SACRIFICES ET HOLOCAUSTES DANS LE LIVRE DE MORMON

 

FARMS Online - FARMS Research Reports[1]

Copyright © 1996-2001 Foundation for Ancient Research and Mormon Studies

 

Dans son abrégé de l'histoire de l'assemblée néphite sous le roi Benjamin, Mormon dit : « Et ils prirent aussi certains des premiers-nés de leurs troupeaux, afin d'offrir des sacrifices et des holocaustes, selon la loi de Moïse » (Mosiah 2:3). Sous la loi mosaïque, les premiers-nés du troupeau étaient consacrés au Seigneur (voir Exode 13:12-15), ce qui veut dire qu'on les donnait aux sacrificateurs, qui devaient les sacrifier et en  manger la chair (voir Nombres 18:17-18). Faisaient exception à cette règle, les agneaux premiers-nés utilisés pour le repas de la Pâque, que tout Israël devait manger (voir Exode 12:5-6). Rien dans le texte biblique ne permet de croire que les premiers-nés étaient utilisés pour les holocaustes, le seul sacrifice dans lequel l'animal tout entier était brûlé sur l'autel plutôt que cuit et mangé. Il y a cependant plusieurs explications possibles à ce que Mormon a pu vouloir dire dans ce passage.

 

Il est possible que puisque les Néphites n'étaient pas descendants d'Aaron, il n'y ait pas eu de sacrificateurs d'Aaron parmi eux à qui l'on pouvait donner les premiers-nés. S'il en est ainsi, les Néphites devaient être dans une situation comparable à celle d'Abel. Nous lisons dans la Genèse qu'Abel, qui vécut longtemps avant Aaron et ne pouvait donc pas confier ses animaux à sacrifier aux prêtres de ce lignage, apportait « des premiers-nés de son troupeau et de leur graisse » et offrait des sacrifices au Seigneur (Genèse 4:4). De même, dans le cas des Néphites, il se peut que les sacrifices aient été faits directement au Seigneur sous forme d'holocaustes, comme cela s'était fait dans les générations précédentes.

 

On peut trouver une autre explication possible dans les enseignements rabbiniques ultérieurs. Selon ces traditions, il y avait des exceptions à la pratique habituelle du sacrifice des premiers-nés décrit dans la Bible. La Michna, écrite par rabbi Juda le Prince, qui vivait à l'époque où le temple fonctionnait encore à Jérusalem, nous donne une idée supplémentaire sur les sacrifices israélites de l'époque. Selon Michna Zebakhim 5:8 et 10:3 et Temoura 1:1, seuls les prêtres mangeaient les premiers-nés, mais Michna Temoura 5 décrit plusieurs façons de contourner la loi concernant les premiers-nés. Par exemple, Temoura 5:2 note que dans le cas de jumeaux, l'un devient un holocauste (si les deux sont mâles) ou un sacrifice d'actions de grâces (si les deux sont femelles) ou n'ont pas besoin d'être sacrifiés s'ils sont des deux sexes. Ainsi, selon la compréhension rabbinique, même les premiers-nés pouvaient à l'occasion être utilisés légitimement comme holocaustes.

 

Une troisième explication possible est que la formulation de Mosiah 2:3 pourrait être de caractère idiomatique et qu'il ne faut pas y voir l'affirmation que les Néphites utilisaient nécessairement les premiers-nés pour les holocaustes. La déclaration de Mormon pourrait simplement signifier que, conformément à la loi mosaïque, les Néphites (1) amenaient les premiers-nés pour les offrir comme sacrifice d'actions de grâces et (2) amenaient aussi d'autres animaux pour l'holocauste. Plusieurs facteurs vont dans le sens de cette interprétation.

 

Deutéronome 12:5-6 dit que les Israélites devaient amener les premiers-nés de leurs gros et de leur menu bétail au temple en même temps que d'autres animaux non spécifiés à des fins diverses de sacrifice et de consécration. Bien que ces versets citent plusieurs formes de sacrifices associés au culte israélite du temple (holocaustes, offrande par élévation, sacrifices volontaires, etc.), les seuls animaux mentionnés sont les premiers-nés, même si ceux-ci n'ont sans doute pas été utilisés comme holocaustes. Dans ce cas, la simple allusion à des holocaustes concernait probablement des animaux autres que les premiers-nés, même si on ne cite pas explicitement d'autres animaux pour le sacrifice.

 

Les recherches sur le sujet du système sacrificatoire israélite aident à jeter un éclairage sur cette interprétation possible. Dans Exode 10:25, Moïse dit au pharaon : « Tu mettras toi-même entre nos mains de quoi faire les sacrifices et les holocaustes que nous offrirons à l'Eternel, notre Dieu. » Baruch Levine et Gary Anderson, deux grandes autorités sur les sacrifices israélites, notent que ce passage désigne l'holocauste (olah-zebah) et les sacrifices d'actions de grâces (olah shelamim). Levine et Anderson mentionnent aussi que les allusions fréquentes à ces deux sacrifices dans l'Ancien Testament doivent être interprétées comme un mérisme pour le système sacrificatoire tout entier connu de l'Israël de l'Antiquité (Le mérisme est un procédé littéraire parfois utilisé en hébreu dans lequel on évoque un sujet entier en en mentionnant certaines parties). En d'autres termes, l'expression « les sacrifices et les holocaustes » (Exode 10:25) n'est rien d'autre qu'une expression idiomatique qui englobe toutes les espèces d'offrandes sacrificatoires faites sous la loi de Moïse, sans mentionner expressément chaque sacrifice. À la lumière de l'interprétation que donne Levine de ce genre de passage biblique, il est raisonnable d'interpréter de la même façon l'expression « des sacrifices et des holocaustes » tels que Mormon l'utilise dans son abrégé.

 

 


[1] Ce rapport de recherche a été élaboré par le Département de la Recherche de FARMS et est basé sur les recherches de spécialistes les plus récentes dont on dispose. Il est sujet à révision à mesure que de plus amples informations sur le sujet deviennent accessibles. Les idées exprimées ici ne représentent pas nécessairement la position de FARMS, de l'université Brigham Young ou de l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours.

Rapport mis à jour pour la dernière fois en août 2000.

 

 

 

l Accueil l Écritures l Livres l Magazines l Études l Médias l Art l