les pierres lumineuses des Jarédites

 

FARMS Update, n° 83, juillet 1992

 

L'introduction de sources lumineuses dans les barques jarédites a longtemps été une énigme pour les lecteurs du Livre de Mormon. Le Seigneur précise l'impossibilité d'utiliser des sources lumineuses normales en disant : «Vous ne pouvez pas avoir de fenêtres, car elles voleraient en éclats; vous ne prendrez pas non plus de feu avec vous, car vous n'irez pas à la lumière du feu… Que veux-tu donc que je prépare pour vous, pour que vous ayez de la lumière ? » (Éther 2:23, 25)

 

En réponse à cela, le frère de Jared  « fondit d'un rocher seize petites pierres; et elles étaient blanches et claires comme du verre transparent » (Éther 3:1). Il les mit devant le Seigneur et demanda : « Touche ces pierres, ô Seigneur, de ton doigt, et prépare-les, afin qu'elles brillent dans les ténèbres... afin que nous ayons de la lumière pendant que nous traversons la mer » (Éther 3:4). En touchant les pierres, le Seigneur les transforma d'une certaine façon, de manière à leur faire émettre une lumière suffisamment forte pour illuminer l'intérieur des barques.

 

La bizarrerie qu’une telle source de lumière peut représenter sur le plan physique n’a pas manqué de provoquer beaucoup de railleries à l'égard du Livre de Mormon. Voici un commentaire typique :

 

"Avec l’histoire des bougies de pierre, on baigne dans le merveilleux... Et ces seize bougies de pierre ont donné de la lumière à huit barques pendant la traversée de l'océan vers l'Amérique. Qui va s'empresser de croire une histoire pareille ? Faut-il la croire tout simplement parce qu’on ne peut pas prouver le contraire ? On parle de « l'homme de la lune » et l'on dit que « la lune est un fromage » et nous ne pouvons pas prouver le contraire ; est-ce pour cela qu'il faut le croire ?" (William Sheldon, Mormonism Examined, Brodhead, WI, Par l'auteur, 1876, pp. 139-140).

 

Plus près de nous, Weldon Langfield a donné l'avis suivant sur les pierres lumineuses : « Nous qualifions cela de 'parfaitement ridicule' et nous sommes trop bons » (The Truth About Mormonism, Bakersfield, CA., Weldon Langfield Publications, 1991, p. 45). Beaucoup de contradicteurs écartent purement et simplement le Livre de Mormon parce qu'ils ne peuvent pas croire qu'il soit matériellement possible de créer une source lumineuse de ce genre.

 

Les Sandia National Laboratories du Nouveau-Mexique ont récemment mis au point des lampes radioluminescentes qui donnent lieu à des comparaisons intéressantes avec les pierres jarédites. Le but de ces lampes est d’ « assurer l'éclairage à des endroits où l'on ne dispose pas d'électricité » (SNL News Release, p. 1). Leur durée d'utilisation probable est d'environ vingt ans et on les dit « brillantes » et très « intenses ».

 

Les lampes radioluminescentes sont faites d'une matrice en silice extrêmement poreuse appelée « aérogel » dans laquelle on a dispersé un produit phosphorescent tel que le sulfure de zinc. La source radioactive des lampes est un gaz de tritium, qui, lorsqu'il est incorporé dans l’aérogel, se fixe chimiquement à la matrice (id., p. 3). La radioactivité du tritium provoque une émission de rayons bêta. Les particules bêta (électrons) « pénètrent dans les espaces libres de l’aérogel et frappent les particules de produit phosphorescent, les excitent et leur font émettre de la lumière » (idem). La plus grande partie de la lumière émise s'échappe vers l'extérieur, alors que les rayons bêta restent prisonniers de la matrice. Il n'y a donc pas de radiations externes appréciables.

 

La lumière radioluminescente correspond à ce qu’on pourrait attendre des pierres jarédites et constitue un parallèle intéressant avec elles : elles sont petites, durent longtemps et sont physiquement inoffensives. Il est possible que les pierres jarédites aient été créées d’une manière semblable, conformément aux lois physiques existantes. S'il est vrai qu’en faisant fondre la roche on aurait vraisemblablement fait s’évaporer tout le tritium éventuellement présent, il est concevable que le Seigneur ait pu altérer une autre molécule de la pierre pour créer l’isotope radioactif capable de produire l’effet lumineux. Il est également possible qu'il ait simplement introduit dans les pierres le gaz de tritium comme l'ont fait les chercheurs de Sandia. Chose intéressante, il y a des années, Spencer W. Kimball a avancé l'idée que les pierres jarédites étaient peut-être rendues lumineuses « par du radium ou une autre substance que nos savants n'ont pas encore redécouverte » (Ensign, avril 1963, pp. 63-64).

 

On ne peut, bien entendu, qu’émettre des suppositions au sujet du processus qui a été à l'origine de l'éclairage des Jarédites et même les chercheurs de Sandia s’empressent de préciser que les connaissances scientifiques en matière d'éclairage radioluminescent en sont encore aux premières étapes de leur élaboration. Les découvertes futures et d’autres perfectionnements permettront peut-être de montrer avec plus de précision la façon dont les pierres jarédites fondues ont été amenées à devenir fluorescentes. Pour le moment cette découverte faite récemment nous aide à coup sûr à apprécier le fait que le Livre de Mormon parle de réalités que nous ne faisons que redécouvrir maintenant.

 

Basé sur des recherches faites par Nicholas Read, Jae R. Ballif, John W. Welch, Bill Evenson, Kathleen Reynolds et Matt Roper.

Traduit et publié avec la permission de F.A.R.M.S.

 

 

 

Encore les pierres lumineuses

 

par John A. Tvedtnes

FARMS Update, n° 128, juillet 1999

 

Insights de juillet 1992 signalait la mise au point de lampes radioluminescentes rassemblant aux pierres lumineuses utilisées par les Jarédites (Éther 2:19-3:6 ; 6:2-3,10). Faites d'une matrice de silice hautement poreuse appelée aérogel, ces lampes modernes, qui peuvent fonctionner pendant 20 ans, emploient du gaz de tritium pour produire un rayonnement bêta qui fait briller un produit phosphorescent tel que le sulfure de zinc.

 

En attendant d'autres progrès scientifiques qui pourraient contribuer à démystifier les propriétés physiques des pierres lumineuses, nous pouvons passer en revue avec profit les réflexions faites par le passé à propos de ce sujet fascinant, qui nous rappelle que le récit donné par les Écritures à propos des barques jarédites éclairées par seize pierres lumineuses n'est pas aussi fantaisiste que le prétendent les contradicteurs.

 

L’article d’Insights relevait le fait qu'en 1963, Spencer W. Kimball avait avancé l'idée que les pierres jarédites étaient illuminées «par du radium ou une autre substance que nos savants n'ont pas encore redécouverte.»

 

En  1909, B. H. Roberts a comparé les expériences sur les matières radioactives avec la description des pierres jarédites donnée par le Livre de Mormon, attirant l'attention sur le fait que le radium et le polonium brillent dans le noir. Un savant a observé que le polonium pouvait transférer son énergie rayonnante à d'autres substances et a avancé l'opinion qu’on pourrait l’utiliser à l'avenir pour produire de la lumière sans chaleur ni combustion[1].

 

En 1927, Janne M. Sjodahl a attiré l'attention des saints des derniers jours sur des expériences qui produisaient une lueur dans les pierres précieuses par exposition à des rayons cathodiques ou à du radium. Il en tirait la conclusion que le frère de Jared «possédait... une connaissance que les savants d'aujourd'hui commencent seulement à effleurer» et qu'il n'est pas «déraisonnable de supposer que Dieu aurait pu rendre lumineuses les pierres des barques jarédites[2].» Le tube à rayons cathodiques est devenu depuis lors d’usage courant dans le radar, la télévision et les écrans d'ordinateur. On utilise des pierres précieuses (notamment le rubis) dans le laser, acronyme de l'expression «light amplification by stimulated emission of radiation» (amplification de lumière par émission stimulée de radiations).

 

On sait aussi que les pierres composées de minéraux phosphorescents brillent. Le baryte brille un certain temps dans le noir après avoir été exposé aux rayons du soleil. Lors d'un commentaire suivant une conférence à FARMS en 1996 sur les pierres brillantes[1], Hugh Nibley a rappelé que presque cinquante ans auparavant, un professeur de BYU avait trouvé une pierre qui brillait quand on la serrait dans un étau. La pierre fut envoyée à la Colorado School of Mines où des savants confirmèrent ses propriétés lumineuses. Selon Nibley, la pierre fut détruite plus tard quand on appliqua une pression trop forte.

 

Le minéralogiste George Frederick Kunz, dans son livre The Curious Lore of Precious Stones, publié en 1913, mentionne des histoires de pierres lumineuses. Par exemple, un traité écrit en 1675 par le physicien Christiani Mentzel concerne une pierre phosphorescente découverte en 1604 et appelée pierre de Bologne ou pierre lunaire. Dans le noir, cette pierre dégageait la lumière qu'elle avait reçue du soleil. Le livre cite aussi des expériences de Kunz et d'autres personnes deux siècles plus tôt au cours desquelles on avait fait briller certains diamants dans le noir[3].

 

Si beaucoup de saints des derniers jours s'intéressent aux pierres lumineuses et aux rapports qu'elles peuvent avoir avec les pierres jarédites, cela provient bien moins du désir de satisfaire l'esprit des incroyants que de celui de comprendre un phénomène curieux. Bien entendu, une meilleure connaissance scientifique dans ce domaine pourra peut-être mettre davantage en évidence la manière exacte par laquelle le Seigneur a fait briller les pierres cristallines que le frère de Jared avait fait fondre.

 

Traduit et publié avec la permission de FARMS.

 


 


Notes sur "Les pierres lumineuses des jarédites"

 

[1] Il s’agit d’une présentation conjointe de Michael Lyon et John A. Tvedtnes. Le texte de Tvedtnes apparaît dans Journal of Book of Mormon Studies 6/2, 1997, pp. 99-123.


 


Notes sur "Encore les pierres lumineuses"

 

[1] B. H. Roberts, New Witness for God, 1909, 3:547-549.

[2] Janne M. Sjodahl, An Introduction to the Study of the Book of Mormon, 1927, p. 249.

[3] George Frederick Kunz, The Curious Lore of Precious Stones, 1913; réimpression 1938, pp. 168-170.

 

 

 

 

l Accueil l Écritures l Livres l Magazines l Études l Médias l Art l