Des plaques d’or exposées en Bulgarie
Information fournie par l’Ancient America Foundation (http://www.ancientamerica.org)

Le livre aux pages multiples le plus ancien du monde — en étrusque, langue aujourd’hui perdue — est exposé au Musée d’Histoire Nationale de Bulgarie à Sofia. Il y a, dans ce livre, quelque chose qui devrait particulièrement intéresser les saints des derniers jours.

Comme on peut le voir sur la photo, ce livre a été créé sur des plaques de métal reliées entre elles par des anneaux métalliques exactement comme les documents qui sont la source du Livre de Mormon.

Le livre remonte à 600 av. J.-C., ce qui est à peu près l’époque à laquelle Léhi et sa famille ont quitté Jérusalem.

Le petit manuscrit, qui a plus de deux millénaires et demi d’âge, a été découvert il y a soixante ans dans une tombe dégagée lors des travaux de terrassement pour un canal le long du fleuve Struma, dans le sud-ouest de la Bulgarie. Celui qui l’a trouvée en a maintenant fait don au musée à condition de conserver l’anonymat.

Il semblerait que le donateur non identifié ait maintenant 87 ans et vive en Macédoine. Selon Bojidar Dimitrov, directeur du musée, cité par AFP, l’authenticité du livre a été confirmée par deux experts à Sofia et à Londres. Les six feuilles sont, pense-t-on, l’ouvrage complet le plus ancien comportant des pages multiples, dit Elka Penkova, qui dirige le département d’archéologie du musée.

Elle ajoute que l’on connaît une trentaine de pages du même genre dans le monde, « mais elles ne sont pas reliées entre elles comme un livre ».

On pense que les Étrusques — l’un des peuples anciens les plus mystérieux d’Europe — ont émigré de Lydie, dans l’ouest de la Turquie moderne, pour s’installer, il y a près de trois mille ans, dans le nord et le centre de l’Italie. Ils ont été balayés au quatrième siècle av. J.-C. par les conquérants romains, laissant peu de documents écrits.


l Accueil l Écritures l Livres l Magazines l Études l Médias l Art l