Béni du Seigneur… bénis maintenant ton peuple et glorifie-nous à la face du Seigneur, parce que le Seigneur t’a choisi pour te placer comme quelqu’un qui ôte nos péchés [371].

Ms. R : Parce que le Seigneur t’a choisi avant tout autre homme sur la terre… pour t’établir comme quelqu’un qui ôte les péchés des hommes, et comme secours [sauveur] pour le peuple de la maison.

Moïse 6:36… et c'est à partir de ce moment-là que le bruit se répandit dans le pays: Le Seigneur a suscité un voyant à son peuple.

 

BHM 4:129… et le bruit courut dans toutes les régions des enfants d’Adam : Qui est l’homme qui désire connaître les voies du Seigneur et les bonnes œuvres ? Qu’il aille vers Énoch ! [372]

 

L’image de deux mille hommes venant reconnaître et acclamer Énoch à l’endroit où lui « et ses fils et les anciens du peuple » étaient fait penser au noyau modeste d’une organisation. Leur rassemblement est la première étape d’un long processus de retraite hors d’un monde inique. Énoch lui-même s’était déjà retiré, puis était revenu. Il rejoint en ceci Adam, Abraham, Job, les douze Patriarches et Moïse, tous hommes dont les « Testaments » apocryphes disent comment le héros est d’abord enlevé au ciel dans une vision, puis revient et décrit la vision à sa famille et à ses disciples et finit par s’en aller définitivement. La succession de ces morts héroïques évoluera plus tard pour devenir un genre littéraire dans lequel les moines scribes s’étendent avec une fascination et une consternation morbides sur les terreurs de la mort. Le départ d’Énoch est indéniablement celui qui est le plus spectaculaire, donnant le ton pour les chars de feu et tous ceux qui seront enlevés au ciel plus tard. En même temps, c’est le plus sobre et le plus « scientifique », à l’exception de la version de Joseph Smith à laquelle nous allons bientôt arriver. Les sources juives parlent du départ d’Énoch avec son peuple du point de vue du monde, de ceux qui restent sur la terre :

« À cette époque, les enfants des hommes s’assirent devant Énoch et il leur parla. Et ils levèrent les yeux et virent quelque chose comme un grand cheval descendre du ciel, et le cheval se déplaçait dans l’air [le vent] jusqu’au sol. Et ils dirent à Énoch ce qu’ils avaient vu. Et Énoch leur dit : ‘Ce cheval est descendu sur la terre pour me prendre ; le temps et le jour sont proches où je dois vous quitter et ne plus apparaître parmi vous.’ Et à cet instant le cheval descendit et se tint devant Énoch, et tout le peuple qui était avec Énoch le vit. Alors Énoch s’avança et il lui parvint une voix qui disait : ‘Qui est l’homme qui se réjouit dans la connaissance des voies du Seigneur Dieu ? Qu’il vienne en ce jour à Énoch avant qu’il ne nous soit enlevé.’ Et tout le peuple se rassembla et vint vers Énoch en ce jour… Et après cela il monta et chevaucha le cheval et se mit en route, et tout le peuple s’avança et le suivit au nombre de 800 000 hommes. Et ils allèrent avec lui pendant une journée de voyage. Et voici, le deuxième jour, il leur dit : ‘Retournez et cessez de me suivre de crainte que vous ne mourriez.’ Mais aucun d’eux ne revint sur ses pas et tous l’accompagnèrent. Et le sixième jour, le nombre des personnes s’était agrandi et elles restaient avec lui. Et elles lui dirent : ‘Nous irons avec toi là où tu vas. Comme le Seigneur vit, seule la mort nous séparera de toi !’ Et il arriva qu’ils prirent courage et allèrent avec lui et personne ne retourna sur ses pas. Et il cessa alors de leur adresser des remontrances. Et les rois qui revinrent ordonnèrent qu’un recensement soit fait de tout le reste des hommes qui étaient allés avec Énoch. Et ceci se passa le septième jour et Énoch fut enlevé dans une tempête [tourbillon] des cieux avec des chevaux de feu et des chars de feu. Et le huitième jour, tous les rois qui avaient été avec Énoch envoyèrent [des messagers] pour enregistrer le nombre des hommes qui étaient restés en arrière avec lui [quand les rois l’avaient quitté] à l’endroit d’où il était monté au ciel. Et tous les rois se rendirent à cet endroit et trouvèrent tout le sol recouvert de neige et sur cette neige, d’énormes blocs [pierres] de neige. Et ils se dirent les uns aux autres : ‘Venez, creusons la neige ici pour voir si le peuple qui est resté avec Énoch est mort sous les amas de neige.’ Et ils recherchèrent Énoch et ne le trouvèrent pas parce qu’il était monté au ciel. » (Vie d’Énoch BHM 4:131)

Ce qui rend cette histoire si remarquable, c’est l’association avec d’autres ascensions. Les parallèles avec Élie sont évidents, jusqu’au groupe de chercheurs envoyé par Élisée (voir 2 Rois 2:11-18). Adam, Moïse et d’autres hommes dignes ont été mystérieusement enlevés à différents moments de leur mission (Moïse 6:64 ; 1:1 ; 7:27). Le prophète Baruch, dans un récit publié pour la première fois en 1866, assembla son peuple, lui recommanda de se souvenir de Sion puisque « elle doit  être renouvelée en gloire….quand le Puissant renouvellera sa création » et nomma sept anciens pour garder le peuple qui demeure jusqu’à ce que vienne « le nouveau monde qui ne transforme pas en corruption ceux qui partent vers son état béni… Car ils demeureront sur les hauteurs de ce monde. Et ils seront rendus semblables aux anges, avec une excellence surpassant celle des anges » (2 Baruch 31:1-51).

Les lamentations de son peuple : « En vérité, nous serons laissés dans les ténèbres et il n’y aura pas de lumière pour le peuple qui est resté (v. 46) est un élément standard du départ d’autres prophètes et apôtres (voir l’Assomption de Moïse, chap. 11). Quand le prophète Esdras rassemble son peuple, ce dernier se lamente : « Pourquoi nous délaisses-tu et habites-tu à cet endroit ? Car tu restes seul pour nous de tous les prophètes… comme une lampe dans un lieu de ténèbres. » Esdras le console, pleure la disparition de Sion, a une vision apocalyptique des grandes destructions à venir, puis est « enlevé et emporté à l’endroit où se trouvent ceux qui étaient comme lui, après avoir écrit ces choses. Et il est appelé le Scribe de la Connaissance du Très-Haut [titre également appliqué à Énoch] pour toujours et à jamais. » (4 Esdras 12:20-50).

Un prophète est aussi quelqu’un qui est expérimenté dans le processus du retrait. La version d’Énoch de Joseph Smith, que l’on retrouve dans le livre de Moïse, raconte le retrait d’Énoch en trois étapes. 1) Après son retour, Énoch rassemble ses disciples et les emmène loin d’un monde dangereux dans un lieu sûr dans les montagnes. Le Seigneur combat pour eux, les montagnes s’enfuient, les rivières changent de lit et toutes les nations les craignent. (Voir Moïse 7:13-18). 2) En sécurité, le peuple prospère, bâtissant finalement une ville qui va durer 365 ans (voir Moïse 7:17-20). 3) À la fin, le gouvernement divin, dans sa totalité, doit par nécessité être ôté du monde – c’est soit la bienheureuse Sion ou le monde maudit qui doit partir, et c’est ainsi que « Sion, dans la suite des temps, fut enlevée au ciel » (Moïse 7:21) [373]. Mais qu’est-il arrivé à la Sion terrestre entre les lignes de ces trois brefs versets ?

L’intérêt des saints des derniers jours pour la ville d’Énoch n’est pas seulement littéraire ou même scientifique. Il est historique et prophétique. La ville d’Énoch est quelque chose qui nous concerne beaucoup. Lorsque nous étudions la communauté d’Énoch, un flot de questions persistantes bourdonne en arrière-plan. Devons-nous comprendre toute cette histoire d’une façon littérale et à quel point ? Comment pouvons-nous imaginer les événements presque inimaginables de cette époque lointaine ?

Nous ne pouvons nous dérober à de telles questions puisque nous sommes engagés à former le plus rapidement possible le partenariat le plus étroit possible avec cette société.

Le premier pas dans ce face à face avec la réalité d’Énoch est de se demander ce que, selon les textes que nous avons, la ville d’Énoch est censée avoir été. Les documents anciens, contrairement à une croyance populaire de jadis, n’apparaissent tout simplement pas comme s’ils sortaient d’une imagination orientale débridée, mais, comme le montrent toujours plus clairement des recherches de  plus en plus étendues, doivent toujours être considérés comme ayant l’un ou l’autre fond historique réel. Ainsi nous nous demandons, dans quelles circonstances la ville d’Énoch est-elle apparue ?  Comment cela s’est-il passé ? Qu’est-elle réellement devenue ? Et que dit le document ?

Toutes les mentions eschatologiques de la Sion d’Énoch dans les Écritures se trouvent dans les Prophètes et les Psaumes de l’Ancien Testament –  le Nouveau Testament ne fait que les citer [374]. Dans le livre de Moïse, le mot SION n’apparaît qu’au chapitre 7, où il est cependant cité pas moins de seize fois, ce qui fait de ce chapitre le traité le plus important sur ce sujet. Les savants relèvent depuis longtemps le fait que les prophètes mettent l’accent sur l’aspect moral de Sion, alors que les Psaumes, avec leur imagerie royale et leur cadre rituel archaïque préfèrent l’aspect politique. Pourtant, les deux parlent d’une communauté très terrestre, concrétisée dans les deux cas par l’idée de ramener Sion – reconnaissant que Sion a réellement été sur terre dans le passé et peut de nouveau faire le bonheur des saints dès qu’ils seront disposés à « revenir à la relation originelle avec Yahweh », seule condition pour que « la relation filiale d’Israël avec Dieu puisse être renouvelée et que Dieu… la rétablira dans le futur [375] ». L’image familière de Dieu « reprenant possession de son trône à Jérusalem » en rassemblant « son peuple dispersé de tous les coins de son héritage, à une époque du rassemblement » est ordinairement présentée dans les termes classiques du livre d’Énoch [376] ».

La meilleure nouvelle – en fait la seule nouvelle totalement bonne qui puisse parvenir aux habitants de cette terre d’iniquité –  est le retour de Sion pour bénir la terre en lui apportant le seul ordre de société acceptable à Dieu et intégralement bénéfique à l’homme. Sion est toute société dans laquelle la loi céleste est opérationnelle et « bien que nous ne puissions réclamer le droit à ces promesses qui ont été faites aux anciens, parce qu’elles ne sont pas notre propriété », a rappelé le prophète Joseph à son peuple, « … néanmoins, si nous sommes…  appelés du même appel…. [et] contractons la même alliance… nous pouvons… obtenir les mêmes promesses…..parce que…..nous-mêmes…. avons la foi….comme ils [l’avaient]. »  (Enseignements du Prophète Joseph Smith p. 49-50). Sion est un idéal glorieux, quoique une rare réalité dans l’histoire du monde ; c’est « le Saint Ordre que Dieu a établi pour son peuple à toutes les époques du monde où il a eu un royaume sur la terre. Nous pouvons l’appeler, a dit Brigham Young, l’ordre d’Énoch, l’ordre de Joseph, l’ordre de Pierre ou d’Abraham, ou de Moïse, et remonter jusqu’à Noé…. » qui, naturellement, nous conduit à Énoch ». (Journal of Discourses 17:113)

En fait, il a été dit qu’un état de bonheur peut-être semblable à Sion régnait en Éden lui-même quand Adam suivait fidèlement les instructions de Dieu :

« Le Saint de Sion… a établi les fondations d’Adam-ondi-Ahman » (D&A 78:15)

« Le Jardin d’Éden est le Saint des Saints, la demeure du Seigneur… et le mont Sion est le centre ou nombril de la terre. » (Jubilés 8:19)

Bien que le peuple du temps de Moïse ne se soit pas qualifié pour le recevoir, « Dieu lui révéla le modèle de Sion et ses mesures » (2 Baruch 59:4). Selon R.H. Charles, l’Église chrétienne primitive s’était modelée sur la communauté d’Énoch, désignant son dirigeant comme étant Énoch. Les sections sur Sion et la nouvelle Jérusalem dans la littérature énochienne sont, selon Charles, « les plus complètes et les plus cohérentes de toutes les sections [377] » et étaient les grandes favorites de tous ces groupes séparatistes, juifs et chrétiens, qui se refugièrent dans le désert, s’imaginant être les seuls et uniques représentants véritables de l’Église et du royaume d’Énoch sur terre [378]. Minorités persécutées, elles aspiraient à l’époque où elles pourraient se retrouver au grand jour lors du retour glorieux du Seigneur et de la ville d’Énoch. Des passages des Psaumes de Salomon montrant clairement l’association entre les premiers chrétiens et les communautés orientales et de la mer Morte comme Qumran semblent décrire la migration de ces communautés orientales hors de Palestine plus dans le sens de la migration d’Énoch que de celle de Moïse :

« Jérusalem, vois tes enfants rassemblés de l’orient et de l’occident, du septentrion et du midi, et des îles lointaines. Il a humilié et nivelé de hautes montagnes devant eux… » (54:53:11, 5)

« Loin d’eux avaient fui ceux qui aimaient les assemblées des Saints, comme les passereaux s’envolent de leur nid… Et les fontaines perpétuelles étaient contenues (retenues) dans les abysses et les montagnes élevées parce qu’aucune d’elles ne pratiquait la justice… devant sa menace, les païens s’enfuient loin de son visage. Alors il rassemblera le peuple de Dieu… Il purifiera Jérusalem par la sanctification, comme c’était autrefois….le Seigneur (Messie) est son roi. » (60:59:17, 21, 27–28, 33, 36.)

Dans les Psaumes, le couronnement royal tient la place centrale, le roi représentant le Seigneur et le peuple de Sion (voir dans Mosiah 2-5 un rite annuel célèbre dans lequel le roi, bien que faible mortel, joue le rôle de représentant de Dieu). La vertu transcendante d’Énoch le qualifie pour être un chaînon vital dans « l’ordre » du Seigneur lui-même. Comparez ces versets des D&A 76:56-58 avec l’Énoch slave apocryphe.

 

« Ce sont ceux qui sont prêtres et rois, qui ont reçu de sa plénitude et de sa gloire, et sont prêtres… selon l'ordre de Melchisédek, qui était selon l'ordre d'Hénoc, qui était selon l'ordre du Fils unique. C'est pourquoi, comme il est écrit, ils sont Dieux, oui, les fils de Dieu. »

« Et quand tout le peuple des environs apprit que le Seigneur avait choisi Énoch, ils se concertèrent tous disant : Allons et saluons [tsyelyim] Énoch… Et ils saluèrent Énoch, disant : Toi, béni du Seigneur, le Roi des éternités ! Bénis maintenant ton peuple et glorifie-le à la face du Seigneur, parce que le Seigneur t’a placé comme celui qui ôte nos péchés. » (Énoch slav. Vaillant, p. 60 et suiv.)

 

Selon la Vie d’Énoch hébraïque, les rois de la terre saluent Énoch comme leur chef suprême [379], tandis que le livre de Jasher répète simplement la même histoire, concluant : « Et ils s’assemblèrent en tout, cent trente rois et princes, et ils désignèrent Énoch comme leur roi, et ils étaient tous sous son pouvoir et sous son commandement [380]. » Tout ceci selon un principe qui était tout à fait inconnu il y a seulement quelques dizaines d’années. Comme le dit l’égyptologue J. Zandee : « Non seulement en Israël, mais aussi dans tout le Proche-Orient antique, tous les rois sont des messies. Il n’y a pas de différence entre le Messie eschatologique et le roi régnant en tant que porteur du salut. Le roi est un Dieu… le roi est le fils de Dieu… le roi est comme l’image de Dieu sur terre… le roi apporte la justice à la terre… le roi est le Bon Berger, le roi est l’homme de Sagesse… Le roi est le Grand Prêtre doté de pouvoir… Le Roi est une divinité cosmique [381]. ». Bref, le roi est un Énoch auquel Dieu a promis son propre trône.

 

Moïse 7:59. Attendu que tu es Dieu, que je te connais… tu m'as fait et que tu m'as donné un droit à ton trône, non par moi-même, mais par ta propre grâce.

Hékhalot, dans BHM 5:174 Le Metatron [Énoch] dit : Dieu m’a fait un trône sur le modèle du trône de gloire, et, étant revêtu de gloire [drapé d’une enveloppe de rayonnement] et de lumière [Zohar]… de beauté et de grâce comme le trône de ta gloire… Il me fit asseoir sur ce trône, et un héraut proclamait dans tous les firmaments des firmaments, disant : « Énoch est proclamé Roi divin ! » [175. Il pose une couronne sur sa tête.]

Moïse 7:68. Et tous les jours de Sion, du temps d'Hénoc, furent de trois cent soixante-cinq ans.

C’est le modèle du roi annuel dont Énoch est le représentant principal [382].

 

Par-dessus tout, Sion est la communauté des saints, des Élus, des « cœurs purs », qui sont « d’un seul cœur et d’un seul esprit » de sorte que « il n’y avait pas de pauvres parmi eux » (Moïse 7:18). C’est la Sion vue en vision par les prophètes ; le livre de Moïse, les Doctrine et Alliances et les ouvrages apocryphes l’appellent tous expressément la Sion d’Énoch.

 

Moïse 7:62. …  pour rassembler mes élus… vers… une Ville sainte… attend[ant] le temps de ma venue; car là sera mon tabernacle, et elle sera appelée Sion, une nouvelle Jérusalem... Moïse 7:64 … Sion, qui sortira de toutes les créations que j'ai faites.

Gizeh 1:3 C’est au sujet des Élus… reçois ma parabole à leur sujet. Il sortira de sa demeure, le Saint et le Grand. 4. Le Dieu du monde (aeons) marchera sur la terre, sur la Montagne de Sion… Et dans la force de sa puissance, il apparaitra du haut des cieux.

Moïse 7:66 Il [Hénoc] vit de grandes tribulations parmi les méchants. Il vit aussi que la mer était troublée, que le cœur des hommes leur manquait.

5 Et tous seront dans l’épouvante…la crainte et un grand tremblement les saisiront. 6. Les hautes montagnes seront ébranlées… et elles fondront… 7 et la terre se déchirera…

Moïse 7:67 Et il vit le jour des justes, l'heure de la rédemption, et reçut une plénitude de joie.

8. Aux justes la paix sera donnée et sur les élus l’unité de cœur [synteresis] et la paix… Il les bénira tous, et une lumière apparaîtra et brillera et portera la paix parmi eux.

 

1 Én. 45:4 En ce jour, je ferai habiter mon Élu au milieu d’eux… 5. et je transformerai la terre, et j’en ferai une bénédiction. Et j’y ferais habiter mes Élus….pour qu’ils demeurent devant moi.

51:5 La terre se réjouira et les justes l’habiteront, et les Élus marcheront et se promèneront sur elle.

Én. sl. 17. Et tous les justes qui échapperont au grand jugement s’uniront au Grand siècle… et ils seront éternels. Il n’y aura plus en eux ni fatigue, ni souffrance, ni affliction, ni aucun danger de violence, ni non plus la peur de la nuit, ni des ténèbres, mais ils auront une grande lumière pour toujours… un grand paradis, un lieu de sécurité où ils demeureront pour toujours… et leur visage brillera comme le Soleil !

 

Les écrits mandéens comparent Sion à des « firmaments, habitations, monde et Jourdains » célestes, donnant les descriptions les plus frappantes et les plus attrayantes de lieux aussi saints dont, disent-ils, ne jouiront que les « esprits des bonnes personnes… les sages et les prudentes des familles d’Abel, de Seth et d’Énoch ». Les saints y vivent sans discorde et sans dissension ; ce sont des êtres angéliques, sages et doux, sans méchanceté ni duplicité, se visitant constamment les uns et les autres. Il y a un accord parfait entre les mondes, chacun ayant sa gloire propre et se réjouissant de la gloire des autres étant donné que tous partagent avec les autres leurs trésors de connaissance. De vastes distances les séparent mais grâce à leur Seigneur et Dieu commun, ils sont tous glorieusement conscients les uns des autres. Tous sont incorruptibles et ne connaissent donc pas la mort. Ils ne vieillissent pas et ne s’épuisent pas. Leur nature est impérissable, leur nombre est fixé parce qu’il est infini, ne peut être compté. Chacun de ces mondes est une Sion, n’ayant pas de tribunaux, pas de faim ou de soif, pas de froid ni de chaud, pas de haine ni de crainte, pas de guerre, pas d’esclavage, pas de créatures ou de plantes nuisibles. De magnifiques constructions se dressent au bord de mers paisibles ; des sources bondissantes donnent de l’eau vivifiante. Tout vibre de joie. Les besoins des gens sont peu nombreux. Ils se déplacent dans l’air sans effort. Ils sont chez eux dans les firmaments et les mondes et parmi les dominations et les pouvoirs. Leur beauté est en eux et rayonne comme s’ils étaient du cristal pur. La force venant du Roi coule à travers eux parce qu’ils s’y exposent par leur persévérance dans la prière et le chant. Ils étudient et méditent constamment. Ils dégagent la senteur du bonheur divin. Chacun est plus remarquable que l’autre, chacun plus illustre [383] ».

Il était naturel que l’Église, à chaque époque, s’identifie à l’ordre d’Énoch, ne serait-ce que parce que cet ordre est le seul acceptable pour Dieu en tout temps.

« Le Seigneur parla à Énoch [Joseph Smith, fils], disant : Écoutez-moi… [vous] qui êtes ordonnés à la haute prêtrise… qui vous êtes assemblés… le moment est venu… il faut que mon peuple soit organisé… dans le pays de Sion, comme institution et ordre permanent et éternel pour mon Église… pour le salut de l’homme… Si vous n’êtes pas égaux dans les choses terrestres, vous ne pouvez pas être égaux dans l’obtention des choses célestes » (D&A 78:1, 3-4, 6).

Car « Sion ne peut être édifiée que sur les principes de la loi du royaume céleste, autrement je ne puis la recevoir en moi » (D&A 105:5). « Si mon peuple n’observe pas cette loi…..il ne sera pas pour vous un pays de Sion » (D&A 119:6).

Une marque significative d’authenticité de la version de Joseph Smith est que la Sion d’Énoch est définie comme une société où « il n’y avait pas de pauvres en son sein » (Moïse 7:18). L’Énoch grec (91-107), qui pour la première fois nous montre de quelle façon les anciennes sectes se rattachaieznt à la ville d’Énoch, « montre une grande partialité pour les humbles et les petits. Nous sommes ici face à l’éthique du pauvre… ces gens humbles et nécessiteux doivent rechercher une consolation dans le fait que c’est à eux que la connaissance de ces mystères sera révélée [384]. »

La présence d’une telle société est un reproche permanent pour le reste du monde. Comme le dit Brigham Young : « Nous suivons les coutumes d’Énoch et des saints pères et, à cause de cela, on nous considère comme inaptes à être une société. Nous ne sommes pas adaptés à la société des méchants et nous ne souhaitons pas nous mêler à eux » (JD 10:306). Énoch avait le grand espoir que sa Sion : « une ville de refuge, une place forte pour les saints du Très-Haut » (D&A 45:66) serait là pour de bon ; le Seigneur lui dit qu’il n’en serait pas ainsi : « Énoch parla avec le Seigneur : assurément, Sion demeurera en sureté à jamais ; mais le Seigneur dit à Énoch : J’ai béni Sion, mais j’ai maudit le reste du peuple. » La séparation allait devoir continuer jusqu’à ce que finalement « Sion,  dans la suite des temps, fut enlevée au ciel. »  (Moïse 7: 21) Nous voyons la division du peuple à chaque étape de l’histoire  quand « leur ennemis vinrent se battre contre eux » Énoch « conduisit le peuple de Dieu » pendant que « toutes les nations furent saisies d’une grande crainte » (Moïse 7:13) ; les plus dangereuses « se tinrent au loin » et même « allèrent sur la terre qui avait surgi des profondeurs de la mer » (Moïse 7:14-15). Il en résulta deux mondes, Sion, habitée par un peuple qui était « d’un seul cœur et d’un seul esprit » (Moïse 7:18), l’autre, constamment déchiré par « des guerres et de l’effusion de sang » (Moïse 7:16). Le caractère intégral de la division est exprimé de manière frappante par l’une des figures de style les plus anciennes, l’antithèse rhétorique :

 

Moïse 7:20. J'ai béni Sion,

mais j’ai maudit le reste du peuple.

Moïse 5:15. … croiraient au Fils et se repentiraient de leurs péchés

… ne croiraient pas et ne se repentiraient pas.

Moïse 7:16. … mais le Seigneur vint demeurer avec son peuple, et ils demeurèrent dans la justice.

… et à partir de ce moment-là, il y eut des guerres et des effusions de sang parmi eux.

Moïse 7:18. il était d'un seul cœur et d'un seul esprit

Moïse 7:33  ils sont sans affection et ils haïssent leur propre sang

Moïse 7:18 . Et le Seigneur appela son peuple Sion, parce qu'il… demeurait dans la justice

Moïse 7:36 … parmi toute l'œuvre de mes mains, il n'y a pas eu de méchanceté aussi grande que parmi tes frères.

 

Quand les sectaires de la mer Morte appelèrent leur société le Yahad (litt. unité, union), c’était un rappel que cette « unité » est la première loi de la société d’Énoch selon laquelle il est attendu des saints qu’ils la vivent dans chaque dispensation.

 

Moïse 7:18 Et le Seigneur appela son peuple Sion, parce qu'il était d'un seul cœur et d'un seul esprit… et il n'y avait pas de pauvres en son sein.

Zohar, Noé 76b. R. Jose. Depuis [l’histoire de la Tour] nous apprenons qu’aussi longtemps que le peuple de la terre vécut en harmonie, étant d’un seul esprit et d’une seule volonté, bien que se rebellant contre le Saint, le jugement suprême ne pouvait l’atteindre. Mais dès qu’il fut divisé, « le Seigneur les dispersa au loin ».

 

2 Bar. 30:1 Alors tous ceux qui se sont endormis dans son espérance se relèveront… et ils sortiront…  en une seule assemblée d’une seule pensée.

 

Même après l’enlèvement de la ville d’Énoch, l’œuvre de rédemption continua parmi « le reste du peuple… et lorsque Sion eut été enlevée au ciel, Hénoc regarda, et voici, toutes les nations de la terre étaient devant lui. Et il y eut génération après génération; et Hénoc était haut et élevé, dans le sein du Père… et voici, le pouvoir de Satan était sur toute la surface de la terre » (Moïse 7:22-24). Selon cette perspective, la navigation de Noé n’était que la dernière étape dans un processus d’évacuation qui durait depuis des générations. Même après que le peuple eut choisi son camp – Énoch et le Seigneur ou Satan – l’œuvre missionnaire fut maintenue.

 

Moïse 7:27 Et Hénoc vit des anges descendre du Ciel, rendant témoignage… et le Saint-Esprit tomba sur un grand nombre de personnes, et elles furent enlevées en Sion par les puissances du Ciel.

 

 

 

 

 

Moïse 7:28  Et… le Dieu du ciel posa les yeux sur le reste du peuple, et il pleura.

Ap. d’Adam (Copte) 96. Des déluges de pluie détruiront toute chair, « mais des anges puissants descendront des cieux et emmèneront ces hommes en un endroit où l’on trouve l’Esprit de vie. »

 

Gizeh 8  Et il y avait une grande iniquité sur la terre. Satan [Azael et Semiazas] enseignant aux hommes toutes sortes d’impiétés. 9 Alors les grands anges… allèrent faire rapport à Dieu, disant : Que ferons-nous ? 10:1 Dieu envoya donc Israël [Ms Gs Uriel] au fils de Lémec [Noé]. 2 « Dis-lui en Mon nom de se  cacher [Ms Gs 3. Enseigne au juste ce qu’il doit faire… pour conserver son âme et échapper.] car la terre entière va être détruite… Enseigne-lui comment il doit s’échapper. 4 Dieu envoya Raphaël… 9 Gabriel, 11 Michel pour le diriger dans cette circonstance. 10:15 Quand Dieu enverra les anges pour détruire tous les esprits bâtards… 17 … tous les justes fuiront et continueront à rester vivants….pour mille générations.

1 Én 105:1  En ces jours, le Seigneur ordonna [aux anges]… de témoigner aux enfants de la terre… de le leur montrer, car vous êtes leurs guides.

 

Beatty 100:4 Et les anges apparaîtront…  descendront en ces jours dans des lieux secrets… 5 et sur les justes et les saints sera installée une garde de saints anges et ils seront protégés comme la prunelle de ses yeux jusqu’à ce que les tribulations et l’iniquité soient passées…

Secrets 23 :80 [Dieu à Énoch :] J’enverrai mon archange Michel, et il emmènera l’enfant (Metuschélah) en lieu sûr.

 

 

Moïse 7:60 Dans les derniers jours, dans les jours de méchanceté et de vengeance… Moïse 7:62. … je ferai en sorte que la justice et la vérité balaient la terre comme un flot, pour rassembler mes élus… vers un lieu que je préparerai, une Ville Sainte, afin que mon peuple puisse… attendre le temps de ma venue… et elle sera appelée Sion, une nouvelle Jérusalem.

Ap. d’Abraham 29:15 et suiv. De grandes tribulations viendront… 17. Mais de ton peuple les hommes justes seront épargnés… se hâtant dans la gloire de mon nom vers un lieu que j’ai préparé pour eux à l’avance » [Jérusalem].

 

Jusqu’à ce que la séparation soit complète, les pouvoirs de destruction sont tenus en échec.

Comme le livre de Moïse le décrit : « Et il y aura de grandes tribulations parmi les enfants des hommes, mais je protégerai mon peuple…..en un lieu que je préparerai afin que mon peuple puisse… attendre le temps de ma venue. » (Moïse 7:61-62)

Les documents apocryphes présentent cette même notion : « Et la terre se fendra, et tout ce qui est sur la terre sera détruit. Mais il y aura une grande paix pour les justes et la sécurité [synteresis] et la paix régneront sur les élus… et je les bénirai tous. » (Gizeh 1:7-8)

« Dans les jours d’Énoch… Dieu leur accorda [aux méchants] un répit pendant tout le temps que les justes, Jéred, Metuschélah et Énoch étaient en vie ; mais quand ils quittèrent le monde, Dieu laissa le châtiment s’abattre. » (Zohar, Bereshith 56 b, cf Genèse 7:23)

« Pourquoi la vision de ces choses te trouble-t-elle [Énoch] ? Jusqu’à ce jour a été le temps de sa miséricorde, et il a été miséricordieux et longanime envers ceux qui habitent la terre. » (1 Én. 60:4-6)

Quand les anges supplient Dieu d’aller de l’avant et d’anéantir le genre humain indigne, il répond : « J’ai fait et j’ôte, et je suis longanime et je secours ! » (BHM 5:172)

« Et après [cela] Énoch me montra les anges du châtiment qui sont prêts à venir déchaîner toutes les puissances des eaux… pour apporter le châtiment et la destruction à tous ceux qui demeurent sur la terre. Et le Seigneur des Esprits commanda aux anges qui sortaient de ne pas faire monter les eaux mais de les retenir » (1 Én. 66:1.)

Les anges furent donc, pendant de nombreuses années, une sorte de « messieurs bons offices », prêchant le repentir et offrant le moyen d’échapper à tous ceux qui étaient disposés à écouter. Leur diligence disculpe Dieu de l’accusation d’être capricieux et cruel en envoyant le Déluge, argument favori des sceptiques et des athées de toutes les époques. Selon Jellinek, le but principal du vieux livre d’Énoch hébreu était de dénoncer l’invalidité de cet argument : «  Le travail des anges témoignait que Dieu était juste… Énoch témoigne qu’il devint un ange dans les cieux, instruit par les anges Shemashasi et Asaël, afin de rendre son témoignage personnel aux hommes que Dieu, en envoyant le Déluge, n’était pas cruel [385]. » Ce point est clairement mis en avant dans la version de Joseph Smith, version dans laquelle Énoch et le Seigneur discutent, franchement et exhaustivement, de ce problème dans son intégralité à la satisfaction totale d’Énoch. (Voir Moïse 7:28-67)

Selon les écrits apocryphes, Abraham, Esdras et Baruch entre autres, mirent en doute la sagesse et la charité d’envoyer une destruction totale sur le genre humain. « Penses-tu, dit le Seigneur à Baruch, que ce Très-Haut se réjouit de ces choses ou que son nom est glorifié ?... Pour cette raison, va, et enseigne autant que tu en es capable, afin qu’ils apprennent de manière à ne pas mourir au dernier temps, mais apprennent afin qu’ils puissent vivre à la fin des temps [386]. » Dieu réprimande gentiment Esdras : « Tu es loin d’être capable d’aimer plus que moi mes créatures [387] » (Esdras 8:47). Et comme nous l’avons vu, Énoch, dans le récit de Joseph Smith, rend le témoignage le plus puissant de tous, qu’il a été jusqu’à voir Dieu pleurer ! (Moïse 7:28).

Tous ceux qui étaient disposés à se repentir furent dûment mis en sécurité. Ce ne furent que ceux qui refusèrent obstinément d’écouter pendant des années, le « reste [inique] du peuple » qui dut être abandonné à la destruction. Ceux qui trouvèrent refuge dans l’arche ne furent en aucune façon les seuls à être sauvés. Beaucoup étaient partis avant. Ceci est une autre phase intéressante de la relation Noé-Énoch.

 

Moïse 7:25 [Hénoc] vit des anges descendre du ciel… Moïse 7:26 Et il vit Satan; et il avait une grande chaîne à la main, et elle voilait de ténèbres toute la surface de la terre… Moïse 7:27 Et Hénoc vit des anges descendre du ciel… et le Saint-Esprit tomba sur un grand nombre de personnes, et elles furent enlevées en Sion par les puissances du ciel.

Beatty 102:3  Et pendant que toute la terre était ébranlée… et dans la confusion, les anges étaient occupés à exécuter ce qui leur avait été commandé [syntachthen]

Apocr. de Jean 3:38: Non seulement Noé, mais aussi d’autres de la génération qui étaient loyaux et fidèles entrèrent et s’enveloppèrent dans un nuage de lumière, et le Seigneur était au milieu d’eux. Car les ténèbres étaient déversées sur toute la terre. »

Apocr. de Jean 1:73:7 Noé ne fut pas le seul [à être sauvé], mais des hommes de la génération des loyaux et fidèles [les inébranlables] se rendirent en un lieu spécial 11 et là ils furent enveloppés dans un nuage de lumière 13 et Noé était conscient de son appel divin en même temps que ceux qui étaient avec lui quand la lumière les éclaira. Car les ténèbres avaient été déversées en tout lieu sur toute la surface de la terre. Il tint conseil avec les anges 74:1 et les anges furent envoyés vers les enfants des hommes.

Ap. d’Adam 69 (63) Après cela, de grands anges viendront dans des nuages élevés et emmèneront ces gens vers l’endroit où est l’esprit de vie… et ils descendront des cieux sur la terre et toute la multitude de la chair périra dans l’eau.

 

Bien qu’il y ait eu plusieurs fois sur la terre des communautés qui aspiraient à la gloire de Sion,  c’est vers le retour final de Sion dans les derniers jours que les prophètes ont tourné les yeux. Et bien que l’Église, dans chaque dispensation, ait eu certains aspects qui ressemblaient à la Sion d’Énoch, le parallèle le plus proche sera la Sion de la fin des temps.

 

Moïse 7:62 Je préparerai… une Ville sainte, afin que mon peuple puisse… attendre le temps de ma venue; car là sera mon tabernacle, et elle sera appelée Sion, une nouvelle Jérusalem… Moïse 7:64 Et là sera ma demeure, et ce sera Sion, qui sortira de toutes les créations que j'ai faites. Et la terre se reposera pendant mille ans.

 

 

Jub. 1:27 Et il [Dieu] dit à l’ange de la présence [Sar ha-Panim ou Énoch] : Écris pour Moïse depuis le commencement de la création jusqu’au moment où mon sanctuaire a été bâti pour toute l’éternité, et le Seigneur apparaîtra aux yeux de tous et tous sauront que je suis le Dieu d’Israël… et le Roi sur le Mont Sion pour toute l’éternité.

Et Sion et Jérusalem seront saintes… jusqu’à ce que le sanctuaire du Seigneur soit fait à Jérusalem sur le Mont Sion et que tous les luminaires soient renouvelés pour la guérison et pour la paix et pour la bénédiction pour tous les élus d’Israël, et qu’il en soit ainsi depuis ce jour pendant tous les jours de la terre.

 

Que la ville « sera appelée Sion, une nouvelle Jérusalem » semble être un anachronisme évident dans un livre écrit soi-disant avant le Déluge. Pourtant l’idée est confirmée d’une façon frappante dans le Testament de Lévi, un écrit juif très ancien, totalement ignoré jusqu’au siècle actuel [388], où se trouve une prophétie expressément attribuée à Énoch : « Car un tabernacle (oikos) que se choisira le Seigneur s’appellera Jérusalem, comme il est écrit dans le livre d’Énoch le Juste. » (Test. de Lévi 10:5)

R.H. Charles cite des passages parallèles sur ce thème dans le livre d’Énoch et le livre des Jubilés pour montrer que ce dernier s’inscrit dans la tradition authentique d’Énoch, puisque, comme il le dit, « la ressemblance dans les termes et dans la pensée… ne peut être considérée comme accidentelle [389] ». Il souligne que les mots clés démontrent la parenté :

 

Én. 5:9 Ils achèveront le nombre des jours de leur vie. Et leur vie sera augmentée dans la paix. Et les années de leur joie seront multipliées.

Jub. 23:27, 29) Et les jours commenceront à devenir nombreux et augmenteront parmi les enfants de hommes… Et tous leurs jours seront complets et ils vivront dans la paix et dans la joie.

 

Un article récent paru dans le Scientific American indique que certaines des idées conventionnelles du judaïsme et du christianisme anciens doivent être radicalement corrigées au vu des nouvelles découvertes de documents. M.E. Stones note que « les plus importantes de ces découvertes ont été le livre d’Énoch et le livre des Jubilés, tous deux traduits de l’éthiopien au 19ème siècle. Puis il met en parallèle les passages suivants d’Énoch et de Jude pour montrer « qu’il est évident que le livre d’Énoch a servi de source pour l’épître de Jude… et pour d’autres écrits du christianisme primitif. ».

 

Énoch : « Et voici, il vient avec les myriades de ses saints pour exercer son jugement sur tous et pour détruire tous les impies, pour condamner toute chair de toutes les œuvres de leur impiété, qu’ils ont commises dans l’iniquité, et de toutes les choses dures que les pécheurs impies ont dites contre eux. »

Jude : « Et c’est aussi pour eux qu’Énoch, le septième depuis Adam, a prophétisé en ces termes : Voici, le Seigneur est venu avec ses saintes myriades, pour exercer un jugement contre tout et pour faire rendre compte à tous les impies parmi eux de tous les actes d’impiété qu’ils ont commis et de toutes les paroles injurieuses qu’ont proférées contre lui des pécheurs impies. »

 

Maintenant, ces parallèles, donnés comme preuve décisive de l’affinité authentique d’écrits anciens, sont-ils plus contraignants que ceux existant entre ces mêmes sources anciennes et le livre de Moïse qui nous a été donné par le prophète Joseph Smith ?

 

Moïse 7:62 Je ferai descendre la justice des cieux…  et je ferai en sorte que la justice et la vérité balaient la terre comme un flot, pour rassembler mes élus des quatre coins de la terre, vers un lieu [qui]… sera [appelé] Sion, une nouvelle Jérusalem… Moïse 7:64 Et là sera ma demeure, et ce sera Sion, qui sortira de toutes les créations que j'ai faites. Et la terre se reposera pendant mille ans.

1 Én. 39:5 Là mes yeux virent leurs habitations au milieu des anges de sa justice, et leurs lits de repos au milieu des saints….et la justice coulait comme de l’eau devant eux, et la miséricorde comme de la rosée sur la terre : ainsi en sera-t-il parmi eux, jusque dans les siècles des siècles. Et dans ce lieu, mes yeux virent l’Élu de justice et de fidélité.  Je vis sa demeure…

 

Moïse 7:66

Mais avant ce jour-là, il vit de grandes tribulations parmi les méchants… Moïse 7:67… Et il vit le jour des justes, l'heure de la rédemption, et reçut une plénitude de joie.

Ap. d’Abraham 29:14 Avant même que ne commence à croître le siècle de justice et d’abondance, mon Jugement viendra sur les païens iniques par le peuple né de ta semence et mis de côté par Moi. 15 Ces jours-là, je ferai venir dix plaies … sur toute la création terrestre. 17 Alors resteront les hommes justes de ta semence… Ils se hâteront dans la gloire de mon nom vers le lieu qui leur est préparé depuis longtemps [Jérusalem] où ils pourront vivre en sécurité pendant les siècles de justice.

 

Des nombreuses figures de style frappantes qui rattachent définitivement le langage particulier de l’Énoch de Joseph Smith à celui des sources anciennes, aucune n’est plus intéressante que celle qui a trait à la préservation de l’Arche, un passage qui, à l’évidence, intrigue les scribes éthiopiens mais qui ressort clairement dans le texte de Joseph Smith :

 

Moïse 7:43 C'est pourquoi Hénoc vit que Noé bâtissait une arche, et que le Seigneur souriait sur elle et la tenait dans sa main; mais les flots s'abattirent sur le reste, qui était méchant, et l'engloutirent.

1 Énoch 67:2 Et maintenant des anges vont travailler des bois (construire ? R.H. Charles note :  « Ce récit diffère de 89:1 où il est dit que Noé lui-même fit l’arche ») et quand les anges auront achevé cette œuvre, j’étendrai ma main sur elle et je la garderai.

 

Les saints des derniers jours ont reçu comme enseignement de considérer leur dispensation comme l’inauguration du rétablissement final de Sion. L’Église elle-même, qui ne sera plus jamais ôtée de la terre, doit s’approcher le plus étroitement possible du modèle de la Sion d’Énoch car ceux qui « ont été dispersés retourneront dans les terres de leur héritage et bâtiront les lieux désolés de Sion… pour être établis, pour ne plus être renversés » (D&A 103:11-13). C’est la même œuvre sous les mêmes auspices : « Je suis celui-là qui a pris la Sion d’Énoch en son sein… même tous ceux qui ont cru en mon nom » (D&A 38:4). Les saints des derniers jours « sont ceux qui ont rejoint….l’assemblée générale et l’Église d’Hénoc et du Premier-né… » (D&A 76:67). « Le Seigneur parla à Énoch [Joseph Smith, fils], disant : Il faut que mon peuple soit organisé… dans le pays de Sion… ou, en d’autres mots, la ville d’Énoch [Joseph] comme institution et ordre permanent et éternel pour mon Église. » (D&A 78:1-4).

 

Sion est la désignation ordinaire de l’Église établie dans le monde : « le pays de Sion » étant « en d’autres mots, la ville d’Énoch » (D&A 78:3-4). Même si l’œuvre en est encore à ses débuts,  on peut dire à juste titre : « c’est la nouvelle chapelle » alors qu’on n’a posé que les fondations. Ainsi, l’Église peut être appelée Sion même si son œuvre est à peine commencée : « Mon peuple doit être mis à l’épreuve en tout, pour qu’il soit préparé à recevoir la gloire… de Sion » (D&A 136:31). Et s’ils sont fidèles, « ils auront, après de nombreux jours, le pouvoir d’accomplir tout ce qui a trait à Sion » (D&A 105:37). Les saints sont invités à ne pas désespérer : «  Ne vous souciez pas de Sion, car je serai miséricordieux envers elle » (D&A 111:6) et « Sion sera rachetée quand je le jugerai bon » (D&A 136:18). « Sion sera rachetée, bien qu’elle soit châtiée pour un peu de temps » (D&A 100:13). Brigham Young rappelait constamment aux saints la nature préparatoire de l’œuvre dans laquelle ils étaient engagés :

« Nous avons commencé à nous organiser, je dirai partiellement, dans le Saint Ordre que Dieu a établi pour son peuple à toutes les époques du monde, quand il y a eu un royaume sur la terre. Nous pouvons l’appeler l’ordre d’Énoch, l’ordre de Joseph, l’ordre de Pierre ou d’Abraham, ou de Moïse, et puis remonter jusqu’à Noé et ensuite passer à notre situation actuelle ici et dire que nous allons nous organiser autant que nous le pouvons… en vertu des lois du pays. De nombreux secteurs de l’industrie ont été organisés ici pour aider au soutien de chacun, pour œuvrer pour le bien de tous et établir la coopération au sein de l’Église dans ce lieu » (JD 17:113).

Dans les années qui suivirent l’entrée dans la vallée du lac Salé, il mit surtout l’accent sur le thème de la préparation et sur l’utilité de l’adversité.

« Je n’ai jamais attribué l’expulsion des saints du Comté de Jackson à autre chose qu’à la nécessité de les châtier et de les préparer à édifier Sion. » (JD 13:148)

Nous ne sommes pas encore prêts pour aller établir le Pieu central Sion. Le Seigneur a commencé par l’essayer… Il a donné révélation sur révélation, mais le peuple n’a pas pu les supporter. » (JD 11:324). 

« Sommes-nous préparés pour Sion ?... Pourrions-nous rester à Independence ? Non, nous ne le pourrions pas… Les saints peuvent-ils voir ? Non, ou seulement quelques-uns d’entre eux ! (JD, 15:3.)

« Et puis, ne soyez pas trop pressés de voir le Seigneur hâter son œuvre. Que notre hâte se centre sur une seule chose, la sanctification de notre cœur, la purification de nos affections, notre préparation à l'approche des événements qui arrivent rapidement sur nous. Voilà ce dont nous devons nous sou­cier, voilà ce que nous devons étudier, voilà ce qui doit faire l'objet de nos prières quotidiennes, et non pas être pressés de voir le renversement des méchants. » (JD 9:3).

Supposons que Joseph n’ait pas été obligé de fuir de Pennsylvanie dans l’état de New York, aurait-il pu connaître autant de choses que ce qu’il a appris plus tard ! Supposons qu’il ait pu rester en paix dans le vieux comté d’Ontario, sans être persécuté, aurait-il pu apprendre autant que ce qu’il a appris en étant persécuté ?...

« Joseph n'aurait pas pu être rendu parfait, quand bien même il aurait vécu mille ans, s'il n'avait subi des persécutions… Vous pouvez calculer que lorsque notre peuple est appelé à traverser des périodes d'affliction et de souf­frances, et à être chassé de chez lui, abattu, dispersé, frappé et écrasé, le Tout-Puissant fait avancer son œuvre plus rapidement. (JD 2:5, 7-8).

« Il en est de même avec l’Israël ancien. Ils ont dû voyager d’un côté à l’autre du compas et ont été consumés parce que Dieu était décidé à sauver leur esprit. (JD 4:53).

« Pendant que nous étions à Winter Quarters, le Seigneur m’a donné une révélation… J’ai parlé à mes frères… mais à l’exception d’un ou deux des Douze, cela n’a pas touché un seul homme… J’aurais donné [des millions] si le peuple avait été préparé à recevoir alors le Royaume de Dieu selon le modèle donné à Énoch. Mais je n’ai pas pu les toucher. » (JD 18:244)

L’explication de la réticence des saints était clairement le fait qu’ils étaient totalement préoccupés par leur séparation d’avec le monde, laquelle était violente et contraignante, mais était un prélude nécessaire à Sion. « Rassemblez-vous, ô peuple de mon Église, au pays de Sion… c’est pourquoi… que ceux qui sont parmi les Gentils fuient en Sion… Et que ceux qui sont de Juda s’enfuient à Jérusalem, à la montagne de la maison du Seigneur » (D&A 133:4, 12-13). Ils cherchaient un lieu sûr, « le pays de Sion… pour la défense, le refuge contre la tempête, et contre la colère, lorsqu’elle sera renversée sans mélange sur toute la terre. » (D&A 115:6). La construction de la ville se ferait plus tard.

Le départ spectaculaire de la Sion d’Énoch ne sera égalé que par son retour tout aussi étonnant. Il y a des choses qui dépassent largement l’expérience quotidienne de l’homme. « Voici, je vous le dis, il faut que la rédemption de Sion vienne par le pouvoir. » (D&A 103:15). Une fois que Sion sera établie à sa place, elle sera comme une sorte de tête de pont, préparant la voie pour le retour de la Sion d’Énoch et alors les deux fusionneront. 

  

Moïse 7:63. Alors tu les y rencontreras, toi et toute ta ville; et nous les recevrons dans notre sein, et ils nous verront; et nous nous jetterons à leur cou, et ils se jetteront à notre cou, et nous nous embrasserons les uns les autres.

1 Én. 39:1. Et il arrivera en ces jours que les enfants élus et saints descendront du haut des cieux et leur postérité deviendra une avec les enfants des hommes.

 

4 Esdras 13:36. Quand Sion apparaît elle est tout à fait parata et aedificata – une ville tout à fait finie et parfaite – venant comme une montagne découpée sans l’aide d’aucune main, dont l’édificateur et le souverain est Dieu

D&A 45:11 Laissez-moi vous montrer ma sagesse, la sagesse de celui que vous dites être le Dieu d'Hénoc et de ses frères, D&A 45:12 qui furent séparés de la terre… ville tenue en réserve jusqu'à ce qu'un jour de justice vienne…

Berl. Manich. Copt. Ms p. 12. Kap 1.1. Quand mon Apôtre [Énoch] s’élèvera, il sera élevé avec son église et ils seront élevés de la terre. 5. Elle  prendra la forme de mon assemblée [ekklesia] et sera libre dans la hauteur.

 

l Accueil l Écritures l Livres l Magazines l Études l Médias l Art l