La véracité de l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours est indissolublement liée à l’authenticité du Livre de Mormon. Ou bien celui-ci est véritablement le document historique qu’il affirme être, et dans ce cas ni Joseph Smith, ni personne d’autre, que ce soit au 19e siècle ou de nos jours, n’aurait pu en être l’auteur, ou bien c’est un faux, et alors il sera inévitablement démasqué par les progrès des connaissances scientifiques, et l’Eglise se révélera être une fausse église. Or, depuis une cinquantaine d’années, les indices en faveur de l’authenticité historique du Livre de Mormon n’ont cessé de se multiplier au point que quiconque veut mettre le Livre de Mormon (et l’Eglise) en doute ne peut plus – s’il est intellectuellement honnête – les ignorer. L’article suivant traite d’un de ces indices.

 

ENCORE LA PENDAISON DE ZEMNARIHAH

 

Insights, avril 1997

Basé sur des recherches de John A. Tvedtnes

 

Le Livre de Mormon détaille comme suit l’exécution d’un chef de la bande de brigands de Gadianton :

 

« Et leur chef, Zemnarihah, fut pris et pendu à un arbre, oui, à son sommet, jusqu'à ce qu'il fût mort. Et lorsqu'ils l'eurent pendu jusqu'à ce qu'il fût mort, ils abattirent l'arbre et crièrent d'une voix forte, disant : Que le Seigneur préserve son peuple dans la justice et dans la sainteté de cœur, afin qu'il puisse faire abattre tous ceux qui chercheront à le tuer pour le pouvoir et à cause des combinaisons secrètes, tout comme cet homme a été abattu » (3 Néphi 4:28-29).

 

Dans la loi de Moïse, la lapidation était la méthode habituelle d’exécution pour les Israélites coupables de péché. Il y a cependant, de toute évidence, des dispositions prévoyant la pendaison dans Deutéronome 21:22-23 : « Si l'on fait mourir un homme qui a commis un crime digne de mort, et que tu l'aies pendu à un bois, son cadavre ne passera pas la nuit sur le bois ; mais tu l'enterreras le jour même1. »

 

La plupart des rabbins d'autrefois comprenaient cela comme voulant dire que le corps des malfaiteurs lapidés était ultérieurement pendu pour être exposé publiquement et servir d'avertissement aux autres. Certains d'entre eux ont affirmé que seuls les blasphémateurs et les adorateurs d'idoles devaient être pendus2. Mais l’un des Manuscrits de la mer Morte va dans le sens de la pendaison pour certains délits et jette une lumière sur la raison pour laquelle Zemnarihah a été pendu plutôt que lapidé. Le Rouleau du Temple réclame l'exécution par pendaison pour trahison:

 

« S'il devait y avoir un espion contre son peuple qui trahit son peuple à une nation étrangère ou cause du mal contre son peuple, tu le pendras à un arbre et il mourra... Si un homme a commis un péché méritant la mort et qu'il s'enfuit parmi les nations et maudit son peuple / et / les enfants d'Israël, tu le pendras aussi à l'arbre et il mourra. Leurs cadavres ne passeront pas la nuit sur l'arbre ; tu les enterreras plutôt ce jour-là, parce qu'ils sont maudits par Dieu et par l'homme, ceux qui sont  pendus à l'arbre ; ainsi tu ne souilleras pas le pays que je te donne en héritage3. »

 

La bande de Gadianton dirigée par Zemnarihah était composée de « dissidents », qui s'étaient  tournés contre les Néphites (Hélaman 11:24-26; 3 Néphi 1:27-28). Giddianhi, prédécesseur de Zemnarihah comme chef de la bande, reconnaissait que son peuple était dissident des Néphites (3 Néphi 3:9-11). Il est intéressant aussi de constater que Giddianhi avait juré « avec serment » de détruire les Néphites (3 Néphi 3:9-11), maudissant clairement le peuple comme le mentionne également le Rouleau du Temple.

 

Pendant la grande guerre contre les Lamanites, les Néphites exécutaient régulièrement les dissidents qui refusaient de défendre leur pays contre l'invasion ennemie (Alma 51:15, 19-20; 62:6-10). Plus tard, des membres de la bande de Gadianton étaient également exécutés s'ils ne renonçaient pas à leur méchanceté et ne rejoignaient pas la nation néphite (3 Néphi 5:4-5). On ne dit pas comment ces traîtres étaient exécutés, mais l'histoire de Zemnarihah, ainsi que les indications du Rouleau du Temple, donnent à penser qu'ils ont pu être pendus4.

 

 

 


1 John W. Welch a noté que la loi juive exigeait que l’arbre auquel le criminel était pendu soit coupé et enterré avec le corps, et il a souligné que la pendaison devait essentiellement être adaptée au châtiment du crime. Il a également démontré le caractère exécratoire de l'exécution de Zemnarihah. Voir « L'exécution de Zemnarihah », dans Reexploring the Book of Mormon, dir. de publ. Welch, 1992, pp. 250-252 et ses sources.

2 Abraham Chill, The Mitzvot: The Commandments and their Rationale, 1974, pp. 450-451 et ses références.

3 Rouleau du Temple (11Q19), col. lxiv, lignes 6-13, dans Florentino Garcia Martinez, The Dead Sea Scrolls Translated, 1996, p. 178.

4 Certains se sont demandé si Néhor n'a pas été pendu, puisque Alma 1:15 dit qu’il a reconnu ses erreurs «entre les cieux et la terre». Ceci peut toutefois être une allusion au fait qu'il avait été emmené « sur le sommet de la colline de Manti ». Quoi qu'il en soit, on nous dit simplement qu'il « subit une mort ignominieuse ».

 

 

 

 

l Accueil l Écritures l Livres l Magazines l Études l Médias l Art l