LE LIVRE DE MORMON :
MODELE DE PREPARATION D’UN PEUPLE A RENCONTRER LE CHRIST

E. Dale LeBaron

Je suis heureux de m’adresser à vous pour vous parler d’un sujet qui me tient à cœur et que j’estime être d’une grande importance. Je ressens vivement le besoin que l’Esprit de notre Père céleste dirige mes paroles pour que je puisse transmettre non seulement le message, mais aussi le sentiment de son importance. Ce que je voudrais montrer, c’est que le Livre de Mormon est particulièrement conçu pour préparer un peuple à la venue du Sauveur. Au commencement de notre dispensation, quand l’ange Moroni a rendu visite à Joseph Smith, le prophète, et l’a instruit, il lui a appris que cette œuvre, qui était sur le point de commencer, allait être le début de l’œuvre préparatoire à la seconde venue du Messie et que l’Evangile serait prêché à toutes les nations, afin qu’un peuple soit préparé pour le règne millénaire.

Il semble, d’après ce que le Seigneur et ses représentants dans notre dispensation ont dit, qu’une des plus grandes responsabilités qui incombent à notre dispensation est en fait de préparer un peuple à la seconde venue du Sauveur. Joseph F. Smith a dit : « Nous vivons à une époque où le Seigneur, notre Dieu, s’est mis en devoir, pour la dernière fois, de rassembler les justes et de préparer un peuple à rencontrer l’Epoux quand il viendra régner sur la terre, à savoir Jésus-Christ. » le président Benson a, lui aussi, déclaré : « Le Livre de Mormon et les Doctrine et Alliances ont tous deux un rôle unique dans cette mission particulière. « Ces deux grands livres d’Ecritures modernes sont liés en ce qu’ils sont des révélations du Dieu d’Israël, dont le but est de rassembler et de préparer son peuple pour la seconde venue du Seigneur. » Les Doctrine et Alliances sont, bien entendu, le manuel du rétablissement. Dans toutes les Doctrine et Alliances, le Seigneur parle du rassemblement de son peuple, de la préparation d’un peuple à la Seconde Venue et des signes et des prophéties qui vont précéder l’événement. À la section 1 des Doctrine et Alliances, qui est, bien entendu, la préface de ce livre, le Seigneur déclare que les Doctrine et Alliances sont une « voix d’avertissement... à tous les peuples... pour le jour où le Seigneur viendra » (D&A 1:4, 10). Deux jours après cette révélation, l’appendice ou section 133 des Doctrine et Alliances était révélé. Ces Ecritures devaient aider le peuple à se préparer à la venue du Seigneur « qui descendra en jugement sur le monde avec une malédiction ; oui, sur toutes les nations qui oublient Dieu, et sur tous les impies parmi vous » (D&A 133:2).

On comprend que les Doctrine et Alliances, qui sont données dans notre dispensation, se concentrent essentiellement sur la préparation d’un peuple à la venue du Sauveur. Mais qu’en est-il du Livre de Mormon ? Quelle valeur ce livre peut-il avoir ? En fait, le Livre de Mormon, bien que rédigé 1400 ans avant le début de notre dispensation, a été composé d’une manière tout à fait particulière pour pouvoir être en fait un instrument extrêmement précieux de ce processus. En réalité, le Livre de Mormon contient l’histoire d’un peuple qui a eu pour tâche de se préparer à la venue du Sauveur ressuscité. Il a assisté à cette venue, et les méchants ont été détruits, les justes ont été épargnés et ceux qui avaient été épargnés ont vécu sa venue, sa visite et son ministère parmi eux. Le Livre de Mormon est un livre sans pareil qui contient effectivement un parallèle exact de ce à quoi nous nous préparons nous-mêmes.

Comment ce livre a-t-il donc été préparé de manière à avoir de la valeur pour nous ? Il est important de comprendre que la préparation du livre est tout aussi importante que sa traduction, de sorte que ce livre peut être et est un instrument précieux pour aider un peuple à se préparer à la venue du Sauveur. C’est un thème constant chez tous les prophètes modernes du Seigneur. En 1992 encore, dans un discours prononcé au campus de l’université Brigham Young, Joseph B. Wirthlin a dit aux étudiants : « Vous aurez peut-être de plus grandes possibilités, mais vous devrez affronter des difficultés et des problèmes plus grands que n’importe quelle génération avant vous. Votre tâche la plus importante sera de préparer un peuple à rencontrer le Sauveur à sa Seconde Venue. »

Pour comprendre la façon dont le Seigneur a contribué à l’élaboration d’un livre qui serait efficace dans ce point capital de son programme, rendons-nous compte qu’il l’a fait en préparant les prophètes qui allaient effectivement préparer les annales. Il y a eu quatre prophètes principaux qui ont eu la responsabilité directe de faire les annales que nous avons maintenant et que nous appelons le Livre de Mormon : les deux premiers prophètes qui ont écrit dans le livre, Néphi et Jacob, et les deux prophètes qui l’ont terminé, Mormon et son fils Moroni. Néphi a écrit, dans ces annales, davantage de ses paroles que n’importe quel autre prophète qui a écrit dans le Livre de Mormon. Son frère Jacob l’a imité. Toutes les annales que nous avons dans le Livre de Mormon actuel, sauf moins de 8 pages, ont été préparées et rassemblées par Néphi et Jacob ou par Mormon et Moroni. En vue de cette tâche, ces quatre prophètes ont eu avec le Seigneur des expériences communes qui ont contribué tout particulièrement à les préparer à leur mission. D’abord, tous les quatre ont reçu le ministère du Sauveur. Vous avez Néphi, dans 2 Néphi 11:2-3, parlant d’Esaïe, qui dit : « Et maintenant, moi, Néphi, j’écris davantage des paroles d’Ésaïe, car mon âme fait ses délices de ses paroles... Car en vérité il a vu mon Rédempteur tout comme je l’ai vu... Et mon frère Jacob l’a vu, lui aussi, comme je l’ai vu. » Mormon, à la fin du Livre de Mormon, déclare : « Et moi, ayant quinze ans et étant d’un esprit plutôt sérieux, je fus visité par le Seigneur, et goûtai et connus la bonté de Jésus » (Mormon 1:15). En abrégeant et en écrivant le livre d’Ether, Moroni écrit : « Et alors, vous saurez que j’ai vu Jésus, et qu’il a parlé face à face avec moi, et qu’il m’a parlé de ces choses avec une humilité évidente, comme un homme parle à un autre, dans ma propre langue » (Ether 12:39). Ces quatre prophètes ont reçu le ministère du Sauveur.

Le deuxième critère important pour ces prophètes était qu’ils soient voyants, qu’ils aient le pouvoir de voyance. Ce pouvoir est décrit dans le livre de Mosiah 8:17. Nous lisons : « Un voyant peut connaître les choses qui sont passées, et aussi les choses qui sont à venir, et c’est par eux que tout sera révélé, ou plutôt que ce qui est secret sera dévoilé, et que ce qui est caché parviendra à la lumière, et les choses qui ne sont pas connues seront révélées par eux, et il y aura aussi des choses qui seront révélées par eux, que l’on ne pourrait connaître autrement. » Chacun de ces quatre prophètes était aussi qualifié comme voyant en ce qu’il voyait le passé et l’avenir avec une grande clarté. Vous avez les paroles de Néphi dans 2 Néphi 25:21-22 : « C’est pourquoi, c’est pour cette raison que le Seigneur Dieu m’a promis que les choses – c’est-à-dire ces annales – que j’écris seront gardées et préservées, et transmises à ma postérité, de génération en génération… C’est pourquoi, ces choses iront de génération en génération tant que la terre existera; et elles iront selon la volonté et le bon plaisir de Dieu; et les nations qui les posséderont seront jugées par elles, selon ce qui est écrit. » En d’autres termes, ces annales allaient être transmises jusqu’à la fin des temps. Ces prophètes le savaient et ils en ont rendu témoignage.

Néphi, nous dit-on dans 1 Néphi 14:24, qu’il a eu le privilège d’observer les événements depuis le commencement jusqu’à la fin du monde : « Les choses que cet apôtre de l’Agneau écrira » – il s’agit de Jean-Baptiste, qui devait écrire les événements futurs de l’histoire prophétique – « sont beaucoup de choses que tu as vues; et voici, le reste, tu le verras. » Il reçut cette promesse d’un messager céleste. Puis au verset 28 de ce chapitre, Néphi écrit : « Il m’est interdit, à moi, Néphi, d’écrire le reste des choses que j’ai vues et entendues ; c’est pourquoi, les choses que j’ai écrites me suffisent; et je n’ai écrit qu’une petite partie des choses que j’ai vues. » Néphi eut donc le privilège de voir du début jusqu’à la fin du monde et les événements qui précéderaient la venue du Sauveur. Et Jacob eut bien entendu aussi ce privilège comme il le rapporte dans les soixante-dix-sept versets de l’allégorie de Jacob au chapitre cinq de son livre où il décrit les relations entre Dieu et ses enfants depuis le commencement jusqu’à la fin de la terre. C’est là un grand écrit prophétique, un livre écrit par et révélé à un voyant.

C’est, bien entendu, Mormon qui a eu la plus lourde responsabilité dans la préparation des annales, parce que c’est lui qui en a abrégé la plus grande partie. Il dit à propos de cette tâche : « Les choses qui sont sur ces plaques me plaisent, à cause des prophéties et de la venue du Christ. Il écrit néanmoins au verset suivant : « Je ne peux écrire la centième partie des choses de mon peuple » (Paroles de Mormon 1:4-5). Périodiquement, Mormon note dans le Livre de Mormon qu’il ne pourrait pas écrire la centième partie de ce qui était à sa disposition en matière d’annales de son peuple. C’est quelque chose d’important à remarquer, car, comment savait-il ce qu’il devait choisir parmi ce moins d’un centième qu’il avait choisi ? Continuons.

Dans Mormon 3:16, Mormon fait de nouveau observer qu’il voit avec clarté les derniers jours, comme il le dit au verset 16 : « Je fis ce que le Seigneur m’avait commandé ; et je me tins en témoin passif pour manifester au monde les choses que je voyais et entendais, selon les manifestations de l’Esprit, qui avait témoigné des choses à venir. » Mormon poursuit : « C’est pourquoi je vous écris, à vous, les Gentils, et aussi à toi, maison d’Israël... oui, voici, j’écris à toutes les extrémités de la terre ; oui, à vous, les douze tribus d’Israël... Et j’écris aussi au reste de ce peuple... Ces choses, l’Esprit me les manifeste ; c’est pourquoi je vous écris à tous » (Mormon 3:17-20). Il écrivait des annales qui allaient être pour une génération future d’une époque lointaine. Son fils Moroni le dit d’une manière encore plus claire et encore plus frappante, comme dans Mormon 8:34-35, qui a souvent été cité par le président Benson : « Voici, le Seigneur m’a montré des choses grandes et merveilleuses concernant ce qui doit venir sous peu, ce jour-là où ces choses paraîtront parmi vous. Voici, je vous parle comme si vous étiez présents, et cependant vous ne l’êtes pas. Mais voici, Jésus-Christ vous a montrés à moi, et je sais ce que vous faites. »

Ce livre, le Livre de Mormon, est un livre tout à fait unique, le seul livre qui, à notre connaissance, ait été préparé et écrit pour une génération future, notre génération. Il a été préparé pour nous, ayant été préservé et traduit par le don et le pouvoir de Dieu. Mais la façon dont il a été préparé et la façon dans laquelle le Seigneur a préparé ceux qui l’ont préparé est un miracle tout aussi grand à tous égards que la façon dont il a été traduit. Lors de la conférence générale d’avril 1975, le président Benson a déclaré : « Le Livre de Mormon a été écrit pour nous aujourd’hui. Dieu est l’auteur du livre. C’est l’histoire d’un peuple déchu écrite par des hommes inspirés, dans notre intérêt, à nous qui vivons aujourd’hui. Ces personnes n’ont jamais eu le livre ; c’est à nous qu’il était destiné. Mormon, le prophète d’autrefois, dont le livre porte le nom, a abrégé des siècles d’annales. Dieu, qui connaît la fin depuis le commencement, lui a dit ce qu’il devait mettre dans son abrégé, dont nous aurions besoin pour aujourd’hui. »

Je voudrais attirer votre attention sur un schéma qui illustre la façon dont Mormon a fait son abrégé et qui démontre la façon tout à fait particulière dans laquelle ce document a été préparé (voir figure 1). En regardant ce schéma, vous remarquerez qu’au début des annales écrites par Néphi et Jacob, il y a pas mal de pages pour le premier siècle ou le premier siècle et demi. Nous avons là les écrits de Néphi, les écrits de Jacob et ainsi de suite jusqu’aux Paroles de Mormon. Mais alors on passe plusieurs siècles sans qu’il y ait pour ainsi dire d’annales. Ensuite commence la partie principale du Livre de Mormon, vers 150 av. J.-C. et elle va jusque et y compris la résurrection et le ministère de Jésus-Christ auprès des Néphites et des Lamanites sur le continent américain. Vous remarquerez que le gros du Livre de Mormon est le récit des relations de Dieu avec ces personnes qui s’efforçaient de se préparer à la venue du Sauveur. C’est là vraiment un document tout à fait remarquable.

Je voudrais maintenant vous donner quelques exemples pratiques de la façon dont ces annales ont été composées et dont diverses parties ont été conçues pour nous aider à nous préparer à la venue du Sauveur. Je pourrais intituler cette section : « L’apparition du Christ aux Néphites : modèle de sa Seconde Venue ». À titre d’introduction, je voudrais raconter quelque chose qui s’est passé il y a un certain temps pendant que je regardais le programme de télévision, à la suite du journal télévisé, dans lequel Ted Koppel interviewait le chef du département de la police après les émeutes de Los Angeles. Au cours de cette interview, M. Koppel montrait au chef de la police une séquence où l’on voyait les membres du département de la police rester là sans rien faire, alors que la plupart d’entre eux étaient armés, mais ne faisaient rien pour intervenir ou pour empêcher le pillage, les coups ou le chaos autour d’eux. En regardant cela et en voyant que l’on ne faisait rien pour empêcher ce carnage, j’ai repensé au chapitre 13 du livre d’Ether, que je lisais la veille et où il était question de l’effondrement de la nation jarédite. Au dernier verset de ce chapitre, le verset 31, on trouve ces mots terribles : « Tout le peuple à la surface du pays versa le sang, et il n’y avait personne pour le retenir. » En y réfléchissant au moment où je lisais, je m’étais demandé : « Comment est-il possible que personne n’ait pu le retenir ? » Aussi, en regardant cette séquence des émeutes de Los Angeles, j’ai été parcouru d’un frisson. Et la question que je me suis posée, c’était : « A quel point sommes-nous éloignés du stade où personne ne va arrêter ceux qui volent, qui pillent, qui frappent et qui tuent ? » En vérité, le Livre de Mormon est un message d’avertissement tout à fait d’actualité concernant les événements dans lesquels nous entrons maintenant.

J’ai décidé de diviser cette étude en plusieurs (voir figure 2). Il doit être bien entendu qu’il n’est pas question ici de faire un travail exhaustif, et ce n’est pas non plus quelque chose de profond ou de difficile. Je pense que chacun de vous pourra faire ses propres recherches sur d’autres sujets et d’autres titres dans le même ordre d’idées. La première catégorie dont j’aimerais parler est celle des « Signes ». Il semble que dans le Livre de Mormon et dans les prophéties des événements qui vont précéder la venue du Sauveur auprès de nous, le Seigneur laisse entendre qu’il y aura de nombreux signes, beaucoup d’événements que nous pourrons observer, qui nous permettront de savoir que cette heure et ce jour approchent. Mais dans le Livre de Mormon, on trouve une description particulière de la raison pour laquelle ces signes sont utilisés et pour laquelle ils sont importants pour le Seigneur et pour ses enfants. Je vous renvoie à cette description, qui est donnée dans le livre d’Hélaman 14:28. Ces paroles de Samuel nous aident à comprendre pourquoi le Seigneur donne des signes des événements qui précèdent sa venue. Samuel dit : « Afin qu’ils crussent. » Il cite un ange au verset 28 : « L’ange me dit que beaucoup verraient des choses plus grandes que celles-là, afin qu’ils crussent. » C’est la raison finale. Il continue ainsi : « Que ces signes et ces prodiges se produiraient sur toute la surface de ce pays, pour qu’il n’y eût aucune cause d’incrédulité parmi les enfants des hommes... Afin que quiconque croit soit sauvé et que quiconque ne croit pas, un jugement juste s’abatte sur lui ; et aussi, s’ils sont condamnés, ils s’attirent leur propre condamnation » (Hélaman 14:28-29).

Avant toute chose, le Seigneur veut sauver ses enfants. Les événements sont donnés pour nous avertir, pour que nous réagissions, afin que nous progressions et nous préparions pour les événements qui nous attendent. Il est intéressant de constater que lorsque nous poursuivons notre lecture, nous voyons l’adversaire faire tout ce qu’il peut pour minimiser ces signes. Nous lisons, par exemple, dans 3 Néphi 1:22, que « des mensonges commencèrent à être envoyés parmi le peuple par Satan, pour lui endurcir le cœur, dans l’intention de l’empêcher de croire en ces signes et ces prodiges qu’il avait vus. » De toute évidence, l’adversaire voulait faire tout ce qu’il pouvait pour gêner et contrecarrer ce que le Seigneur essayait de réaliser. Dans 3 Néphi 2:1, il est écrit : « Le peuple commença à oublier les signes et les prodiges qu’il avait entendus, et commença à être de moins en moins étonné devant un signe ou un prodige venu du ciel, de sorte qu’il commença à être dur de cœur et aveugle d’esprit, et commença à ne plus croire à tout ce qu’il avait entendu et vu. » Il y a là un avertissement important pour nous. Il est important de nous rendre compte que le même genre de choses va se produire à notre époque. Je trouve intéressant qu’à la conférence générale d’avril 1966, Joseph Fielding Smith, alors président du Collège des douze apôtres, ait fait cette déclaration : « Les paroles des prophètes s’accomplissent rapidement, mais cela se fait selon des principes tellement naturels que la plupart d’entre nous ne s’en aperçoivent pas. » C’est bien vrai. Nous pouvons regarder autour de nous et remarquer que beaucoup de signes qui ont été donnés concernant les événements qui précéderont la venue du Sauveur à notre époque augmentent en fréquence et en puissance, mais que nous en sommes de moins en moins affectés et que nous continuons fondamentalement notre chemin et n’y faisons guère attention. À la conférence générale d’octobre 1992, M. Russell Ballard a fait un discours intitulé : « La joie de l’espoir réalisé » dans lequel il parle des signes et de leur fréquence, et il utilise un exemple bien particulier, celui des séismes, qui est, bien entendu, l’une des prophéties d’un événement qui se répétera de nombreuses fois avant la venue du Sauveur. Dans ce discours, frère Ballard dit : « Récemment, je lisais dans un journal un article qui citait des statistiques de l’US Geological Survey, signalant que les tremblements de terre augmentent en fréquence et en intensité dans le monde entier. D’après cet article, dans les années 1920, il ne s’est produit que deux tremblements de terre importants atteignant le degré 6 sur l’échelle de Richter. Dans les années 30, le nombre est passé à 5, puis a diminué à 4 dans les années 40. Par contre, dans les années 50, il y a eu 19 tremblements de terre majeurs, suivis de 15 dans les années 60, de 46 dans les années 70 et de 52 dans les années 80. Il y a déjà eu presque autant de tremblements de terre importants dans les années 90 que pendant toute la décennie 1980. » Souvenez-vous que ce discours a été prononcé en octobre 1992. Il dit ensuite : « Le monde connaît de violents désordres aussi bien physiques que sociaux. »

Quand il donnait un enseignement ou un témoignage important au cours de son ministère, le Sauveur l’introduisait ou le concluait souvent par les mots : « Que celui qui a des oreilles pour entendre entende. Que celui qui a des yeux pour voir voie. » Dans Doctrine et Alliances 42:49-50, le Christ utilise ces mots à notre époque : « Celui qui a la foi pour voir verra. Celui qui a la foi pour entendre entendra. » Effectivement, l’une des grandes difficultés que nous devons surmonter est d’exercer la foi nécessaire pour voir aussi clairement que le Seigneur. Il nous commande de voir et d’entendre, d’entendre ses paroles par les avertissements de ses prophètes.

Je voudrais vous donner un exemple d’un groupe de personnes qui se sont trouvées devant l’une de ces forces destructrices. En 1976, un groupe de saints des derniers jours d’Idaho ont connu un raz de marée dévastateur appelé le raz de marée du barrage de Teton. Un barrage de terre retenant 27 km d’eau céda tout à coup un beau samedi matin sans crier gare. Dans le voisinage immédiat de ce barrage vivaient 7800 personnes. Plus loin dans la vallée vivaient encore près de 35.000 personnes. Presque toutes étaient des saints des derniers jours. Les eaux déferlèrent si soudainement que les experts du gouvernement fédéral qui vinrent constater les dégâts conclurent que sur la base de leurs études et étant donné la densité de la population, la quantité d’eau libérée et la vitesse à laquelle cette eau avait déferlé dans la vallée, ils s’attendaient à ce que 5300 personnes aient perdu la vie. Miraculeusement, il n’y eut que 6 personnes qui furent noyées. Sur ces six, l’une pêchait juste en dessous du barrage lorsque l’eau fut libérée. Elle n’avait pas la moindre chance de survivre. Deux autres avaient refusé d’écouter les avertissements et trois autres avaient décidé de retourner chercher des biens ou des richesses dont elles estimaient qu’elles ne pouvaient pas vivre sans eux, ce qui se confirma.

Parmi ceux qui moururent et ceux qui furent épargnés, Boyd K. Packer, membre du Collège des douze apôtres qui avait la responsabilité de diriger les efforts pour aider ceux qui avaient perdu leur maison – il y eut quasiment 800 maisons qui furent totalement détruites et 800 autres, y compris des églises, des écoles et des entreprises, qui furent gravement endommagées – frère Packer dit : « Il n’y en a que six qui sont morts par noyade, six sur quelque 35.000 personnes. Comment y a-t-il pu y avoir des destructions aussi terribles avec si peu de pertes en vies humaines ? Parce qu’ils avaient été avertis. Ils n’avaient pas beaucoup de temps, mais ils avaient été avertis. Chaque personne avertie, avertit son voisin. » Il en conclut : « Ce fut un miracle majeur. Nous, les saints des derniers jours, nous apprenons à écouter les avertissements. » Et effectivement, c’est de cela qu’il s’agit dans la préparation à la venue du Sauveur.

A la section 29 des Doctrine et Alliances, verset 7, le Seigneur déclare : « Vous êtes appelés à réaliser le rassemblement de mes élus, car mes élus entendent ma voix et ne s’endurcissent pas le cœur. » Il y a là un message important. Vous remarquerez que le Seigneur ne dit pas : « mes élus entendent mes missionnaires » ou « mes élus entendent mon prophète. » Il dit : « mes élus entendent ma voix et ne s’endurcissent pas le cœur. » Lorsque ceux qui le représentent parlent en vertu du pouvoir et de l’inspiration du Saint-Esprit, ceux qui écoutent par ce même Esprit entendent le Seigneur leur parler, et qu’ils soient des non-membres qui écoutent les missionnaires ou des membres qui écoutent les dirigeants, ils entendent la voix du Seigneur et ne s’endurcissent pas le cœur.

À notre époque, le Seigneur nous a mis en garde contre une maladie intéressante. Dans Doctrine et Alliances 95:5-6, il nous lance un avertissement : « Il y en a beaucoup qui ont été ordonnés parmi vous, que j’ai appelés, mais peu d’entre eux sont élus... Ceux qui ne sont pas élus ont commis un péché très grave en marchant dans l’obscurité en plein midi. » C’est là une analogie intéressante. De quoi parlait-il ? Que signifie la métaphore? Il parle de la dispensation de la plénitude des temps, aujourd’hui où nous avons plus de révélations, plus de clefs, plus de pouvoir, plus de bénédictions spirituelles, de meilleures communications pour entendre la parole du Seigneur qu’à aucun autre moment de l’histoire de la terre. Il n’y a jamais eu de peuple sur la planète qui ait eu si facilement accès aux messages des prophètes du Seigneur passés et présents que nous. Nous sommes en plein midi, et ceux qui, étant membres de l’Église du Seigneur, décident d’ignorer toute cette lumière et toute cette compréhension, peuvent être comparés à des gens qui marchant dans l’obscurité à midi.

Il est assez ironique que les saints des derniers jours soient le seul peuple sur la terre qui puisse souffrir « d’anorexie spirituelle ». Nous disposons d’une surabondance de révélation. Ayant passé un certain temps en Afrique, j’ai constaté que l’anorexie y est inconnue parmi ces gens qui connaissent de grandes difficultés et dont beaucoup meurent de faim. Ils s’efforcent de trouver de maigres moyens d’existence pour survivre. Ils ne savent pas ce que c’est que l’anorexie. Ce n’est que là où se trouve l’abondance que cette maladie est connue de l’humanité.

À la conférence générale d’avril 1989, Ezra Taft Benson, au cours d’un grand discours intitulé « Prenez garde à l’orgueil », a dit : « Les Doctrine et Alliances nous disent que le Livre de Mormon est l’histoire d’un peuple déchu. Pourquoi est-il déchu ? C’est un des tout grands messages du Livre de Mormon. Mormon répond dans les derniers chapitres du livre en ces termes : ‘Prenez garde à l’orgueil, de peur de devenir comme les Néphites d’autrefois’ (D&A 38:39) » Le président Benson ajoute : « Il y a un certain temps que ce message pèse lourdement sur mon âme. Je sais que le Seigneur veut qu’il soit remis maintenant. » Il avertit ensuite le monde entier : Prenez garde à l’orgueil. Si vous jetez un coup d’œil sur ce cycle particulier – il est intitulé : « Le cycle néphite : l’avertissement de Mormon pour nous » (voir figure 3) – nous nous souvenons que le Seigneur a dit à Léhi que s’il gardait ses commandements, le peuple prospérerait dans le pays. Vous remarquerez sur ce cycle que quand il est juste, le peuple est béni et prospère. Mais c’est là une situation qu’il ne semble pas capable de supporter, car elle ne tarde pas à conduire à l’orgueil, puis à la méchanceté, puis à la destruction et à la souffrance, et alors, il s’humilie et se repent, il est juste, et puis le cycle recommence encore et encore et encore. On a l’impression, dans certains cas, que le peuple va battre le record des tours de ce cycle, de la répétition constante de ce processus, en fait si souvent que, de temps en temps, on voit Mormon, prophète et rédacteur, insérer son éditorial et ses commentaires inspirés, comme par exemple dans Hélaman 12. Notez qu’en lisant ces paroles, vous pouvez facilement constater que Mormon s’adresse directement à nous quand il commence :

« Et ainsi, nous pouvons voir combien est faux et inconstant le cœur des enfants des hommes; oui, nous pouvons voir que le Seigneur, dans sa grande et infinie bonté, bénit et fait prospérer ceux qui placent leur confiance en lui. Oui, et nous pouvons voir qu’au moment même où il fait prospérer son peuple, oui, dans l’accroissement de ses champs, de ses troupeaux de gros et de petit bétail, et dans l’or, et dans l’argent, et dans toutes sortes de choses précieuses de toute espèce et de tout art, lui épargnant la vie et le délivrant des mains de ses ennemis, adoucissant le cœur de ses ennemis, afin qu’ils ne lui déclarent pas la guerre, oui, en bref, faisant tout pour le bien-être et le bonheur de son peuple, oui, c’est à ce moment-là qu’il s’endurcit le cœur, et oublie le Seigneur, son Dieu, et foule aux pieds le Saint, oui, et c’est à cause de son aisance et de son extrême prospérité. Et nous voyons ainsi qu’à moins que le Seigneur ne châtie son peuple par de nombreuses afflictions, oui, à moins qu’il n’intervienne contre lui par la mort et la terreur, et par la famine, et par toutes sortes de fléaux, il ne se souvient pas de lui. » (Hélaman 12:1-3).

Les expressions ‘et ainsi’, ‘nous pouvons voir’ et ‘nous voyons ainsi’ sont des avertissements forts que Mormon nous adresse. Ce n’est pas à son peuple qu’il parle ; celui-ci est déjà déchu. En réalité, c’est à nous qu’il s’adresse.

Concentrons-nous maintenant sur la catégorie « Destruction ». C’est peut-être la plus grande catégorie de celles que nous allons examiner, mais c’est celle sur laquelle je passerai le moins de temps. La venue du Sauveur est effectivement un jour grand et redoutable. Il est redoutable pour les méchants parce qu’ils seront détruits. Mais le Seigneur ne veut pas que cela nous perturbe. Il veut que nous soyons conscients de ce que des destructions ont été prophétisées, pour pouvoir nous préparer émotionnellement, temporellement et spirituellement, en particulier, et pour pouvoir échapper à ces forces destructrices. Un grand discours a été donné sur ce sujet sous le titre « Ne soyez pas troublés », par Marion G. Romney, membre du Collège des douze apôtres. Lors de la session du samedi matin de la conférence générale d’octobre 1966, il a dit : « Le fait que le Seigneur ait rappelé ces prédictions à Joseph Smith, le prophète, en 1831 » (parlant précisément des prédictions qui se réaliseraient avant la seconde venue du Sauveur, les mêmes prédictions qu’il avait faites à ses disciples sur le mont des Oliviers avant son ascension), « le fait que le Seigneur les ait données à Joseph Smith, le prophète, souligne certainement leur importance pour nous, et puisque les disciples ont été perturbés alors qu’on leur disait simplement que cette calamité se produirait dans un futur lointain, il n’est pas étonnant que nous soyons perturbés en les voyant se produire. » Il dit ensuite quelque chose que j’estime particulièrement pertinent à propos de notre époque troublée et des avertissements concernant ces destructions : « Non seulement j’espère que nous connaissons bien ces événements à venir, j’espère aussi que nous en gardons constamment la vision à l’esprit. Je l’espère, parce que c’est sur la connaissance de ces faits et l’assurance de leur réalité et le témoignage que chacun de nous peut y participer que repose l’efficacité de l’exhortation du Christ : ‘ Que votre cœur ne se trouble point ’. » Nous pouvons être dans des temps difficiles. Nous pouvons ne pas savoir ce que l’avenir nous réserve, mais nous devons savoir à coup sûr qui se réserve l’avenir. Et il nous est promis que si nous vivons de manière à être dignes de ces promesses et que nous suivons les exhortations du Seigneur et de ses serviteurs, nous serons protégés, bénis et dirigés.

La catégorie suivante est celle de la « Justice ». Cette catégorie contient beaucoup de choses. Nous rendons-nous compte que ceci est un jour grand et redoutable – un grand jour, à cause de tout ce qui doit s’accomplir ? Quelle époque merveilleuse que celle où nous vivons ! À cause des progrès que le Seigneur a accordés à la terre en matière de communication et de voyages, nous disposons de moyens grâce auxquels les missionnaires peuvent partir par dizaines de milliers partout sur la terre, l’œuvre peut aller de l’avant et nous pouvons participer à tout ce qui doit se produire en vue de la venue du Sauveur. Il y a, en effet, beaucoup à faire pour préparer un peuple pour cette venue et nous avons la bénédiction aussi bien que la connaissance de ce que doit être cette préparation.

Je voudrais attirer votre attention sur la catégorie suivante, « Le prophète vivant » et souligner un principe important qui a son parallèle tant dans le Livre de Mormon que dans les Doctrine et Alliances. Un des messages qui ressortent très clairement pour nous dans ces deux ouvrages est qu’il est d’importance capitale d’écouter et de prêter attention aux messages des prophètes vivants du Seigneur. Par exemple, dans 3 Néphi 9, la voix du Christ ressuscité parle à ces gens et mentionne les diverses villes qui ont été détruites et donne la raison de leur destruction. La voix du Christ parle de la destruction des villes de Laman, de Gad et de Kishkumen « à cause de leur méchanceté » (3 Néphi 9:10). Or, qu’est-ce qui constitue une méchanceté devant le Seigneur au moment de sa venue ? Le Christ dit que c’est « à cause de la méchanceté avec laquelle ils ont chassé les prophètes et lapidé ceux que j’envoyais leur parler de leur méchanceté et de leurs abominations. »

Si vous tournez la page pour prendre 3 Néphi 10, vous avez les commentaires de Mormon, aux versets 11-12, sur ceux qui ont été épargnés : « Et jusque-là, les Ecritures qui avaient été dites par les prophètes s’étaient accomplies. Et c’était la partie la plus juste du peuple qui avait été sauvée. » Qu’est-ce qui constitue la justice ? « C’étaient ceux qui avaient reçu les prophètes et ne les avaient pas lapidés » (3 Néphi 10:12). Mormon conclut ensuite : « Que celui qui lit comprenne ; celui qui a les Ecritures, qu’il les sonde » (3 Néphi 10:14). Au moment où nous arrivons à l’époque de la venue du Sauveur, ne voyons-nous pas que suivre les prophètes vivants du Seigneur devient non pas simplement une question de survie spirituelle, mais que cela devient en fait une affaire de survie temporelle aussi, séparant les justes des méchants ?

J’aimerais maintenant passer à la dernière catégorie : « La venue et le ministère du Sauveur » auprès des Néphites. C’est là une section particulièrement extraordinaire du Livre de Mormon. Nous avons déjà montré que ce livre a été préparé d’une manière tout à fait particulière, que c’est le seul document que nous connaissions qui parle d’un peuple qui a été préparé ou à qui il incombe de se préparer à la venue du Sauveur et qui a vécu sa venue. Mais c’est aussi le seul cas que nous connaissions d’un peuple qui a été littéralement témoin de cette venue et qui l’a vu exercer son ministère auprès de lui et vivre avec lui, aussi bien à titre individuel qu’en tant que peuple.

Pour mettre cela dans son contexte, je voudrais vous lire quelques déclarations du président Benson. À la conférence générale d’octobre 1986, il a dit : « En étudiant soigneusement cette période, nous pouvons déterminer pourquoi certains ont été détruits lors des jugements terribles qui ont précédé sa venue et ce qui en a amené d’autres à se trouver devant le temple au pays d’Abondance et de mettre les mains dans les plaies de ses mains et de ses pieds. A la conférence générale d’octobre 1966, Marion G. Romney a dit : « Il y aura un peuple qui, en acceptant l’Evangile et en s’y conformant, sera en mesure de reconnaître les puissances du mal et d’y résister, d’édifier la Sion promise et de se préparer à rencontrer le Christ et à être avec lui pendant le bienheureux millénium. Et nous savons, en outre, qu’il nous est possible à chacun, si nous le voulons, d’avoir notre place parmi ce peuple. » Effectivement, cette section particulière du Livre de Mormon (c’est-à-dire 3 Néphi) est l’un des trésors les plus rares et les plus grands. En parlant de 3 Néphi, qui raconte le ministère du Sauveur parmi ce peuple, le président Benson a dit : « Lisez, dans le Livre de Mormon, le récit de la venue de Jésus-Christ sur le continent américain, au cours de laquelle le Sauveur a invité le peuple à sentir les marques de ses mains, de ses pieds et de son côté. Si ce récit ne vous ébranle pas, alors rien ne peut vous ébranler. C’est un des plus beaux récits et une des plus grandes choses pour fortifier le témoignage que je crois que vous lirez jamais. » En effet, en lisant le ministère du Sauveur auprès de son peuple, vous pouvez, grâce à ces annales, en les lisant dans l’esprit dans lequel elles ont été écrites, commencer à sentir l’amour du Sauveur pour vous aussi bien que pour ces gens. Et nous pouvons commencer à éprouver un désir plus grand de connaître cet amour dans notre propre vie en devenant davantage semblables à lui. En fait, le grand message du Livre de Mormon vient des lèvres du Sauveur parlant à son peuple dans 3 Néphi 27:27, quand il lui pose la question : « Quelle sorte d’hommes devriez-vous être ? » Puis il répond en disant : « Tels que je suis. »

Je vous exprime mon témoignage et ma connaissance que ce livre est divin. Non seulement il est vrai, mais il est urgent, il est important, il est capital pour notre vie au moment où nous affrontons les difficultés qui nous attendent, qui, comme l’a dit le président Benson, dépasseront tout ce qui nous a précédés en fait de difficulté. C’est une époque où nous avons grand besoin de puiser dans la force du Livre de Mormon. Le Seigneur l’a préparé d’une manière divine et sans égale, par l’intermédiaire des prophètes qu’il a désignés, qui ont aidé à préparer des annales, qui pourront nous aider, vous et moi, à nous préparer non seulement à aller au Christ, mais à être avec lui, chose que nous pourrons vivre un jour, soit lorsqu’il viendra à nous, soit en retournant à lui. J’en témoigne en exprimant ma reconnaissance et mon amour profond pour mon Sauveur et pour le livre qui m’aide à sentir son amour pour moi d’une manière que je ne pourrais absolument pas ressentir autrement. Au nom de Jésus-Christ, amen.

FIGURE 1
 

 

FIGURE 2

 

 

 

 

 

FIGURE 3

 

LE CYCLE NÉPHITE :

L’AVERTISSEMENT DE MORMON POUR NOUS AUJOURD’HUI

(HÉLAMAN 12:1-6, 23-26)

 

 

 

 

 

 

l Accueil l Écritures l Livres l Magazines l Études l Médias l Art l