La véracité de l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours est indissolublement liée à l’authenticité du Livre de Mormon. Ou bien celui-ci est véritablement le document historique qu’il affirme être, et dans ce cas ni Joseph Smith, ni personne d’autre, que ce soit au 19ème siècle ou de nos jours, n’aurait pu en être l’auteur, ou bien c’est un faux, et alors il sera inévitablement démasqué par les progrès des connaissances scientifiques, et l’Eglise se révélera être une fausse église. Or, depuis une cinquantaine d’années, les indices en faveur de l’authenticité historique du Livre de Mormon n’ont cessé de se multiplier au point que quiconque veut mettre le Livre de Mormon (et l’Eglise) en doute ne peut plus – s’il est intellectuellement honnête – les ignorer. L’article suivant traite d’un de ces indices.

 

La trente-quatrième année :

La grande destruction de 3 Néphi vue par un géologue

 

Bart J. Kowallis[1]

BYU Studies 37/3 (1997-98), pp. 137-90

 

Les recherches géologiques et les récits de témoins oculaires d’activités volcaniques laissent penser que les destructions massives décrites dans 3 Néphi ont vraisemblablement été causées par une explosion volcanique.

 

Il y a environ trois cents ans, une éruption volcanique cataclysmique se produisait au large de la côte nord-est de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Il n’existe pas d’histoire écrite de cette éruption, mais les légendes locales concernant cet événement abondent. En 1970, Russell Blong commença à recueillir ces légendes et à reconstituer les effets de l’éruption[2]. Les légendes en question appellent cette période « le temps des ténèbres » :

 

« Je vais vous raconter l’histoire des ténèbres. Je vais raconter l’histoire des grandes ténèbres qui sont apparues dans cette région. Je ne les ai pas vues. On me l’a dit et c’est ainsi que je le sais.

 

C’était pendant qu’ils étaient endormis, pendant la nuit, qu’il a fait si noir sur cette terre, et ils sont restés couchés pendant trois nuits environ. Et quand ils ont pris des torches, et sont montés sur les collines, et ont fait des signaux, allant avec des torches dans le noir absolu, ils ont dit : Pouvez-vous voir ma torche ? Mais les torches n'éclairaient pas l’endroit !  C'est pourquoi ils ont dit : Non !

 

Ceci est arrivé de nombreuses fois. Et quand ils avaient envie de dormir et qu'il aurait dû faire nuit, ils dormaient. Et quand il aurait dû y avoir de la lumière, ils s’éveillaient et se levaient, et ne cessaient de regarder et de regarder, et ils allumaient des torches et montaient sur les collines, en disant : Voyez-vous ma torche ? Et d'autres disaient : Voyez-vous ? Et ils regardaient tout autour d’eux. Mais ils ne les voyaient pas[3]. »

 

Les légendes racontent qu'après l’éruption, d'autres phénomènes se produisirent en même temps que  les ténèbres. La plupart disent qu'elles durèrent de deux à quatre jours[4]. L’une d’elles raconte que les ténèbres furent annoncées par des tonnerres, des éclairs et des secousses[5]. Une autre raconte qu'une tempête était en route et qu'il y avait des bruissements et des sifflements dans l’air[6]. D'autres décrivent des vents, des tremblements de terre, des inondations, des bruits terribles, des fumées et des changements inhabituels de température[7]. Beaucoup de personnes moururent sous l'effondrement de leur hutte, à cause des fumées ou des blessures infligées par les retombées de cendres brûlantes, les chutes de pierres, la famine et d'autres causes[8]. Le long des régions côtières, les arbres et les cultures furent détruits par des inondations[9]. Selon un récit : « Tous les mauvais hommes, les perturbateurs, ceux qui avaient de mauvaises pensées, les voleurs, etc.  moururent au cours des ténèbres[10]. »

 

D'après Blong, les récits des indigènes sont étonnants, non seulement parce qu'ils ont survécu pendant trois cents ans, mais aussi parce que, à part un peu d'exagération et d'embellissements, « La véracité des histoires peut être vérifiée par l’observation sur le terrain[11] ». Aucun des récits ne donne un tableau complet de l'événement, mais mis ensemble, ils donnent une bonne idée de ce qui se passe lors d'une explosion volcanique.

 

La distribution et l'épaisseur des cendres provenant de cette éruption, seuls indices matériels qui aient survécu, permettent d’en estimer l'ampleur et les effets associés qui l’ont probablement accompagnée. Toutes les conclusions basées sur ces indices matériels concordent bien avec les traditions orales.

 

Sur ce qui reste d’une stèle égyptienne, on trouve un deuxième récit, beaucoup plus ancien, d'un temps de ténèbres, que l'on a rattaché à la grande éruption volcanique (env. 1500-1450 av. J.-C.) dans l'île de Santorin (Thera), située à environ 110 km au nord de l'île de Crète[12]. L'inscription de la stèle  dit, entre autres :

 

« Les dieux  transformèrent le ciel en une tempête de pluie, avec des ténèbres dans la région de l’ouest et le ciel déchaîné sans arrêt, plus fort que les cris des masses, plus puissant que […]. [tandis que la pluie faisait rage (?)] sur les montagnes, plus fort que le bruit de la cataracte qui est à Eléphantine. Toutes les maisons, tous les quartiers qu’ils atteignirent […] flottant dans l’eau comme des esquifs en face de la résidence royale pendant une période de […], tandis qu’on ne pouvait pas allumer de torche dans les Deux Terres.[13]

 

Il y a un autre récit historique qui ressemble d’une manière fort détaillée aux légendes de Nouvelle-Guinée sur le temps de ténèbres et aussi au récit égyptien. Ce récit est vieux de près de deux mille ans et se trouve dans 3 Néphi dans le Livre de Mormon :

 

« Et il arriva que la trente-quatrième année, le premier mois, le quatrième jour du mois, il s'éleva un grand orage, comme on n'en avait jamais connu de pareil dans tout le pays. Et il y eut aussi une grande et terrible tempête, et il y eut un tonnerre terrible, de sorte qu'il fit trembler la terre entière, comme si elle était près de se fendre. Et il y eut des éclairs extrêmement vifs, comme on n'en avait jamais connu dans tout le pays. Et la ville de Zarahemla prit feu. Et la ville de Moroni s'enfonça dans les profondeurs de la mer, et les habitants en furent noyés. Et la terre fut soulevée sur la ville de Moronihah, de sorte qu'au lieu de la ville il y eut une grande montagne. Et il y eut une grande et terrible destruction dans le pays situé du côté du sud. Mais voici, il y eut une destruction encore plus grande et plus terrible dans le pays situé du côté du nord; car voici, la surface tout entière du pays fut changée à cause de la tempête, et des tourbillons, et des tonnerres, et des éclairs, et du tremblement extrêmement grand de toute la terre; et les grandes routes furent fragmentées, et les routes plates furent abîmées, et beaucoup de lieux nivelés devinrent raboteux.

 

« … Et voici, les rochers furent fendus en deux; ils furent fragmentés sur la surface de toute la terre, de sorte qu'on les trouva en fragments brisés, et en crevasses, et en fissures, sur toute la surface du pays. Et il arriva que lorsque les tonnerres, et les éclairs, et l'orage, et la tempête, et les tremblements de la terre finirent, car voici, ils durèrent environ trois heures… et alors, voici, il y eut des ténèbres sur la surface du pays. Et il arriva qu'il y eut des ténèbres épaisses sur toute la surface du pays, de sorte que ceux de ses habitants qui n'étaient pas tombés pouvaient toucher la vapeur des ténèbres; et il ne pouvait y avoir aucune lumière à cause des ténèbres, ni lampes, ni torches; et il était impossible d'allumer du feu avec leur bois fin et extrêmement sec, de sorte qu'il ne pouvait pas y avoir de lumière du tout. Et on ne voyait aucune lumière, ni feu, ni lueur, ni le soleil, ni la lune, ni les étoiles, tant étaient grands les brouillards de ténèbres qui étaient sur la surface du pays. Et il arriva que pendant trois jours, on ne vit aucune lumière…

 

« Et c'était la partie la plus juste du peuple qui avait été sauvée, et c'étaient ceux qui avaient reçu les prophètes et ne les avaient pas lapidés, et c'étaient eux qui n'avaient pas versé le sang des saints, qui avaient été épargnés et ils avaient été épargnés et n'avaient pas été engloutis et ensevelis dans la terre; et ils n'avaient pas été noyés dans les profondeurs de la mer; et ils n'avaient pas été brûlés par le feu, et ils n'avaient pas non plus été recouverts et écrasés au point d'en mourir; et ils n'avaient pas été emportés dans le tourbillon; ils n'avaient pas non plus été accablés par la vapeur de fumée et de ténèbres. » (3 Néphi 8:5-13; 18-23; 10:12-13; ces passages seront dorénavant cités sans mention de référence).

 

Ce récit de destruction, que l’on trouve dans 3 Néphi, m’a toujours fasciné, depuis la première fois que j’ai lu l’histoire dans mon enfance jusqu’à ce jour. C’est le récit de ce qui, à première vue, semble être un événement ou un groupe d’événements complexe qu’il serait difficile de ramener à une cause unique. En fait, j’ai souvent entendu d’autres saints des derniers jours dire que tout le relief de l’Amérique du Nord et du Sud et de l’Amérique centrale que nous voyons aujourd’hui s’est formé à ce moment-là, si grande fut la destruction. Or, l’idée que la totalité de la surface du continent ait pu être bouleversée va à l’encontre de toutes les données géologiques dont nous disposons. Je crois qu‘en examinant le récit de 3 Néphi dans le détail, nous verrons qu’il décrit un événement plus localisé, un événement qui cadre bien avec la conception d’une géographie restreinte entretenue par beaucoup de spécialistes du Livre de Mormon[14].

 

Le récit de 3 Néphi ne peut toutefois pas s'expliquer uniquement comme un tremblement de terre massif et comme une violente tempête, car aucun de ces deux désastres naturels ne peut expliquer tous les éléments décrits. Par contre, tous les éléments du récit peuvent être expliqués par un phénomène naturel d'un type précis qui ne se produit que dans certains cadres géologiques : une éruption volcanique explosive semblable à celle de Papouasie-Nouvelle-Guinée et à l'éruption de Santorin. Je ne suis certainement pas le premier à reconnaître cet événement pour ce qu'il est, mais j'espère décrire ici plus complètement les événements qui se sont produits et démontrer qu'ils peuvent tous s'expliquer dans le contexte d'une seule éruption volcanique explosive[15].

 

Événements qui se sont produits pendant la destruction

 

La diversité des phénomènes et des lieux mentionnés dans le récit de 3 Néphi est considérable, ce qui indique que l'événement a vraisemblablement touché un territoire assez vaste et que l'auteur a dû attendre et accumuler des informations d'un peu partout dans le pays avant de faire son récit; il est peu vraisemblable qu'il ait été personnellement témoin de tous les événements. Les annales néphites avaient conservé une certaine connaissance du type de destruction qui allait se produire. Le prophète Zénos avait prédit les phénomènes physiques qui se produiraient à la mort du Sauveur (1 Néphi 19:10-13). Écrit des siècles avant les événements rapportés dans 3 Néphi, 1 Néphi préserve la prophétie de Zénos selon laquelle y aurait « les tonnerres et les éclairs de son pouvoir,... la tempête,... le feu, et... la fumée , et... la vapeur de ténèbres, et... la terre qui s'entrouvrira, et... les montagnes qui seront soulevées... les rochers de la terre se fendront; [et les] gémissements de la terre » et trois jours de ténèbres[16]. Il est évident que lorsque l'on a cette prophétie à l'esprit, la terminologie utilisée dans 3 Néphi devient plus spécifique et plus descriptive, définissant clairement le genre d'événements qui se sont produits en accomplissement de cette prophétie. Par exemple, des expressions telles que « des éclairs extrêmement vifs », « la terre soulevée sur la ville », « les rochers... fragmentés sur la surface de toute la terre », « des ténèbres épaisses  [que l'on pouvait] toucher », « aucune lumière », « vapeur de ténèbres » et « vapeur de fumée » sont des expressions-clefs dans l'interprétation de ces passages d'Ecriture. L'auteur veut que nous sachions que les éclairs n'étaient pas des éclairs habituels, mais plutôt quelque chose d'extraordinaire, que d'une certaine façon la terre s'est soulevée (quelque chose qui n'arrive pas habituellement), que les rochers n'ont pas simplement été morcelés le long d'une faille étroite, mais ont été dispersés à travers tout le pays, que les ténèbres étaient inhabituelles, des ténèbres que l'on pouvait toucher et qui étaient si intenses qu'on ne pouvait pas voir de lumière, et qu'il y avait des vapeurs de fumée qui accompagnaient les ténèbres.

 

La liste complète des événements dont 3 Néphi dit qu'ils se sont produits au cours de la destruction comporte les éléments suivants :

 

  1. Un grand orage (8:5)

  2. Une grande et terrible tempête (8:6, 12, 17; 10:14)

  3. Un tonnerre terrible (8:6, 12, 17)

  4. Un tremblement de toute la terre (8:6, 12, 14, 17, 19; 10:9)

  5. Des éclairs extrêmement vifs (8:7, 12, 17)

  6. Des villes en flammes (8:8, 14, 24; 9:3, 9-10; 10:13-15

  7. Des villes qui s'enfoncent dans la mer (8:9; 9:4, 7; 10:13)

  8. La terre soulevée sur des villes (8:10, 14, 25; 9:5; 10:13)

  9. Des villes qui sont englouties et enterrées (9:6, 8; 10:13-14)

10. Un changement de toute la surface du pays (8:12, 17)

11. Des tourbillons (8:12, 16; 10:13-14

12. Les grandes routes et la terre fragmentées (8:13)

13. Destruction des villes et de leurs habitants (8:14, 15)

14. Fragmentation et dispersion des rochers (8:18; 10:9)

15. Une durée de trois heures des premiers événements (8:19)

16. Des ténèbres épaisses pendant trois jours (8:19, 22, 23; 10:9, 13)

17. Des ténèbres palpables (8:20)

18. Ni feu ni lampes (8:21)

19. Du bois très sec (8:21)

20. Des vapeurs de fumée (10:13-14)

21. Des objets qui écrasent des gens dans leur chute (10:13)

 

Le volcanisme explosif

 

Chacun des événements cités ci-dessus a été constaté dans les éruptions volcaniques explosives et sera examiné plus loin en détail. Mais d'abord, il est important de déterminer où se produit le type d'éruption volcanique requis pour produire ces effets et de voir si ces endroits sont compatibles avec les idées actuelles concernant la géographie du Livre de Mormon.

 

On trouve habituellement les volcans dans trois cadres géologiques très différents de par le monde. Ceux-ci se trouvent : 1) le long des bords de deux plaques tectoniques, là où elles s'écartent; les géologues les appellent rifts ou zones de fracture, 2) le long des bords de deux plaques, là où elles se rapprochent, ce que l'on appelle zones de subduction 3) et à l'intérieur des plaques tectoniques, à des endroits appelés point chauds. Les volcans qui se forment aux endroits des rifts, ou zones de fracture, sont habituellement constitués de nombreuses coulées de lave liquide, qui se répandent en largeur en forme de bouclier, ce qui donne à ces volcans leur nom de volcans boucliers [volcans dits de type hawaïen, n.d.t.]. Leurs éruptions sont rarement violentes et sont la plupart du temps suffisamment légères pour qu'une famille puisse se rassembler, monter sur une colline pour avoir une bonne vue, éviter les coulées de lave incandescente et regarder en toute sécurité.

 

Par contre, les volcans qui se forment dans les zones de subduction sont très différents. Le magma qui se trouve sous la surface de ces volcans est épais et visqueux, et contient plus d'eau et d'autres gaz que les coulées tranquilles des volcans de type hawaïen. Cette roche épaisse, pâteuse, en fusion, est si visqueuse que quand elle est poussée vers la surface, elle ne coule pas loin, mais crée plutôt des volcans coniques, aux flancs escarpés, appelés strato-volcans. Ces volcans sont souvent très beaux et sont fort admirés par les touristes. Des montagnes telles que le mont Fuji, le mont Ranier, le pic Lassen et le mont St. Helens font partie de cette catégorie de volcans.

 

Mais si ces montagnes sont belles, elles n'en sont pas moins extrêmement violentes et dangereuses. À certains moments, le magma pâteux et visqueux qui se trouve dans le volcan bouche la cheminée de celui-ci, empêchant la pression du magma souterrain de se relâcher.

 

Avec le temps, la pression exercée par les gaz en dessous de la surface devient si forte que la montagne s'effondre ou explose, tout comme une cocotte-minute explose si la soupape de sûreté est coincée et que la pression qui augmente, parce que la casserole chauffe, ne peut pas se libérer. Quand la pression est libérée dans la chambre souterraine, les gaz se séparent du magma liquide et se détendent, ce qui fait exploser violemment le volcan. Dans beaucoup de cas, le dégazage du magma se produit si rapidement que la chambre souterraine ne peut pas supporter le poids de la roche qui est au-dessus d'elle. Cette roche s'effondre dans la chambre souterraine, ce qui fait encore sortir de la lave en fusion et crée une dépression, appelée caldeira, à l'endroit où se trouvait le volcan. Le Crater Lake en Oregon est un bon exemple de la caldeira qui reste après l'explosion d'une montagne.

 

Les volcans des points chauds peuvent produire soit des éruptions légères de lave fluide, soit des éruptions explosives très violentes, selon que l'éruption a lieu dans un bassin océanique ou sur un continent. Si le point chaud est un bassin océanique, les éruptions sont généralement très légères, comme dans les îles Hawaï. Mais si le point chaud est situé sous un continent, les éruptions sont généralement beaucoup plus violentes, semblables à celles qui se produisent dans les zones de subduction.

 

Ce sont les éruptions explosives violentes des volcans liés à la subduction ou aux points chauds continentaux qui peuvent expliquer les événements de 3 Néphi. Plusieurs de ces éruptions explosives se sont produites et ont été soigneusement décrites. Les éruptions du mont St. Helens (1980, Etat de Washington), d'El Chichón (1982, Mexique), de Nevado del Ruiz (1985, Colombie), du mont Pinatubo (1991, Mexique) et d'autres volcans de ce type au cours des quelques décennies écoulées ont donné aux savants la possibilité de se documenter avec plus de précision et plus complètement sur les phénomènes qui les accompagnent. Toutefois, toutes ces éruptions récentes ont été assez petites quand on les compare à d'autres éruptions des temps historiques. Le mont St. Helens, par exemple, a projeté un volume de roches équivalent à un bloc de 1.600 m de large sur 1.600 m de long et 1.200 m d'épaisseur. Le mont Pinatubo a projeté huit à dix fois cette quantité. Cependant, au cours de l'éruption de Tambora, en avril 1815, dans l'île de Sumbawa, en Indonésie, c'est un volume cent fois plus grand que celui de l'éruption du Mont St. Helens de 1980 qui a été éjecté[17].

 

Il faut en dire ici, au passage, un peu plus sur l'éruption de Tambora. En 1815, la famille de Joseph Smith venait de connaître une deuxième année de sécheresse à Norwich (Vermont)[18], et avait désespérément besoin d'une bonne récolte en 1816. Malheureusement, il ne devait pas en être ainsi. La poussière et les cendres, qui avaient été injectées l'année précédente dans l'atmosphère par l'éruption de Tambora, refroidirent le climat du monde et firent que l'été de 1816 en Nouvelle-Angleterre fut le plus froid jamais enregistré. Il tomba de la neige en juin et des gelées dévastatrices se produisirent jusqu'au 12 juillet. Ensuite, une série de gelées exceptionnellement précoces se produisit de nouveau après le 20 août[19]. L'année 1816 fut appelé « l'année sans été[20] ». Cette troisième année successive de mauvaises récoltes en Nouvelle-Angleterre chassa beaucoup de fermiers de la région[21], entre autres la famille Smith[22]. Il est intéressant de constater qu'un volcan, dans un coin éloigné du monde, ait pu contribuer à inciter la famille de Joseph à aller s'installer à l'endroit où elle devait être pour que le rétablissement de l'Evangile se produise.

 

Revenons maintenant aux questions principales posées au début de cette section. Ce genre de volcan explosif aurait-il pu exister dans la région où vivaient les populations du Livre de Mormon et une éruption aurait-elle pu se produire à l'époque de la mort du Christ ? La réponse à ces deux questions est « oui ». Si, comme le croient la plupart des spécialistes du Livre de Mormon, ces gens vivaient dans le sud du Mexique ou en Amérique centrale, ils vivaient dans une région très active en ce qui concerne le volcanisme explosif, là où les plaques tectoniques d'Amérique du Nord et des Cocos sont en collision. En fait, sur la base du volume des matières éruptives et de la longueur de la ceinture volcanique, la zone volcanique d'Amérique centrale est la région volcanique la plus productive de la terre[23]. Les populations du Livre de Mormon avaient probablement assisté à des éruptions plus petites tout au long de leur histoire, mais elles ne sont pas mentionnées dans le Livre de Mormon, probablement parce qu’elles n’étaient pas liées à une prophétie déterminée et parce qu’elles n’étaient pas suffisamment dévastatrices pour être un objet de préoccupation.

 

Le fait qu’aucune éruption plus petite n’ait été précédemment mentionnée n’a rien de vraiment étonnant. Par exemple, dans l’île de la Martinique, avant l’éruption dévastatrice du mont Pelé en 1902, les journaux locaux ne mentionnent quasiment jamais le volcan, alors qu’il avait gargouillé et craché de petites quantités de cendres et de vapeur des jours durant avant l’éruption principale. Les journaux et les gens de l’endroit se préoccupaient plus des élections toutes proches. Lorsque l’on parlait du volcan, c’était pour apaiser et raisonner la population et la convaincre qu’aucun désastre n’était imminent[24]. La raison de ce manque d’intérêt pour la montagne tenait simplement au fait qu’elle avait fait bien des fois auparavant ce genre de choses, sans qu’il y ait de grosses éruptions destructrices. On retrouve dans le monde entier des histoires semblables de gens qui, pendant des siècles, ont vécu autour et sur les flancs de volcans actifs. Ils y vivent sans crainte, parce que les éruptions massives et cataclysmiques ne sont pas courantes. Tel était probablement aussi le cas chez les Néphites. Ils vivaient avec les volcans, ils cultivaient la terre riche sur leurs flancs, ils assistaient de temps en temps à de petites éruptions, à des jets de vapeur et à de petits tremblements de terre, mais ils n’avaient pas connu d’éruptions dévastatrices à grande échelle.

 

Par contre, l’éruption décrite dans 3 Néphi fut apparemment une éruption majeure avec une dévastation si massive qu’il serait difficile de l’ignorer dans un compte rendu historique, et l'événement qui suivit, à savoir, la venue du Sauveur, en a fait un événement historique particulièrement important.

 

Je suis personnellement d’avis que les populations du Livre de Mormon vivaient sur un territoire relativement restreint, probablement dans le sud du Mexique ou en Amérique centrale, comme décrit dans le livre de John Sorenson, An Ancient American Setting for the Book of Mormon. Cette région est située le long d’une zone frontière tectonique de subduction avec beaucoup de volcans actifs et un nombre record d’éruptions volcaniques, par exemple les éruptions d'El Chichón (Mexique en 1982), du Cerro Negro (Nicaragua en 1968) et du Coseguina (Nicaragua en 1835)[25]. On s’attend à ce qu’il y ait ici d’autres éruptions grandes et petites. A l’heure actuelle, on n’a pas rattaché une couche particulière de cendres ni un volcan particulier au désastre de 3 Néphi, mais je crois qu’il est là, étant donné que les points suivants démontrent qu’il ne fait pas de doute que ce désastre a été une éruption volcanique explosive.

 

Orage, tempête et tourbillons

 

Les grandes éruptions volcaniques explosives sont souvent accompagnées de vents et de tourbillons violents[26]. Les vents sont causés par les mouvements des nuages de cendres volcaniques, qui soit traînent sur le sol, sous forme de nuages brûlants, se déplaçant rapidement en causant des destructions énormes, ce que l'on appelle des nuées ardentes, ou alors des nuages de souffle qui se déplacent encore plus rapidement. Par exemple, pendant l'éruption du mont St. Helens, l'explosion était « presque au-delà de toute compréhension, cinq cents fois plus forte que la bombe atomique de 20 kilotonnes (20.000 tonnes) qui est tombée sur Hiroshima[27]. Et on estime que le nuage de souffle s’est déplacé à une vitesse de plus de 500 km à l’heure[28]. Trois témoins oculaires de l’explosion racontent :

 

J’ai regardé vers l’est, vers le lac Hanaford et le lac Fawn, et cette région-là : On aurait dit que la chaîne de montagne tout entière venait d’exploser. Tandis qu’il approchait, le nuage de souffle ressemblait à une masse de roches bouillonnantes et aussi élevée que l’on pouvait y voir. Des arbres étaient arrachés et lancés en l’air à l’avant du nuage…

 

Le nuage approchait avec un rugissement. Et quand il est passé au-dessus de nos têtes, un cèdre a commencé à tomber et au bout de quelques secondes il ne restait plus d’arbres.

 

Un vent très fort, qui a écrasé les flammes du feu de camp sur le sol et soufflé les mèches de cheveux à l’horizontale, précédait le nuage de souffle d’environ 10 à 15 secondes[29].

 

Des arbres vieux de plusieurs centaines d’années furent arrachés comme des cure-dents et aplatis, tous orientés dans la même direction opposée au souffle. Avec le vent qui hurlait à une vitesse que ces témoins estiment avoir été de plus de 300 km/h, certains « vieux géants » furent arrachés par leurs racines et lancés en l’air comme des fétus par-dessus des crêtes voisines hautes de 500m[30]. Il faut de nouveau rappeler ici que l’éruption du mont St. Helens était relativement petite du point de vue géologique.

 

Plus impressionnants encore sont les récits de la destruction qui s’abattit en 1902 sur la ville de Saint-Pierre, dans l’île de la Martinique, aux Caraïbes, au cours de l’éruption du mont Pelé. Saint-Pierre était une ville de plus de 30.000 habitants. Parmi tous ceux qui étaient dans la ville, il n’y en eut que deux qui survécurent à l’éruption ainsi qu’une poignée d’autres dans le voisinage immédiat. L'un des survivants, un certain Monsieur Albert, propriétaire d’un domaine près de Saint-Pierre, raconte avec quelle soudaineté et avec quelle violence les vents provoqués par l’éruption commencèrent et l’ampleur de leur puissance destructrice :

 

« Le mont Pelé nous avait avertis de la destruction qui allait se produire, mais nous, qui considérions le volcan comme inoffensif, nous ne croyions pas qu’il ferait plus que cracher du feu et de la vapeur, comme il l’avait fait en d’autres occasions.

 

« C’est un peu avant 8 heures du matin du 8 mai que vint la fin. J’étais dans un des champs de mon domaine lorsque le sol trembla sous mes pieds, pas comme lorsque la terre tremble, mais comme si un combat terrible se déroulait à l’intérieur de la montagne. Je fus envahi par la terreur, mais ne pus expliquer ma crainte.

 

« Je m’arrêtai. Le mont Pelé sembla frissonner et un gémissement sortit de son cratère. Il faisait très sombre, le soleil étant obscurci par des cendres et une fine poussière volcanique. L’air était mort autour de moi, si mort que la poussière flottante n’était apparemment pas perturbée.

 

« Ensuite il y eut le bruit d’un déchirement, d’un écrasement, d'un grincement que je ne peux pas décrire autrement qu'en disant qu’on avait l’impression que toutes les machines du monde s’étaient tout à coup brisées. C’était assourdissant et l’éclair qui l’accompagna était aveuglant, plus que n’importe quel éclair que j’aie jamais vu.

 

« C’était comme un ouragan terrible, et là où une fraction de seconde auparavant avait régné un calme parfait, je me sentis attiré dans un tourbillon et je dus m’accrocher fermement. C’était comme si un grand express passait à toute vitesse et que j’étais entraîné par sa force.

 

« La force mystérieuse aplatit une rangée de gros arbres, les arrachant par les racines et laissant dénudée une surface de 15 m de large et de plus de 100 m de long.

 

« Je restai figé…. ne sachant pas dans quelle direction fuir. Je regardai vers le mont Pelé, et au-dessus de son sommet se formait un gros nuage noir qui montait très haut dans les airs. Il s’abattit littéralement sur la ville de Saint-Pierre. Il se déplaçait avec une rapidité qui faisait qu’il était impossible à quoi que ce soit de lui échapper.

 

« Du nuage sortaient des explosions, qui donnaient l’impression que toutes les flottes de guerre du monde étaient engagées dans un combat titanesque. Des éclairs entraient et sortaient en larges fourches, et le résultat était que des ténèbres intenses était suivies d’une lumière qui semblait avoir une force multipliée[31]. »

 

Le « gros nuage noir » vu par monsieur Albert était un souffle de vapeur surchauffée remplie de particules de cendres encore plus chaudes. On estime que ce nuage se déplaçait à une vitesse d’au moins 150 km/h. Cette vitesse était possible parce que les particules de cendres lui donnaient une densité plus grande que les gaz atmosphériques normaux, l'amenant à flotter à très basse altitude. En avançant, il était soulevé suffisamment par les gaz brûlants et comprimés à la base de la masse en déplacement pour le faire descendre, presque sans aucune friction, de la montagne et à l’intérieur de Saint-Pierre. La grande densité, la rapidité et la proximité du nuage par rapport au sol augmentaient sa capacité destructrice, qui était plus grande que celle d’un ouragan dont le vent aurait eu la même vitesse[32]. Fred Bullard, dans son livre Volcanoes of the Earth, décrit la puissance de cette avalanche de cendres et de gaz volcaniques sur et par-dessus la ville de Saint-Pierre :

 

Toutes les maisons de Saint-Pierre perdirent leurs toits et furent démolies soit partiellement, soit entièrement. Les arbres furent dépouillés de leurs feuilles et de leurs branches jusqu’au tronc. Ce qui donne une idée de la force du souffle, c’est le fait que des murs de ciment et de pierre de 90 cm d’épaisseur furent mis en pièces comme s’ils étaient du carton; des canons de six pouces de la batterie Morne d’Orange furent arrachés de leurs affûts, des arbres séculaires furent déracinés et une statue de la Vierge Marie, qui pesait au moins trois tonnes fut transportée à 15 m de sa base[33].

 

Pendant l’éruption du Krakatau, un volcan situé dans une île au large de la côte de Java, en 1883, des vents soufflant à grande vitesse, atteignant, de nouveau, très soudainement le niveau d’un ouragan (comme à Saint-Pierre), furent signalés par plusieurs bateaux qui croisaient à proximité de l’île. Le premier officier à bord du navire W. H. Besse décrit les vents au moment ou ils se jetèrent sur son bateau :

 

A 6 h du matin…nous levâmes l’ancre, nous avions un bon vent, nous espérions être sortis du détroit avant la nuit; à 10 heures du matin, nous étions à moins de 10 km de la Pointe St-Nicolas, quand nous entendîmes de formidables explosions et vîmes un banc noir et épais s’élever dans la direction de l’île de Krakatau, le baromètre tomba d’un pouce en une fois, montant et descendant soudain d’un pouce à la fois, j’ai appelé tous les marins et nous avons cargué toutes les voiles, et nous avions à peine fini que la bourrasque s’abattait sur le navire avec une force terrible; nous lâchâmes l’ancre à bâbord et toute la chaîne dans le puits, le vent augmenta jusqu’à devenir un ouragan[34].

 

Les tourbillons, ou tornades, semblent être un élément assez habituel de beaucoup d’éruptions volcaniques explosives. Les cendres brûlantes projetées en l’air sont une source concentrée de chaleur qui cause de violents courants ascendants, créant des conditions idéales pour la formation de tourbillons. Il n’y a toutefois qu’un petit nombre de récits qui signalent véritablement des tourbillons, peut-être parce que la plupart du temps on ne peut pas les voir, étant donné les ténèbres incroyables qui accompagnent habituellement les éruptions. Néanmoins, des tourbillons ont été un élément important de plusieurs éruptions, comme l’éruption de Tambora de 1815 où « des tourbillons violents emportèrent hommes, chevaux, bétail et tout ce qui passait à leur portée, arrachaient les arbres les plus gros par les racines et couvraient la mer tout entière de bois flottant[35]. » Le lieutenant Owen Phillips signale que la ville de Saugar, située à environ 40 km de Tambora, fut dévastée par un violent tourbillon qui renversa presque toutes les maisons[36].

 

Après une éruption préliminaire du Krakatau, en mai 1883, « avant l'éruption principale du mois d'août », un groupe de dignitaires et de savants se rendit dans l’île, par curiosité, et avec le désir d’évaluer les dégâts. Ils rapportent que :

 

« Certains arbres dépassaient les cendres sous la forme de moignons dénudés, hauts de plusieurs mètres, dont les branches semblaient avoir été arrachées de force. Le bois était sec sans aucun signe de brûlure ou de calcination; on ne pouvait pas trouver la moindre feuille ni la moindre branche. Il est par conséquent vraisemblable que la déforestation doive être attribuée à un tourbillon, car il s’en développe souvent dans les turbulences de l’air au cours des éruptions volcaniques, à la suite de l’échauffement local de l’atmosphère[37]. »

 

Quand le volcan Mayon, dans les Philippines, fit éruption en 1766, il fut accompagné « de tornades, appelées 'baguios' dans ce pays[38]. » On signale aussi des tourbillons dans l’éruption de Hekla en 1947, dans l’éruption de Surtsey, en 1963, et l’éruption d’Eldfell, tous en Islande[39]. » Ces récits prouvent que les vents violents et les tourbillons sont des éléments courants des éruptions volcaniques explosives et qu’il n’est pas nécessaire d’invoquer d’autres types d’activités orageuses, comme les ouragans ou les cyclones, pour expliquer ces événements. Il y a ici un autre indice qui est important. Le Livre de Mormon mentionne que leur bois était « extrêmement sec ». Il est peu probable que leur bois aurait été extrêmement sec s’il venait de connaître un ouragan ou un autre type d’orage tropical important. Mais les vents et les orages associés aux éruptions volcaniques, même s’ils peuvent s’accompagner de pluies, sont souvent secs. Le récit ci-dessus du voyage jusqu’au Krakatau après une de ses éruptions, rapporte que les arbres et le bois étaient secs. Un autre récit concernant le mont St. Helens montre que cette éruption ne s’accompagne pas de pluie :

 

« Le nuage zébré d’éclairs qui s’éloignait du mont St. Helens en direction du N-E à une vitesse de 100 km/h ressemblait exactement à une tête de cumulo-nimbus d’une hauteur immense, mais il était plus gros et plus noir qu’aucun autre nuage connu. La plupart des gens qui se trouvaient sur son chemin et qui n’étaient pas encore au courant de l’éruption du volcan, se préparaient pour un orage. Mais il n’y eut pas de pluie. Au lieu de cela, le nuage descendit comme un linceul, revêtant le paysage d’une noirceur de cendres volcaniques que même les phares des autos ne pouvaient pas pénétrer[40]. »

 

Le « bois extrêmement sec » décrit dans le Livre de Mormon montre qu’il s’agit d’un orage sec avec des vents violents et des tourbillons, toutes choses qui vont bien de pair avec une grande éruption volcanique. Il est certain que des vents violents et des tourbillons peuvent se produire sans pluie dans d’autres circonstances et dans d’autres conditions, mais peu d’autres situations seraient d’une violence aussi spectaculaire qu’une grande éruption volcanique. Même un ouragan majeur ne pourrait pas, par exemple, produire le genre de vent destructeur qui dévasta la ville Saint-Pierre en 1902.

 

Des tonnerres terribles et des éclairs violents

 

La majeure partie de ce que nous savons du tonnerre et des éclairs vient d’orages qui sont tout à fait courants de par le monde. De temps en temps, il peut y avoir des orages extrêmement violents avec un déploiement spectaculaire d’éclairs et de coups de tonnerre. Cependant la description que fait Néphi du tonnerre et des éclairs qui se produisirent sortait de l’ordinaire, car, dit-il, « on n'en avait jamais connu de pareil dans tout le pays ». Le tonnerre était également particulier en ce qu’il se rattache aux tremblements de « la terre entière comme si elle était près de se fendre », ce qui implique qu'un tremblement de terre se produisait en même temps que les éclairs et le tonnerre. La violence des éclairs et du tonnerre qui les accompagne, ainsi que d’autres bruits causés par les explosions près d’un volcan, peuvent relever de cette espèce extraordinaire décrite par Néphi. Les éclairs sont causés par la friction entre les cendres explosives et l’air. Cette friction produit d’énormes quantités d’électricité statique, qui se déchargent ensuite sous forme d’éclairs. Le tonnerre provenant des éclairs est multiplié par les explosions provenant du volcan et les tremblements de terre qui se produisent presque continuellement au cours de certaines éruptions. Un des plus anciens récits décrivant ces violents éclairs volcaniques vient de Pline le Jeune, qui observa l’éruption du Vésuve en 79 apr. J.-C. Il écrit :

 

Un nuage noir effrayant était déchiré par des jets de flammes fourchues et tremblantes et s'ouvrait pour révéler de grandes langues de feu, comme des éclairs dont la taille aurait été amplifiée[41].

 

Peter Francis voit dans la description des éclairs amplifiés de Pline des décharges « d’électricité statique s’accumulant dans le nuage de cendres[42]. »

 

A certains moments au cours d’une éruption volcanique, l’air se charge à tel point d’électricité statique que des choses inhabituelles peuvent se produire. Par exemple, au cours d’une éruption au Kamtchatka, dans l’Est de la Russie, l’activité électrique joua des tours aux ustensiles électriques modernes :

 

« En même temps que le nuage, arrivait aussi et grandissait le grondement d’un tonnerre bruyant accompagnant des éclairs incessants … des gens rentrant du travail erraient dans le village à la recherche de leur maison. Des coups de tonnerres retentissaient sans interruption avec un bruit assourdissant. L’air était saturé d‘électricité, les téléphones sonnaient spontanément, les haut-parleurs du réseau radios brûlaient[43]. »

 

Le bruit du tonnerre produit par une éruption peut porter sur plusieurs centaines de kilomètres. L’éruption du Mont Tambora en 1815 montre quelle portée ces effets peuvent avoir.

 

En avril 1815, une des éruptions les plus terribles enregistrées par l’histoire se produisit sur le mont Tambora, dans l’île de Sumbawa. Elle commença le 5 avril et atteignit le sommet de sa violence le 11 et le 12 et ne cessa pas entièrement avant juillet. Le bruit des explosions fut entendu à Sumatra, à une distance de 1500 km à vol d’oiseau et à Ternate, dans la direction opposée, à une distance de 1150 km … le territoire sur lequel des bruits de tremblements et d’autres effets volcaniques s’étendirent avaient une circonférence de 1000 miles anglais, comprenant la totalité des Moluques, Java, une partie considérable des Célèbes, de Sumatra et de Bornéo[44].

 

D’après le récit fait par le capitaine Logan de l’éruption du Krakatau, dont il fut témoin à bord du navire Berbice, dans le détroit de la Sonde, nous voyons de nouveau la nature spectaculaire du déploiement des activités électriques qui se produisirent au cours d’une éruption. Le livre de bord du bateau commence ainsi à minuit :

 

« La pluie de cendres devient plus forte et est mêlée de fragments de pierre ponce. Les éclairs et les tonnerres deviennent de plus en plus violents; les éclairs sillonnent le ciel tout autour du bateau. Des boules de feu tombent constamment sur le pont et éclatent en étincelles. Nous voyons la foudre tomber tout près de nous sur le bateau, nous entendons des grondements et des explosions terribles, tantôt sur le pont, tantôt dans le gréement. L’homme de barre ressent de violents chocs électriques dans un bras. Le revêtement de cuivre du gouvernail se met à briller sous l’effet des décharges électriques. Des phénomènes de feu se manifestent à chaque instant à bord du bateau. De temps à autre, quand un marin se plaint d’avoir été touché, je fais de mon mieux pour le calmer et m’efforce de lui sortir cette idée de la tête jusqu’à ce que je doive moi-même, au moment ou je m’agrippe d’une main à un endroit du gréement et en penchant la tête pour être hors d’atteinte de l’averse aveuglante de cendres qui passe devant mon visage, lâcher prise à cause d’un violent choc électrique dans mes bras[45]. »

 

Pendant l’éruption du mont St. Helens, les éclairs et les autres phénomènes électriques associés à l’éruption étaient si spectaculaires, que beaucoup de témoins le mentionnèrent … certains observateurs virent des formes d’éclairs inhabituels. Certains éclairs semblaient être rouges. Ce n’étaient pas des éclairs normaux : « Tout d'abord, une tache blanche apparaissait dans le nuage et ensuite un éclair en sortait. »  L’éclair avait la forme de boules « filant vers le sol, rattachées ni au nuage ni au sol. » Lorsque le nuage fut passé au-dessus de nous, un grand nombre d’éclairs se produisirent à 200 ou 250 m dans l’air et formèrent « de grosses boules, aussi grosses qu’une camionnette, et se mirent à rouler et à bondir sur le sol[46]. »

 

Des photos d’éclairs volcaniques spectaculaires ont été publiées en plusieurs endroits. Par exemple, Simkin et Fiske ont une photo d’éclairs autour d’Anak Krakatau (la nouvelle île sortie de la mer à la place du Krakatau) prise pendant une éruption en 1933[47] ;  Decker et Decker montrent une photo, avec un temps d'exposition de cinq minutes, d’éclairs au-dessus d’un volcan en éruption au Nicaragua[48] ;  Lambert a une photo d’éclairs dans les cieux au-dessus de Surtsey pendant une éruption[49] ; Nuhfer et d’autres ont une photo d’éclairs au-dessus du volcan Galunggung en Indonésie[50] ; et le magasine Discover a publié une photo spectaculaire, avec un temps d'exposition de 7 minutes, d’éclairs sur le volcan Sakurajima au Japon[51].

 

Les descriptions de tonnerres et les photos d’éclairs autour d’éruptions volcaniques explosives montrent que ces phénomènes se produisent souvent sans pluie, de sorte que le bois pour faire du feu pouvait toujours être « extrêmement sec », prêt pour les vaines tentatives de faire du feu. Les descriptions historiques rapportent aussi la nature inhabituelle des éclairs : qu’ils se produisent, non seulement sous forme d’éclairs, mais sous forme de boules et que l’électricité peut remplir l’atmosphère, provoquant d’autres phénomènes intéressants. Les éclairs spectaculaires accompagnant les éruptions volcaniques sont certainement d’un type inhabituel et extraordinaire et correspondent très bien à la description que fait Néphi d' « éclairs extrêmement vifs, comme on n'en avait jamais connu dans tout le pays ». Le tonnerre, le tremblement de la terre et les autres bruits associés à une éruption volcanique explosive correspondent aussi à la terminologie de Néphi, parlant de « tonnerre terrible, de sorte qu'il fit trembler la terre entière, comme si elle était près de se fendre ». Ce détail de la destruction de 3 Néphi ne montre pas seulement que l’événement est une éruption volcanique ; comme pour les vents décrits dans la section précédente, les éclairs et les tonnerres spectaculaires peuvent être produits d’autres façons, mais une éruption volcanique explosive est à coup sûr l’explication la plus simple qui répond à tous les critères.

 

SECOUSSES ET TREMBLEMENTS

 

Les grands tremblements tectoniques (ceux qui ont une magnitude plus grande que 7 sur l’échelle de Richter) ne se produisent pas souvent dans le monde, peut-être 10 à 20 fois chaque année, la plupart du temps dans des régions non peuplées. Ils se produisent cependant suffisamment souvent pour que les savants aient une très bonne idée de leurs caractéristiques. L’énergie libérée au cours des grands tremblements de terre vient de ce que deux blocs de terre frottent rapidement l’un contre l’autre, tandis que des années de tensions accumulées sont libérées. Les secousses telluriques au cours de ces tremblements de terre massifs durent au maximum quelques minutes. Par exemple, pendant le tremblement de terre de 1964 en Alaska, un des plus grands tremblements de terre jamais enregistrés (entre 8,3 et 8,6 sur l’échelle de Richter), les secousses ont duré de 3 à 4 minutes, ce qui constitue un temps extraordinairement long[52]. Le tremblement de terre de San Francisco de 1906 n’a duré que 40 secondes environ[53].

 

Toutefois, ces brèves périodes de secousses laissent largement le temps d’accomplir la destruction que les grands tremblements de terre produisent, mais sont loin d’atteindre les trois heures de tremblements continus ou presque continus décrites dans 3 Néphi. La destruction produite au cours d’un tremblement de terre est également relativement localisée, le long de la ligne de glissement (appelée faille) et dans les régions très proches de cette ligne.

 

Les autres phénomènes qui accompagnent les grands tremblements de terre sont les répliques, qui se produisent par intermittence pendant plusieurs jours après le tremblement principal, les glissements de terrain ou les chutes de rochers sur les pentes escarpées, la liquéfaction de terrains sablonneux provoquant l’effondrement des bâtiments, les raz de marée et les tsunamis dans les régions côtières, les éclairs spectaculaires rares ou d'autres phénomènes électriques, les bruits de tonnerre et l’extension des incendies dans les villes ou les villages où sont concentrées des maisons faites de bois[54].

 

Bien que ces phénomènes ressemblent à certains de ceux qui sont mentionnés dans 3 Néphi, on peut y voir des différences flagrantes. J’en ai déjà cité une, à savoir que dans le récit de 3 Néphi, le tremblement dure environ trois heures, un temps trop long pour que ce soit le choc d’un unique grand séisme et trop court pour la période au cours de laquelle les répliques qui suivent un grand tremblement de terre se produisent habituellement. C’est néanmoins un temps très raisonnable pour les premières étapes d’une éruption volcanique. Nous pourrions appeler cela la période de l’éruption où « le volcan se racle la gorge », qui se produit au moment où la pression croissante libère la cheminée du volcan des roches et des débris qui l’ont bouchée. Pendant ce temps-là, il se produit des explosions et des tremblements de terre fréquents. Une fois la cheminée débarrassée, le volcan peut continuer son éruption pendant plusieurs heures et plusieurs jours sans qu’il y ait d’autres tremblements de terre importants.

 

Les autres problèmes qui surgissent lorsque l’on attribue la destruction décrite dans 3 Néphi à une secousse tectonique majeure sont (1) les trois jours de ténèbres – le phénomène n’a jamais été signalé lors d’un grand tremblement de terre; (2) les vents et les tempêtes – bien qu’il puisse y avoir du vent pendant un tremblement de terre, tout comme il peut y avoir du vent à n’importe quel autre moment, on n'a pas démontré qu’il y a une corrélation entre le vent et les tremblements de terre, bien qu’une des vieilles théories actuellement abandonnées sur la production des tremblements de terre était l’idée que les vents étaient piégés dans la terre et libérés au cours d’un tremblement de terre[55] ; (3) les tourbillons – à ma connaissance aucun tourbillon, aucune tornade causée par un tremblement de terre n’ont jamais été signalés; et (4) l’incapacité d’allumer un feu – qui, une fois de plus, n’a jamais été signalée comme un effet d’un tremblement de terre majeur. La description que fait Néphi quand il dit que toute la face du pays est changée n’est pas typique, elle non plus, d’un tremblement de terre. Bien que la dévastation puisse être énorme au cours d’un tremblement de terre, la plupart des repères géographiques survivent et sont reconnaissables. Par contre, une éruption volcanique majeure provoque souvent des scènes si étranges et si peu naturelles qu’on a l’impression que le paysage a été refaçonné.

 

Le genre de secousses et de tremblements décrit dans 3 Néphi est cependant typique des descriptions que nous avons dans les récits historiques d’éruptions volcaniques explosives[56]. Au cours de l’éruption du Krakatau, les tremblements de la terre ont duré pendant toute la nuit du 26 août 1883 et ont continué le lendemain matin[57]. Les vibrations de la terre se sont élevées de 30 à 40 fois au dessus du niveau normal, au cours de l’éruption d’un volcan sur l’île Raoul, au nord-est de la Nouvelle-Zélande, en 1964, et ont continué pendant toute l’éruption[58]. Les rapports concernant l’éruption en 1902 du volcan Santa Maria au Guatemala parlent d’activités telluriques qui ont duré plusieurs heures, avec plusieurs types de secousses pendant la phase culminante de l’éruption. L’éruption de cendres et de débris continua encore un jour ou deux sans aucune activité tellurique importante[59].

 

Lorsque le volcan Coseguina entra en éruption au Nicaragua en 1835, on signala que les sons accompagnant les secousses étaient alarmant et furent entendus jusqu’à 600 km de là et que « le rugissement fut pratiquement continu pendant 7 heures[60]. » Même si la plus grande partie du bruit et des secousses causés par l’éruption du Coseguina cessa au bout de quelques heures, l’éruption elle-même et les ténèbres causées par les chutes de cendres continuèrent pendant trois à quatre jours[61]. Tous ces récits ressemblent fort au récit de 3 Néphi, dans lequel la première partie de l’éruption dure trois heures avec des secousses et des coups de tonnerre violents suivis par le silence et les ténèbres pendant trois jours.

 

Villes brûlées, englouties et ensevelies

 

La destruction des personnes et des bâtiments peut se produire de toutes sortes de manières pendant une éruption volcanique explosive et la dévastation peut être très étendue jusqu’à quelques centaines de kilomètres du volcan en éruption. La destruction, dans le récit du Livre de Mormon, semble avoir été très étendue car, outre les villes mentionnées dans le passage ci-dessus, les villes de Jacobugath, Laman, Josh, Gad et Kishkumen et leurs habitants furent brûlés; les villes d’Onihah, Mocum, et Jérusalem furent recouvertes d’eau et les villes de Guilgal, Gadiandi, Gadiomnah, Jacob, et Gimgimno furent englouties et ensevelies dans la terre.

 

LE FEU

 

Les villes mentionnées dans le récit de 3 Néphi furent toutes détruites d’une manière que l’on peut comprendre dans le cadre d’une éruption volcanique massive. Les incendies qui se déclenchèrent à Zarahemla et dans d’autres villes ont facilement pu être allumés par les cendres brûlantes tombant sur les bâtiments de bois et de chaume, qui constituaient probablement la plupart des bâtiments (Hélaman 3:10-11), par un nuage brûlant de cendres avançant rapidement au ras du sol ou par les éclairs particulièrement violents accompagnant l’éruption. On peut trouver des récits, de situations semblables dans les documents historiques. Par exemple, de nombreux incendies se déclenchèrent dans la ville de Stabiae, suite à des chutes de roches et de cendres brûlantes lors de l’éruption du Vésuve en 79 de notre ère[62]. Un ouragan de feu balaya la ville de Saint-Pierre au cours de l’éruption du mont Pelé en 1902. Beaucoup de maisons de Saint-Pierre, ville tropicale, étaient des constructions de bois n’ayant pas de vitres, simplement des volets, de sorte que les gaz et les cendres surchauffés de l’éruption pénétrèrent facilement dans tous les coins des bâtiments. La ville fut presque instantanément et complètement en flammes. Un bateau de Fort de France essaya d’approcher de la ville en flammes trois heures et demie après l’éruption, mais dut faire demi-tour parce que la chaleur était encore trop intense[63]. Le second d’un commissaire de bord, appelé Thompson, à bord du bateau Roraima, qui approchait justement du port de Saint-Pierre au moment de l’éruption du mont Pelé, fait la description suivante :

 

« J’ai vu la destruction de Saint-Pierre. Elle fut effacée par un grand éclair de feu. Près de 40.000 personnes furent tuées sur le coup. Sur les 18 navires ancrés dans la rade, un seul, le vapeur britannique Roddam, échappa et, d’après ce que j’appris, il perdit plus de la moitié de ceux qui étaient à bord. C’est un équipage mourant qui le fit sortir en mer. Notre bateau, le Roraima, arriva à  Saint-Pierre au début de la matinée du jeudi. Des heures avant d'entrer en rade, nous pouvions voir des flammes et de la fumée s ‘élever du mont Pelé. Personne à bord n’avait la moindre idée du danger, le capitaine G. T. Muggah était sur le pont et tout l’équipage monta sur le pont pour voir le spectacle. En approchant de Saint-Pierre, nous pouvions distinguer les flammes rouges qui roulaient et sautaient, les flammes que la montagne vomissait en énormes volumes et qui jaillissaient haut dans le ciel. De gigantesques nuages de fumée noire étaient en suspension au-dessus du volcan. Les flammes jaillissaient à ce moment-là tout doit dans les airs, s’agitant de temps en temps un instant d’un côté ou de l’autre et bondissant de nouveau tout à coup plus haut. Il y avait constamment un rugissement assourdissant. C’était comme si la plus grosse raffinerie du monde brûlait au sommet de la montagne. Il y eut une formidable explosion vers 7h45, peu après notre entrée. La montagne fut pulvérisée. Il n ‘y eut pas d’avertissement. Le  flanc du volcan fut arraché et une muraille de feu fut lancée tout droit vers nous. Cela faisait le bruit de mille canons.

 

« La vague de feu fut sur nous et au-dessus de nous comme un éclair. Ce fut comme un ouragan de feu. Je la vis frapper le vapeur Grappler par le flanc et le faire couler. Il s’enflamma d’un bout à l’autre puis il coula. Le feu roula comme une masse tout droit sur Saint-Pierre et le port. La ville disparut sous nos yeux.

 

« La chaleur devint étouffante et nous étions en plein dedans. Partout où la masse de feu touchait la mer, l’eau bouillait et dégageait de grands nuages de vapeur. La mer fut déchirée en énormes tourbillons qui tournoyaient vers la haute mer. Un de ces horribles tourbillons brûlants passa en dessous du Roraima et le coucha sur le flanc par l’aspiration. Elle donna de la bande à bâbord et ensuite l’ouragan de feu du volcan le frappa et il bascula de l’autre côté. La vague de feu emporta les mâts et les cheminées comme s’ils avaient été coupés avec un couteau.

 

« Je sauvai ma vie en courant dans ma cabine et en me cachant dans la literie. Le souffle de feu venu du volcan ne dura que quelques minutes. Il ratatina et enflamma tout ce qu’il touchait. Des milliers de tonneaux de rhum étaient entreposés à Saint-Pierre et la chaleur épouvantable les fit exploser. Du rhum enflammé s’écoula à flot dans toutes les rues et jusque dans la mer. Avant l’explosion du volcan, les quais de Saint-Pierre étaient noirs de monde. Après l’explosion, on ne vit plus un seul être vivant à terre. Après le premier souffle, il ne resta que 25 personnes [sur 68] parmi celles qui étaient à bord[64]. »

 

Une autre cause d’incendie dans un désastre volcanique peut se rattacher davantage aux effets des secousses qui accompagnent une éruption qu’à l’éruption elle-même. Les lampes, les torches, les feux de cuisine et les autres flammes ouvertes dérangées par les tremblements peuvent provoquer des incendies. Dans la confusion et les ténèbres, ces incendies peuvent brûler sans qu’on puisse les arrêter et causer des ravages dans les régions peuplées.

 

LES INONDATIONS

 

Les inondations des villes des villages sont également un phénomène courant lors des grandes éruptions volcaniques explosives. Les explosions, les tremblements de terre et les glissements de terrain massifs autour d’un volcan, en particulier si le volcan est près de l’océan, créent d’énormes vagues d’eau qui se déplacent en s’éloignant de la source jusqu’à ce qu’elles s’effondrent sur les localités côtières. Ces vagues, appelées raz de marée, ou plus exactement tsunamis, sont une des grandes causes de mort au cours de certaines éruptions volcaniques. Lors de l’éruption du Krakatau en 1883, 165 villages furent complètement détruits et 132 partiellement détruits par des tsunamis, qui tuèrent environ 33.000 personnes. Les vagues qui s’écrasèrent sur les rivages près de Krakatau atteignaient des hauteurs de plus de 40 mètres[65].

 

Plusieurs témoins oculaires ont écrit des descriptions des tsunamis du Krakatau et de leur pouvoir destructeur. Un Hollandais âgé raconte :

 

« J’ai vécu toute ma vie à Anjer [Java] et il ne me serait jamais venu à l’idée que la vieille ville aurait été détruite comme elle l’a été. Je me fais vieux et je m’attendais à me coucher dans le petit cimetière près du rivage, mais même lui n’y a pas échappé et certains des corps ont été sortis des tombes et transportés dans la mer.

 

« La ville tout entière a été balayée et j’ai tout perdu sauf ma vie. Le miracle, c’est que j’aie échappé. Je ne pourrais jamais être trop reconnaissant d’un sauvetage aussi miraculeux que le mien.

 

« L’éruption a commencé le dimanche après-midi. Tout d’abord, nous n’y avons pas fait très attention, jusqu’à ce que les explosions deviennent fort bruyantes. A ce moment-là nous avons remarqué que le Krakatau était complètement enveloppé de fumée. Plus tard sont arrivées les ténèbres épaisses, si noires et si denses que je ne pouvais pas voir ma main devant mes yeux. C’est vers ce moment-là que nous avons reçu un message de Batavia posant des questions sur les chocs explosifs et le dernier télégramme que nous avons envoyé, c’était pour vous parler de l’obscurité et de la fumée. Vers la nuit, tout s’est aggravé. Les explosions sont devenues assourdissantes, les indigènes, paniqués, se recroquevillaient sur eux-mêmes et on pouvait voir une lumière rouge flamboyante dans le ciel au-dessus de la montagne. Le Krakatau était à 40 km de là, mais les secousses et les vibrations provenant des chocs sans cesse répétés étaient absolument terrifiantes. Beaucoup de maisons tremblaient tellement que nous craignions à chaque instant qu’elles ne s’effondrent. Au cours de cette nuit terrible, nous avons peu dormi. Le lundi, avant le lever du jour, j’ai constaté, en sortant, que l’averse de cendres avait commencé et cela s’est graduellement accentué jusqu’à ce que finalement de gros morceaux de pierre ponce se mettent à tomber partout. Vers six heures du matin, j'ai marché le long de la plage. Il n’y avait aucun signe du soleil que l’on voyait habituellement et le ciel avait un aspect morne et déprimant. Une partie de l’obscurité de la veille s’était dissipée, mais même alors il ne faisait pas très clair. En regardant vers la mer, j’ai vu dans la pénombre un objet noir qui se dirigeait vers le rivage.

 

« A première vue, on aurait dit une chaîne de montagnes basses s’élevant de l’eau, mais je savais qu’il n’y avait rien de ce genre-là dans cette partie du détroit de la Sonde. Au deuxième coup d’œil – et celui-là a été très rapide – j’étais convaincu que c’était une crête d’eau haute de nombreux mètres, pire encore, qu’elle n’allait pas tarder à se briser sur la côte près de la ville. Je n’avais pas le temps de lancer un quelconque avertissement et j’ai fait demi-tour et je me suis enfui. Il y avait longtemps que je n’avais plus couru, mais vous pouvez être sûrs que j’ai fait de mon mieux. Au bout de quelques minutes, j’ai entendu l’eau se briser avec un énorme rugissement sur le rivage. Tout a été engouffré. En jetant un coup d’œil derrière moi, j’ai vu les maisons balayées et les arbres renversés de tous les côtés. Hors d’haleine et épuisé, j’ai continué ma course. En entendant les eaux se précipiter derrière moi, je savais que c’était une course pour la vie. J’ai continué et quelques mètres plus loin, je suis arrivé à une élévation, et c’est là que le torrent m’a rattrapé. Je me suis cru perdu en voyant avec consternation la hauteur que la vague avait encore. Bientôt j’étais balayé et porté vers l’intérieur des terres par la force de cette masse irrésistible. Tout ce dont je me souviens encore, c’est qu’un coup violent m’a réveillé. Une substance dure et ferme semblait être à ma portée. Je m’y suis agrippé et j’ai constaté que j’étais arrivé dans un endroit sûr. Les eaux ont continué à déferler et je me suis aperçu que je m’étais accroché à un cocotier. La plupart des arbres près de la ville avaient été déracinés et renversés sur des kilomètres à la ronde, et, par chance, celui-ci y avait échappé et moi avec lui.

 

« L’immense vague a continué à déferler, sa hauteur et sa force diminuant graduellement jusqu’à ce qu'elle atteigne les pentes montagneuses à l’arrière d’Anjer [Java], et alors, une fois sa fureur calmée, les eaux se sont graduellement retirées et sont retournées à la mer. La vue du retrait de ces eaux continue à me hanter. Tandis que je m’accrochais au cocotier, trempé et épuisé, j’ai vu passer près de moi les cadavres de beaucoup d’amis et de voisins. Seule une poignée de la population a échappé. Les maisons et les rues étaient complètement détruites et il ne restait pratiquement plus aucune trace de l’endroit où se trouvait autrefois une ville prospère et active[66]. »

 

Un autre compte rendu décrit la dévastation qui a suivi le tsunami :

 

« Aussi loin que l’on peut voir, la seule chose qui reste debout est un arbre solitaire, un durion gigantesque, mutilé, sans branches ni feuilles. Il marque le lieu d’ensevelissement d’un tas de cadavres et de carcasses se trouvant sous des toits de maisons et des troncs d’arbres. On peu voir un peu partout dans la plaine des centaines de tombes de ce genre bien que de dimensions plus petites. La terre soulevée couvre souvent simplement un cadavre côte à côte avec une branche de cocotier, ou alors un bambou est piqué tout droit pour guider les autorités. Des milliers de cadavres humains et de carcasses d’animaux attendent toujours d’être enterrés et on discerne leur présence par la puanteur indescriptible qui règne. Ils sont couchés pêle-mêle dans des masses qu’il est impossible de démêler[67]. »

 

Même pour les localités situées au bord des lacs, le danger d’inondation est grand au cours d’une éruption volcanique. Un enfant produit des vagues dans la baignoire en glissant vers une extrémité de la baignoire, emmenant l’eau avec lui, puis en se glissant vers l’arrière avec l’eau vers l’autre bout jusqu’à ce que finalement les vagues commencent à déborder. De la même manière, de grandes vagues peuvent être produites dans les lacs par des ondes d’énergie produites par les tremblements de terre qui avancent et reculent dans l’eau. Les vagues créées par ce mouvement sont appelées seiches et bien qu’elles ne soient habituellement pas aussi importantes qu’un tsunami, elles peuvent causer d’importants dégâts et la mort. Le niveau de l’eau dans un lac peut aussi changer de manière spectaculaire pendant une éruption à cause des glissements de terrain dans le lac ou bloquant la sortie d’un lac. Le Spirit Lake, au pied du mont St. Helens, était 60 mètres plus haut après l’éruption de 1980[68]. Les pavillons, les cabanes – tout ce qui étaient près de l’ancienne rive du lac – étaient profondément enterrés sous l’eau, la boue et les débris.

 

Le genre d’inondation et d’ensevelissement dans l’eau qui est associé aux éruptions volcaniques explosives pourrait certainement correspondre à la description faite dans 3 Néphi lorsque le Seigneur, parlant des villes de Jérusalem, Onihah et Mocum, dit : « J'ai fait venir des eaux à leur place » ou quand Néphi dit que la ville de Moroni s’est enfoncée « dans les profondeurs de la mer ». Le Livre de Mormon dit que Moroni se trouvait « près de la mer de l'est » (Alma 50:13), et d’autre part, Sorenson pense que Jérusalem se trouvait au bord d’un lac[69]. Ces deux endroits sont idéaux pour le genre de destruction par l’eau qui se produit au cours d’une éruption.

 

L'ensevelissement

 

Le Livre de Mormon décrit aussi la destruction de plusieurs villes, soit par ensevelissement dans la terre, soit, comme dans le cas de la ville de Moronihah, par le fait que la terre est transportée sur la ville. L’ensevelissement dans la terre est quelque chose qui se produit couramment dans les éruptions volcaniques explosives. Les grandes quantités de cendres et de pierre ponce qui sont produites recouvrent le paysage sur des kilomètres autour du volcan. Ce sont les fortes retombées de cendres et de pierre ponce qui ont détruit la ville de Pompéi lors de l’éruption du Vésuve. L’accumulation de cendres et de pierre ponce atteignait en moyenne une épaisseur de 6 mètres[70] et seul le sommet des bâtiments les plus hauts en dépassait.

 

Étant donné que la ville fut complètement abandonnée après l’éruption et que les sommets des bâtiments qui restaient au-dessus des cendres finirent par disparaître, Pompéi fut un certain temps complètement perdue. Les fouilles modernes ont dégagé la ville et, en versant du plâtre dans les moules laissés dans les cendres solidifiées, on a découvert les derniers moments tragiques de certains des habitants piégés dans les chutes de cendres[71].

 

Les villes et les villages sont également ensevelis lorsque les cendres d’une éruption se combinent à la pluie ou à une neige fondant rapidement, pour former une boue épaisse et brûlante qui dévale la pente[72]. Ces coulées de boue volcanique sont appelées lahars. La ville d’Herculanum échappa aux pluies de cendres qui détruisirent Pompéi, mais comme les cendres et la pierre ponce continuaient à s’accumuler sur les pentes supérieures du volcan et étaient ensuite saturées par la pluie, il se forma une pâte boueuse qui devint fluide et dévala soudainement les flancs du volcan. Un ou plusieurs de ces lahars passèrent par Herculanum et l’engouffrèrent complètement. Les bâtiments furent étouffés, écrasés et ensevelis dans la boue sur une profondeur de 18 à 21 mètres. L’ensevelissement fut suffisamment complet pour que l’on construise une nouvelle ville, Resina, au-dessus de l’Herculanum ensevelie[73].

 

Un autre exemple d’ensevelissement sous la boue, mais d’un genre légèrement différent, se produisit en 1886, lorsque le volcan Tarawera, dans l’île du Nord de la Nouvelle-Zélande, entra en éruption. Beaucoup de villes et de villages autour du volcan furent ensevelis par les chutes de boue produites lorsqu’une partie de l’éruption sortit par le fond du lac Rotomahana, situé à côté du volcan. Le mélange de cendres volcaniques, d’eau et de boue qui s’était accumulé depuis des siècles au fond du lac tomba du ciel. Le village de Wairoa fut enseveli sous deux mètres de ce mélange et les villages de Moura et de Te Ariki disparurent, ainsi que tous leurs habitants, sous vingt-deux mètres de boue[74].

 

Un exemple récent d’une ville ensevelie par une coulée de boue volcanique se situe en 1985 en Colombie. Le 13 novembre de cette année-là, une éruption relativement petite se produisit dans le volcan Nevado del Ruiz. Mais les cendres furent suffisamment chaudes pour faire fondre une partie de la neige et de la calotte de glace qui se trouvaient au sommet du volcan. L’eau produite par la fonte de la neige se mêla aux cendres au sommet du volcan et entraîna d’autres débris en dévalant de la montagne et dans les vallées des rivières. Vers onze heures du soir, les coulées de boues balayèrent la ville sans défense d’Armero, tuant quelque 25.000 personnes. La plupart des habitants, qui dormaient, n’eurent aucun avertissement et furent enterrés vifs. En quelques minutes tout était fini[75].

 

En plus de l’ensevelissement par des chutes de cendres et l’ensevelissement par des lahars, une troisième méthode d’ensevelissement est également possible autour d’un volcan en éruption. Ce phénomène n’était pas bien compris avant l’éruption du mont St. Helens en 1980. Cette éruption se déclencha lorsque le côté nord enflé du volcan s’effondra. Le glissement de terrain, ou l’avalanche de débris, qui en résulta déferla sur la vallée à la base de la montagne, enterrant le Spirit Lake, puis remonta et franchit une crête de plus de quatre-vingt-dix mètres de haut, redescendit et franchit la vallée suivante et remonta jusqu’à mi-hauteur la montagne suivante, laissant des dépôts atteignant une épaisseur qui allait jusqu’à 180 mètres[76]. Cette avalanche parcourut jusqu’à 40 km depuis le volcan à une vitesse dépassant 240 km-heure[77]. Depuis 1980, les géologues ont appris que les glissements de terrain massifs tel que celui-là se produisent en fait très couramment lors des éruptions explosives[78].

 

Pour revenir une fois de plus au texte de 3 Néphi, nous lisons que « la terre fut soulevée sur la ville de Moronihah, de sorte qu'au lieu de la ville il y eut une grande montagne ». D’après cette description, il semble possible que Moronihah ait été ensevelie par une avalanche de débris semblables à celle qui se produisit au mont St. Helens, une manière efficace de transporter de la terre sur une ville. En tout cas, Moronihah et les autres villes ensevelies dans la terre (ou les cendres) devaient être très proches de l’éruption – (probablement à moins de 80 kilomètres et peut-être même beaucoup plus près). Les avalanches de ce genre transforment en effet radicalement la topographie locale, de sorte qu’il n’est pas déraisonnable de croire que là où il y avait eu une ville nichée dans une vallée, il y avait, après l’éruption, une colline ou une montage formées par les dépôts de l’avalanche. Il est difficile de s’imaginer qu' « une grande montagne » soit formée par ces avalanches, mais il se peut que l’auteur ait ici un peu recours à une hyperbole, comme cela n’est pas rare dans les récits de désastres. Il est également vrai que le terme « grande montagne » peut être relatif, ce que les gens d’une région appellent montagne peut n’être qu’une colline pour d’autres.

 

La surface tout entière du pays changée

 

Cette description faite par 3 Néphi donne presque l’impression qu’après la destruction, on ne pouvait plus reconnaître les montagnes, ni les vallées, ni d’autres repères topographiques, comme si la surface de la terre entière avait changé. Et cependant, une lecture attentive montre qu’il est évident que la géographie de base du pays du Livre de Mormon n’avait pas changé après la destruction et qu’il y avait des villes, surtout autour du pays d’Abondance, qui n’avaient probablement pas été fortement endommagées[79].

 

Une des clefs pour comprendre ces passages d’Ecriture est de comprendre ce que veut dire « la surface tout entière du pays » ou « la surface de toute la terre ». Que voulait dire Néphi ? Il ne voulait certainement pas parler de la terre entière, car les documents historiques nous apprennent qu’il n’y a pas eu de destruction massive à cette époque dans la région méditerranéenne, ni en Asie, ni en Europe, ni au Proche-Orient. Par conséquent, si nous ne pouvons pas interpréter « toute la terre » comme étant littéralement la terre entière, qu’est-ce que l’auteur voulait dire ? Je pense qu’il est évident qu'il voulait dire toute sa terre entière, ou le pays tout entier qui était connu et habité par les peuples du Livre de Mormon.

 

Ici encore, on ne doit pas se laisser aller à croire que l’Amérique du Nord et l’Amérique du Sud ont été entièrement déformées, car, comme d’autres auteurs l’ont montré, la région parcourue par les peuples du Livre de Mormon n’avait très vraisemblablement que quelques centaines de kilomètres de long et de large[80]. Ce n’est que dans ce contexte que la grande destruction a du sens et peut être soutenue par le raisonnement scientifique et, nous l’espérons, un jour, par des preuves concrètes du désastre[81]. Si nous voulons absolument nous en tenir à l’affirmation que tous les détails topographiques des deux grandes masses continentales ont été formés à ce moment-là, nous ne pouvons compter sur aucun soutien de la géologie et nous ferons probablement fuir quiconque a ne serait-ce qu’une compréhension rudimentaire de la question.

 

Comment ceux qui ont été témoins d’une de ces éruptions ou qui ont visité la région après une éruption décrivent-ils ce qu’ils voient ? Je crois que cette comparaison nous donne une bonne idée de la façon dont Néphi a pu réagir au même événement. Pline le Jeune décrit sa réaction en voyant le paysage après l’éruption du Vésuve :

 

« Finalement, les ténèbres diminuèrent et se dispersèrent en fumée ou en nuage; ensuite il y eut une véritable lumière et le soleil apparut, mais jaunâtre comme au cours d’une éclipse. Nous fûmes terrifiés de voir que tout avait changé, profondément enterré dans les cendres comme dans des congères[82]. »

 

Les récits de l’éruption du mont St. Helens nous fournissent les descriptions suivantes du paysage dévasté après l’éruption :

 

« En quelques minutes… la partie supérieure de la Toutle River Valley, en dessous de St. Helens, était un paysage tout à fait désolé. Une bande de 400 km2 dans la direction nord-ouest à partir du volcan était dévastée.

 

« 30 millions de m3  de bois furent arrachés, des animaux furent ensevelis dans les cendres ou rôtis par les gaz et des dizaines de personnes moururent ou furent portées disparues … Harry Truman, son pavillon de chasse et la totalité du Spirit Lake disparurent dans un chaudron cataclysmique. Le sommet de la montagne, jadis arrondi, fut raccourci de 400 mètres et un enfer en forme de fer à cheval d’un kilomètre et demi de profondeur fut arraché du côté nord[83]. »

 

On qualifie la région de paysage lunaire extraterrestre, de désert saccagé. Le président Carter le survola à la fin du mois de mai et le qualifia « d'indescriptible ». De petits ruisseaux sales semblent remonter le courant en sinuant au milieu de ce terrain bizarre… Au niveau zéro du paysage infernal, il y a ce qui reste du mont St. Helens. Il est là comme un monstre qui se repose[84] ».

 

Après une éruption violente, le volcan et la région qui l’entourent semblent souvent complètement méconnaissables. Le volcan lui-même a pu se transformer du pic symétrique et géant qu’il était en un moignon noirci, dépouillé de sa verdure et méconnaissable. Les fonctionnaires locaux qui allèrent examiner l’éruption de Tambora constatèrent que la montagne, haute de 4000 mètres, était maintenant aplatie et était devenue un vaste plateau entouré par un spectacle de dévastation total[85] ». Quelque 90.000 personnes moururent soit dans l’éruption, soit de la famine et des maladies qui s’ensuivirent.

 

Les glissements de terrain et les coulées de boue volcanique peuvent également transformer considérablement le terrain, créant des collines et des crêtes là où avaient existé précédemment des vallées et des terres basses. Le récit de 3 Néphi raconte que quatre villes furent englouties, « et j'ai fait des collines et des vallées à leur place » (3 Néphi 9:8). Les tsunamis, le long de la côte, peuvent effacer non seulement les villes et les villages, mais d’autres repères géographiques bien connus. Après une nuit de terreur au cours de l’éruption du Krakatau et des tsunamis qui suivirent l’éruption, un résident décrivit le tableau : « Finalement le matin arriva. Nous avions devant nous ce qui avait jadis été une ville, mais il n’y avait pas de destruction, il n’y avait tout simplement…rien[86]. »

 

Le changement qui est sans doute le plus significatif est dû à la couverture grise de cendres qui couvre tout, jetant un manteau blafard sur tout le tableau, tuant la plus grande partie de la végétation et donnant le sentiment que l’on a affaire à un paysage nouveau et lunaire. En 1991, le mont Pinatubo entra en éruption dans les Philippines. La quantité de cendres éjectées était à peu près la même que pendant l’éruption du Krakatau. Les cendres ensevelirent si profondément la base aérienne de Clark, située à 25 kilomètres du volcan, que le gouvernement des Etats-Unis l’abandonna plus tard. Elle détruisit aussi, du moins temporairement, plus de 80.000 hectares de cultures, deux dizaines de villes et chassa 1.200.000 Philippins de chez eux[87]. Elle changea véritablement, toute la surface du pays.

 

Les rochers brisés et dispersés

 

La description que fait Néphi des effets du cataclysme sur les rochers pourrait à première vue être attribuée à un grand tremblement de terre. Il est certain que pendant un grand séisme, la terre est déchirée et brisée et que l’on peut par la suite trouver des rochers « en fragments brisés et en crevasses » et « en fissures ». Cependant, Néphi dit que l’on a trouvé des rochers dans cet état dispersés sur toute la surface du pays. Ce n’est pas caractéristique des tremblements de terre, où la zone où les roches sont fracturées est habituellement assez restreinte et limitée, même dans les plus grands séismes. D’un autre côté, une éruption volcanique explosive produit habituellement de vastes quantités de roches brisées et fragmentées, qui sont souvent dispersées sur une très vaste superficie. Les géologues appellent les dépôts de ces roches brisées et fragmentées roches pyroclastiques. Pyro vient du grec et signifie feu, tandis que clastique signifie brisé ou fragmenté.

 

La taille des fragments de rocher produits par une éruption volcanique va de fragments minuscules, pas plus gros que des grains de sable, de cendres et de poussières à de plus gros morceaux de pierre ponce et d’autres roches et même jusqu’à des blocs immenses gros comme des maisons. Les plus gros fragments de roches retombent généralement sur la terre près de la source éruptive, mais on peut encore trouver des fragments assez gros à une certaine distance du volcan. Pendant l’éruption violente de l’Etna en 1669, « d’énormes blocs, dont certains pesaient jusqu’à 150 kilos, furent projetés sur plusieurs kilomètres dans les airs[88]. » Des bombes volcaniques de plus d’un mètre de diamètre furent projetées sur 5 kilomètres en 1938, au cours de l’éruption de l’Asama, au centre du Japon[89]. Lors de l’éruption de Tambora en 1815, des pierres aussi grosses que le poing tombèrent sur une distance allant jusqu'à 40 kilomètres de l’éruption[90].

 

En décrivant deux stades de l’éruption du volcan Taal, en 1754, dans les Philippines, un témoin oculaire décrit la dispersion des roches et des blocs ainsi que certains des autres phénomènes volcaniques dont nous avons déjà parlé :

 

« Le 15 novembre, il [le volcan Taal] vomit d’énormes blocs. Des tremblements de terre plus intenses que ce que l’on avait précédemment connu renversèrent les maisons qui étaient encore debout. D’immenses vagues d’eau provenant du lac menacèrent les villages situés au niveau de ses rives.

 

« Le matin du 28 novembre, à 7heures, se produisit un nouveau paroxysme au cours duquel le volcan vomit de telles masses de feu et de projections qu’à mon avis, toute la matière éjectée au cours de tant de mois, si on la totalisait, serait inférieure à la quantité qui jaillit à ce moment-là. Les colonnes de feu et de fumée montaient plus haut que jamais auparavant, leur volume augmentant à chaque instant et mettant le feu à l’île tout entière, car il n’y eut pas la plus petite partie de cette dernière qui ne fut pas couverte de fumée, de roches et de cendres rougeoyantes. Tout ceci était accompagné d’éclairs et de coups de tonnerre formidables en haut et de chocs cycliques violents en bas[91]. »

 

Les rapports sur la distribution des fragments de roches provenant de l’éruption du Krakatau, en 1883, sont probablement typiques d’une éruption modérément importante. A bord du navire Sir Robert Sale, situé à environ 60 kilomètres de l’explosion principale, on nota que des morceaux de pierre ponce de la taille d’une citrouille tombaient sur le pont[92]. Le capitaine Watson, à bord du Charles Bal, à 16 kilomètres du volcan, fait ce récit :

 

« A 14h30, nous remarquâmes une certaine agitation autour de la pointe du Krakatau, des nuages ou quelque chose d’autre étant propulsé de la pointe nord-est avec une grande vitesse. A 15h30, nous entendîmes au-dessus de nous et autour de l’île un son étrange, comme celui des craquements d’un feu énorme ou un tir d’artillerie lourde à intervalles d’une ou deux secondes. A 16h15 … nous observâmes une répétition du bruit remarqué à 15h30, mais beaucoup plus furieux et alarmant; la matière, quelle qu’elle fût, qui était projetée avec une vitesse étonnante du côté du nord-est …à 5 h le bruit rugissant continuait et augmentait; l’obscurité se répandit dans le ciel et une grêle de pierre ponce tomba sur nous, dont beaucoup de morceaux étaient d’une grande taille et fort chauds … vers 6 h, la chute de grosses pierres cessa, mais une averse constante d’une espèce plus petite continua, très aveuglante pour les yeux et couvrant rapidement le pont d'une épaisseur de 8 à 10 cm. Tandis qu’une noirceur couvrait le ciel, la terre et la mer, nous poursuivîmes notre chemin[93]. »

 

La chute de pierres au cours d’une éruption est une des manières plus sélectives dans lesquelles les gens sont blessés ou tués. Deux personnes peuvent se trouver ensemble, l’une d’elles sera épargnée. En 1779, le volcan Sakurajima entra en éruption dans le sud du Japon. Une femme prise dans l’éruption décrit comment elle essaya d’échapper à l’île :

 

« Je tenais moi-même un enfant de 4 ans dans les bras et j’en avais un autre de 7 ans à la main et, étant ainsi gênée, je fut abandonnée par les embarcations. Tandis que je tâtonnais dans le noir, une pierre aussi grosse qu’une balle de hand-ball, heurta le bébé à la nuque et le tua. Il poussa un cri et ne bougea plus, et tous mes efforts pour le ramener à la vie furent vains. Je priai pour qu’il vive mille générations, mais toutes les prières ne servaient à rien et le corps devenait de plus en plus froid. Je recouvris donc son visage d’un tissu et pleurai mes morts. Juste à ce moment-là un vieillard fatigué s’approcha péniblement et parla d’autres personnes tuées par des chutes de pierres, d’autres qui se traînaient, les jambes brisées, d’autres encore ensevelies vivantes sous des amoncellements de sable[94]. »

 

Comme on peut le voir dans le récit qui précède, les éruptions volcaniques sont très efficaces dans l’art de disperser des fragments de roches brisées sur une vaste superficie, causant de grandes destructions et de nombreuses pertes en vies humaines. Cette dispersion de roches éjectées pourrait facilement expliquer les fragments de roches brisées découverts partout dans le pays après le désastre de 3 Néphi.

 

Des ténèbres épaisses

 

Un des thèmes communs que l’on peut trouver dans presque tous les récits d’éruptions volcaniques explosives, ce sont les ténèbres créées par les chutes de cendres. Ces ténèbres peuvent durer quelques heures ou quelques jours et les descriptions historiques utilisent la même terminologie que le Livre de Mormon. Dans les récits suivants, l'obscurité est qualifiée d' « épaisse », « impénétrable », « profonde et totale ». Elle est également décrite comme « une obscurité que l'on peu presque sentir ». Certains récits racontent même que l’on ne peut pas allumer de feux ou que l’on a beaucoup de mal à les allumer. Les descriptions suivantes sont un échantillon représentatif des nombreux documents qui décrivent l’obscurité qui accompagne les éruptions volcaniques explosives.

 

Pline le Jeune eut l’occasion d’être témoin de l’éruption du Vésuve en 79 apr. J.-C. et de la décrire avec des détails frappants. Son oncle, Pline l’Ancien, était un naturaliste et voulait voir l’éruption de plus près. Lorsqu’il fut informé des dévastations qui se produisaient à la base de la montagne, il était prêt à traverser la baie de Naples pour mieux voir l’éruption. Pline l’Ancien décida de traverser la baie pour essayer de sauver des personnes plutôt que pour examiner le volcan, bien qu’il espérât probablement toujours en avoir une meilleure vue. Pendant la tentative de sauvetage, il fut soit asphyxié par les fumées, soit mourut d’une crise cardiaque. Ceux qui l’accompagnaient retournèrent près de son neveu, firent rapport de ce qui était arrivé et décrivirent l’éruption. Pline le Jeune nota plus tard ses impressions dans deux lettres à l’historien Tacite :

 

« Ailleurs c’était maintenant la lumière du jour, mais ils [Pline l'Ancien et son compagnon] étaient toujours dans des ténèbres plus noires et plus denses qu’aucune nuit que l’on ait jamais connue[95].

 

« Des cendres tombaient déjà, pas encore très épaisses. Je me retournai : un nuage noir et dense montait derrière moi, se répandant comme une inondation sur la terre…nous nous étions à peine assis pour nous reposer que l’obscurité tomba, pas le noir d’une nuit sans lune ou nuageuse, mais comme si on avait éteint la lampe dans une chambre fermée[96]. »

 

Pendant l’éruption du mont St. Helens en 1980, le sergent Larry Gamache, du bureau du shérif du comté de Yakima, signala que c’était « juste comme à minuit » au milieu de l’après-midi. « Tous les réverbères et les publicités au néon se sont allumés[97]. »  Les ténèbres, au cours de l'éruption du volcan Bézymianny, dans l'Est de la Russie, sont décrites comme étant « si impénétrablement noires que l'on ne pouvait même pas voir sa propre main, même si on la mettait juste devant son visage » et la nuée de ténèbres était décrite comme étant « très épaisse et d'un poids presque palpable[98]. » La hauteur du mont Tambora fut réduite de plus de 1200 mètres, lorsqu’il entra en éruption en 1815 et « l'obscurité occasionnée en plein jour par les cendres à Java était si profonde qu'on n'avait jamais rien vu de pareil au cours de la nuit la plus noire[99] », de sorte qu' « il était impossible de voir sa main quand on la tenait devant les yeux[100]. » « Il y eut une obscurité totale pendant la journée pendant trois jours dans un rayon de 300 kilomètres du volcan[101]. »

 

Les récits des témoins oculaires les plus détaillés viennent de l’éruption du Krakatau. Le premier officier à bord  du navire W. H. Besse a laissé les impressions suivantes :

 

« Dimanche, 26 août 1883. Le jour a commencé par une brise forte et des nuages épais dans le ciel; à 4 h du matin nous mettons en panne; à 6 h du matin nous levons l’ancre, vent au S-O; à 16 h vent debout, levons l’ancre, le ciel ayant maintenant une apparence menaçante; atmosphère très fermée et fumeuse, à 17 h entendons une succession rapide d’explosions ressemblant à une bordée d’un cuirassé, mais beaucoup plus fort et plus violent;  entendons ces explosions par intervalles pendant toute la nuit; le ciel est intensément noir, le vent ayant un gémissement sourd; remarquons également une légère chute de cendres à travers les cordages. Quand le soleil se lève le lendemain…il a l’aspect d’une boule de feu, l’air si enfumé, nous ne pouvons voir que sur une courte distance; à six heures du matin, pensant que le plus gros de l’éruption est passé, comme les explosions ne sont plus aussi fréquentes ni aussi violentes que pendant la nuit, nous levons l’ancre, avec un bon vent, espérons sortir du détroit avant la nuit… lâchons l’ancre à tribord, il fait de plus en plus noir depuis 9h du matin et lorsque la bourrasque nous frappe, il fait plus sombre qu’aucune autre nuit que j’aie jamais vue; c’est minuit à midi, une forte pluie de cendres arrive avec la bourrasque, l’air étant si épais qu’il est difficile de respirer; je remarque aussi une forte odeur de soufre, tout l’équipage s’attend à suffoquer; les bruits terribles venant du volcan, le ciel rempli d’éclairs fourchus, courant dans toutes les directions et rendant l’obscurité plus intense que jamais, les hurlements du vent à travers les cordages créent un des tableaux les plus sauvages et les plus terribles que l’on puisse imaginer, un tableau que n’oubliera jamais aucun de ceux qui sont à bord, tous s’attendant à ce que le dernier jour de la terre arrive[102]. »

 

Un autre témoin de l'éruption du Krakatau raconte qu'ils étaient « enfermés dans des ténèbres que l'on pouvait presque toucher » et que « à midi l'obscurité était si intense que nous avons dû tâtonner pour avancer sur les ponts du navire[103]. »

 

Une des caractéristiques intéressantes des « ténèbres épaisses » décrites dans 3 Néphi était la difficulté, du moins dans certains endroits, d’allumer des feux même avec leur bois fin et sec. Ce n’était de toute évidence pas une caractéristique générale de l’événement destructeur, parce que plusieurs villes furent brûlées, par conséquent certains feux étaient possibles. Bien que je n’aie pas trouvé beaucoup de récits de ce phénomène dans les documents historiques rapportant des éruptions volcaniques, cela a été signalé comme quelque chose qui se produit de temps en temps. Par exemple, les dizaines d’incendies allumés par les chutes de cendres brûlantes autour du mont St. Helens furent rapidement éteints par les fortes pluies de cendres[104].

 

Les cendres tombant rapidement peuvent s’accumuler sur une épaisseur de plusieurs centimètres en quelques minutes, même à des distances considérables du volcan en éruption. Les cendres s’insinuent même dans les bâtiments et les maisons des régions tropicales où il n’y a normalement pas de vitres. Lorsque le Krakatau entra en éruption, la famille Beyerinck  habitait dans un village situé à environ 25 km de l’île. Leur maison était la seule qui était encore debout après l’éruption. Madame Beyerinck raconte ainsi la difficulté qu’ils eurent à faire du feu :

 

« Quelqu'un entra précipitamment en criant : « Fermez les portes, fermez les portes ! » Tout à coup il fit un noir d’encre. La dernière chose que je vis, ce furent les cendres qui étaient poussées à travers les fentes du plancher comme une fontaine…

 

« L’obscurité était toujours profonde. Nous ne pouvions pas allumer de feu, car les allumettes s’éteignaient immédiatement. Finalement, le premier garçon, le seul serviteur masculin restant, réussit à allumer un petit feu[105]. »

 

Dans le cas des Néphites, nous ne savons pas comment ils allumaient normalement leurs feux; cela demandait probablement une certaine habileté et de la patience. On ne peut qu’imaginer le mal qu’ils avaient à essayer d’allumer un feu pendant une forte pluie de cendres.

 

Non seulement les chutes de cendres éteignent le feu, mais les gaz dégagés par un volcan peuvent avoir le même effet. Ces gaz sont habituellement plus lourds que les gaz atmosphériques normaux, ils sont très pauvres en oxygène et créent habituellement des acides dans l’atmosphère. Ces gaz empêcheraient aussi d’allumer des feux, même s’il est rare que quelqu'un soit encore en vie pour faire la tentative, étant donné qu’ils étouffent ou empoisonnent rapidement ceux qui ont la malchance d’être pris dedans[106]. En 1986, un dégagement inhabituel de CO2 d’un lac volcanique, le lac Nyos, au Cameroun, créa un nuage dense proche de la surface qui descendit et couvrit plusieurs villages, asphyxiant 1746 personnes et 8300 têtes de bétail. Dans le village de Nyos, moins d’1% des villageois survécut[107]. L’asphyxie fut aussi une cause courante de décès au cours de l’éruption, en 1911, du volcan Taal, dans les Philippines[108]. Un des deux survivants que l’on découvrit dans la ville de Saint-Pierre après sa destruction par l’éruption du mont Pelé raconte comment plusieurs personnes suffoquèrent autour de lui :  

 

« Le 8 mai, vers 8 h du matin, j’étais assis sur le pas de ma porte, qui était dans la partie sud-est de la ville… tout à coup je sentis un vent terrible souffler, la terre se mit à trembler et le ciel s'assombrit tout à coup. Je fis demi-tour pour rentrer dans la maison, je fis avec de grandes difficultés les trois ou quatre pas qui me séparaient de ma chambre et je sentis mes bras et mes jambes brûler ainsi que mon corps. Je tombai sur une table. A ce moment-là, quatre autres personnes cherchèrent refuge dans ma chambre, pleurant et se tordant de douleur, bien que leurs vêtements ne montrent aucun signe d’avoir été touchés par des flammes. Au bout de dix minutes, une de ces personnes, la jeune fille Delavaud, âgée d’environ 10 ans, tomba morte; les autres partirent. Je me levai alors et me rendis dans une autre pièce où je trouvai Delavaud, père, toujours habillé et couché sur le lit, mort. Il était violet et enflé, mais les vêtements étaient intacts. Je sortis et découvris dans la cour deux cadavres entremêlés : c’étaient les corps de deux jeunes gens qui… étaient dans le jardin quand j'étais retourné dans la maison au commencement de la catastrophe. Affolé et prêt à succomber, je me jetai sur un lit, inerte et attendant la mort. Je repris conscience au bout d’une heure environ[109]. »

 

Réactions de personnes terrifiées

 

Après la destruction et la mort décrites dans 3 Néphi, on entend le peuple « crier et se lamenter disant : Oh ! Si nous nous étions repentis avant ce jour grand et terrible, et n'avions pas tué et lapidé les prophètes, et ne les avions pas chassés » (3 Néphi 8:25). Ces peuples du Livre de Mormon, avertis par les prophètes, étaient peut-être plus justifiés mais pas uniques dans leur réaction. La violence des éruptions explosives, avec les tremblements de terre, les chutes de cendres, l’obscurité les autres phénomènes qui les accompagnent, semblent souvent amener ceux qui sont piégés dans la zone de ces effets terrifiants à un état d’humilité et de repentir, à la contemplation de la mort, et parfois à la croyance que la fin du monde est arrivée. Pline écrit : « Les gens se lamentaient sur leur sort et celui de leurs familles et il y en avait qui priaient, dans leur terreur de la mort, pour que la mort arrive. Beaucoup invoquaient les dieux pour qu'ils viennent à leur aide, mais d'autres encore imaginaient qu'il n'y avait plus de dieux et que l'univers était plongé à tout jamais dans des ténèbres éternelles[110]. »

 

Ivan Orloff, esquimau d’Alaska, écrivit à sa femme ce qui suit au cours de l’éruption de Katmai en 1912 :

 

« Nous attendons la mort d’un instant à l’autre. Une montagne a explosé près d’ici. Nous sommes couverts de cendres, dans certains endroits sur des profondeurs de 1m80 à 3m. Tout cela a commencé le 6 juin. Jour et nuit, nous allumons des lanternes. Nous ne pouvons pas voir la lumière du jour. Nous n’avons pas d’eau, les rivières ne sont que des cendres mêlées d’eau. Ici règne l’obscurité et l’enfer, le tonnerre et le bruit. Je ne sais pas s’il fait jour ou nuit. La terre tremble, il y a des éclairs chaque minute. C’est terrible, nous prions[111]. »

 

Au cours de l'éruption du Coseguina en 1835, la terreur des habitants d'Alancho (Nicaragua) était si grande que, s'attendant à ce que le jugement final s'abatte sur eux, « trois cents de ceux qui vivaient en dehors des liens du mariage se marièrent immédiatement[112]. »  Mais le repentir sur le lit de mort n’est pas toujours efficace. En Sicile, en 1669 de notre ère, le mont Etna connut une de ses éruptions les plus destructrices, tuant 15.000 personnes. Un groupe important s’était attroupé dans la cathédrale de Catane « pour prier pour l'intercession divine, quand la terre se souleva et que le bâtiment s'effondra », les tuant tous[113].

 

Un récit véritable

 

Une question que pourraient poser ceux qui doutent de la véracité du récit du Livre de Mormon est : « Qu'y a-t-il de si remarquable dans le récit d'une éruption volcanique ? »  « Sans aucun doute, diraient-ils, Joseph Smith avait lu l’histoire d’une éruption volcanique et a pensé que cela serait un bon arrière-plan pour la destruction qu’il voyait se produire au moment de la mort du Christ. » Je répondrais que le récit est remarquable par ses détails et sa précision et qu’il aurait été impossible à un jeune homme sans instruction de publier en 1830 un tel récit. Au début des années 1800, on ne comprenait pas bien les volcans et il n’y avait pas encore beaucoup de documentation sur eux. La géologie en était encore à ses balbutiements. Le premier manuel véritable de géologie fut publié la même année que le Livre de Mormon, en 1830, par Charles Lyell, en Grande-Bretagne[114]. Mais ses descriptions d’éruptions volcaniques, ainsi que quelques autres récits accessibles à l’époque de Joseph Smith, sont incomplets et ne contiennent pas tous les éléments que l’on trouve dans le récit du Livre de Mormon, des éléments dont on sait maintenant qu’ils se produisent lors de puissantes éruptions volcaniques.

 

L’éruption du Tambora en 1815 fut probablement l’éruption la plus spectaculaire des temps historiques et elle se produisit à une époque où Joseph Smith avait environ 10 ans. « Assurément, diraient les détracteurs du Livre de Mormon, Joseph a pu lire ou entendre parler de cette éruption. Il aurait facilement pu modeler son récit de 3 Néphi sur Tambora. » Bien qu’il soit possible que Joseph ait lu quelque part le récit de l’éruption du Tambora, il est beaucoup plus probable qu’il n’a jamais été au courant de cette éruption. Il n’en fut pratiquement pas question au moment ou elle se produisit et les récits détaillés disponibles sont toujours rares[115]. Les seuls récits substantiels qui ont survécu de cette époque ont été rassemblés par Sir Thomas Stamford Raffles, vice-gouverneur britannique de Java, et publiés en 1817[116]. La History of Java de Raffles comprend effectivement quelques pages décrivant l’éruption, et certains éléments de la description ressemblent au récit du Livre de Mormon (comme le récit de toutes les éruptions volcaniques de ce type), mais encore une fois, il ne mentionne pas certains des éléments du récit du Livre de Mormon. Par exemple, il n’est fait mention d’aucune espèce d’éclair, ni d’incapacité d’allumer du feu. Raffles ne mentionne pas non plus tous les types de destruction que l’on trouve dans le Livre de Mormon. Ce n’est qu’en 1847 qu’une expédition scientifique pénétra jusqu’au cratère et que les savants purent se faire une idée de ce qui s’était passé[117]. Même alors, les renseignements recueillis ne furent pas communiqués au grand public.

 

Bien que notre témoignage du Livre de Mormon ne dépende pas, et ne devrait pas dépendre de preuves matérielles, celles-ci peuvent ajouter une profondeur, une compréhension et une foi plus grandes, grâce à ce que nous lisons et étudions. L’Evangile de Jésus-Christ nous demande à tous d’étudier et d’apprendre (D&A 90:15) et nous enseigne qu’il est « impossible à un homme d’être sauvé dans l’ignorance » (D&A 131:6). Les événements du Livre de Mormon prennent personnellement plus de sens et j’éprouve une plus grande compassion envers le peuple du Livre de Mormon et je me sens plus proche de lui lorsque je comprends mieux sa façon de vivre, ses problèmes et son environnement.

 



[1] Bart J. Kowallis est directeur du département de géologie à l’université Brigham Young.

[2] Russell J. Blong, The Time of Darkness, Seattle, University of Washington Press, 1982, pp. 69-70.

[3] Blong, Time of Darkness, p. 70.

[4] Blong, Time of Darkness, p. 104.

[5] Blong, Time of Darkness, p. 5.

[6] Blong, Time of Darkness, p. 4.

[7] Blong, Time of Darkness, p. 103.

[8] Blong, Time of Darkness, p. 116.

[9] Blong, Time of Darkness, p. 151.

[10] Blong, Time of Darkness, p. 116.

[11] Blong, Time of Darkness, p. 7. 

[12] John Gee, "Another Note on the Three Days of Darkness”, Journal of Book of Mormon Studies 6, no. 2,1997, p. 2. Certains ont avancé l’idée que cette éruption correspond aux plaies et aux ténèbres d’Egypte décrites dans l’Exode.

[13] Claude Vandersleyen, "Une tempête sous le règne d’Amosis", Revue d’Egyptologie 19, 1967, d’après la traduction [anglaise] de Robert K. Ritner, dans Karen Polinger Foster et Robert K. Ritner, "Texts, Storms, and the Thera Eruption", Journal of Near Eastern Studies 55, n° 1, 1996, p. 11. Les pointillés entre crochets indiquent des mots illisibles.

[14] Voir, par exemple, John L. Sorenson, An Ancient American Setting for the Book of Mormon, Salt Lake City, Deseret Book, Provo, Utah, FARMS, 1985, p. 415. A mon sens, ce livre est la meilleure analyse de la géographie du Livre  de Mormon qui soit et nous fournit un cadre très plausible.

[15] Les ouvrages suivants proposent une éruption volcanique comme cause possible de la destruction dans 3 Néphi: James L. Baer, "The Third Nephi Disaster: A Geological View", Dialogue: A Journal of Mormon Thought 19, printemps 1986, pp. 129-32. l'auteur mentionne la possibilité d'éruptions volcaniques comme cause de la destruction, mais se concentre essentiellement sur le fait que l'événement aurait été causé par un ou plusieurs grands séismes. Il est certain que les grandes éruptions volcaniques s'accompagnent de tremblements de terre, qui se produisent parfois en une succession de séismes pendant que l'éruption est en cours. Toutefois, l'inverse n'est pas vrai: les éruptions volcaniques ne se produisent habituellement pas avec de grands tremblements de terre, et les grands tremblements de terre, même de la plus grande magnitude ne durent pas plus que quelques minutes et certainement pas pendant les trois heures décrites dans 3 Néphi.

Russell H. Ball, "An Hypothesis concerning the Three Days of Darkness among the Nephites", Journal of Book of Mormon Studies 2, n° 1, 1993, pp. 107-19. Ball croit aussi que l'événement peut être entièrement expliqué par une éruption volcanique explosive.

E. L. Peay, Nephi's Promised Land in Central America, vol. 2 de The Lands of Zarahemla: A Book of Mormon Commentary, Provo, Utah, par l'auteur, 1994, pp. 168-69. Selon lui, la destruction pourrait s'expliquer par une combinaison d'ouragan, de volcan et d'un grand tremblement de terre, bien qu'il se concentre sur l'éruption volcanique pour expliquer la plupart des caractéristiques.

Marlon A. Nance, "Can the 'Days of Darkness' Be Documented?" Séminaire de FARMS, 26 octobre 1996. Nance a poussé l'étude une étape plus loin. Il essaie d'identifier les couches de cendres dans les sédiments océaniques près de l'Amérique centrale pour essayer d'identifier l'éruption responsable de la destruction de 3 Néphi.

Hugh W. Nibley, Since Cumorah, Salt Lake City, Deseret Book, 1988, pp. 231-38. Nibley essaie d'abord de tout expliquer comme des événements qui se produisent pendant un grand tremblement de terre, mais en cours de route, il inclut aussi l'idée qu'il a pu y avoir aussi une éruption volcanique. Il cite plusieurs exemples des différents phénomènes qui se sont produits dans des récits historiques de grands tremblements de terre et d'éruptions volcaniques. D'une manière générale, l'analyse de Nibley est très bonne et assez proche de la mienne, bien que je sois d'avis que l'on n'a pas besoin de grands tremblements de terre en dehors de ceux qui se produisent naturellement avec une éruption volcanique explosive pour expliquer le texte de 3 Néphi.

David A. Palmer, In Search of Cumorah, New Evidences for the Book of Mormon from Ancient Mexico, Bountiful (Utah), Horizon, 1981, pp. 38-41. Palmer fait un excellent travail de description des indices de base d'une éruption volcanique au moment de la grande destruction. Je ne suis cependant pas d'accord avec lui sur les points suivants. Tout d'abord, il dit: "Il semble qu'il y ait eu une éruption d'au moins un volcan et probablement de plusieurs" (p. 39). Je ne vois pas la nécessité d'une éruption de plus d'un volcan, un événement qui serait hautement improbable dans la plupart des cadres naturels pour la période de temps donnée par le Livre de Mormon. Deuxièmement, il dit que "il y eut manifestement un tremblement de terre dévastateur et ses secousses secondaires durèrent trois jours" (p. 39). Le récit du Livre de Mormon précise que c'est au bout de trois heures, pas de trois jours que les secousses ont cessé. Finalement, Palmer dit: "La description donnée par le Livre de Mormon suggère un glissement anormalement important des plaques au moment de la Crucifixion. Cela a dû causer des séismes et envoyer simultanément du magma à la surface en différents endroits, déchaînant de terribles destructions" (p. 40). Mais selon ce que l'on sait en géologie, il est peu probable qu'un glissement exceptionnellement important des plaques envoit du magma à la surface. Ce n'est que si le magma était déjà près de la surface, prêt pour une éruption, qu'un grand séisme pourrait déclencher une éruption volcanique. Mais, une fois de plus, on n'a pas besoin d'un grand mouvement le long des frontières des plaques pour expliquer les événements de 3 Néphi.

Sorenson, Ancient American Setting, pp. 318-23. Les seuls commentaires que j'ai à faire sur son analyse, c'est qu'il fait appel à des ouragans ou à des tempêtes tropicales pour expliquer l'inondation des villes proches de la mer, alors qu'à mon sens il est bien plus probable que l'invasion des eaux a été causée par un tsunami. Il dit aussi qu'il n'y a rien de surprenant dans les phénomènes qui accompagnent la destruction, si ce n'est que l'échelle ou la magnitude est sans précédent (p. 323). Je dirai que c'est sans doute vrai pour les populations du Livre de Mormon, mais je crois que la magnitude de cette destruction n'est pas unique à l'époque historique (il est probable que les éruptions du Krakatau et du Tambora étaient de la même échelle), et cet événement est petit en comparaison à certaines éruptions que nous savons s'être produites dans l'histoire de la géologie, comme les trois dernières éruptions de la région de Yellowstone, qui ont été des centaines de fois plus grandes que Krakatau et Tambora. Voir Robert B. Smith et Lawrence W. Braile, "Topographic Signature, Space-Time Evolution, and Physical Properties of the Yellowstone-Snake River Plain Volcanic System: The Yellowstone Hotspot", dans Geology of Wyoming, éd. Arthur W. Snoke, James  R. Steidtmann et Sheila M. Roberts, Geological Survey of Wyoming Memoir n° 5, Laramie (Wyo), Pioneer Printing and Stationery, 1993, p. 718, figure 14. Cet article traite principalement des éruptions préhistoriques qui se sont produites autour du point chaud de Yellowstone, qui ont été plus fortes qu'aucune éruption historique. Les auteurs estiment que la plus forte des éruptions de Yellowstone a sans doute été deux mille fois plus forte que celle du mont St.Helens.

John A. Tvedtnes, "Historical Parallels to the Destruction at the Time of the Crucifixion", Journal of Book of Mormon Studies 3, n° 1, 1994, pp. 170-86. Tvedtnes fait observer que les phénomènes naturels correspondent bien aux événements de 3 Néphi, mais il essaie aussi de rattacher cela au mouvement des plaques tectoniques et peut-être à un tremblement de terre majeur ainsi qu'à une éruption volcanique. Je ne crois pas qu'un mouvement majeur des plaques ou qu'un grand tremblement de terre aient été nécessaires pour provoquer les événements de 3 Néphi autres que les tremblements de terre qui se produisent normalement au cours d'une éruption volcanique.

[16] John W. Welch, éd., Reexploring the Book of Mormon, Salt  Lake City, Deseret Book, Provo (Utah), FARMS, 1992, p. 23. Zénos ne parle pas d'un tourbillon ni explicitement d'un tremblement de terre. 

[17] Smith et Braile, "Topographic Signature: The Yellowstone Hotspot", p. 718, figure 14.

[18] James B. Allen et Glen M. Leonard, The Story of the Latter-day Saints, 2e éd. révisée et augmentée, Salt Lake City, Deseret Book, 1992, p. 18.

[19] Kaari Ward, éd., "The Year without a Summer", dans Great Disasters: Dramatic True Stories of Nature's Awesome Powers, Pleasantville, N.Y., Reader's Digest, 1989, pp. 108-11.

[20] Henry Stommel et Elizabeth Stommel, "The Year without a Summer", Scientific American 240, juin 1979, pp. 176-80. Voir aussi Henry Stommel et Elizabeth Stommel, Volcano Weather, Newport, R.I., Seven Seas, 1983.

[21] Ward, "The Year without a Summer", p. 111. 

[22] Allen et Leonard, Story of the Latter-day Saints, p. 18. 

[23] Thomas A. Jaggar, Volcanoes Declare War, Honolulu: Paradise of the Pacific, 1945, p. 129; Fred M. Bullard, Volcanoes of the Earth, Austin, University of Texas Press, 1984, p. 93.

[24] George G. Daniels, directeur de publication, Volcano, The planet Earth Series, Alexandria, Va. Time-Life Books, 1982,  pp. 22, 25. 

[25] Bullard, Volcanoes of the Earth, pp. 93-96. Bullard précise que les volcans d'Amérique centrale sont si explosifs qu'il est rare qu'ils projettent de la lave liquide. Au contraire, la presque totalité (99%) du magma projeté hors des volcans américains l'est sous la forme de cendres et de pierre ponce. C'est probablement ce qui explique pourquoi il n'est fait mention, dans 3 Néphi, de rien qui pourrait ressembler à des coulées de lave.

[26] M. B. Lambert, Volcanoes, Seattle, University of Washington Press, 1978, p. 32. Lambert y fait figurer une photo d'une tornade provoquée au cours de l'éruption du volcan  Surtsey de 1963 en Islande.

[27] Personnel du Longview (Wash.) Daily News et du Bellevue (Wash.) Journal-American, Volcano: The Eruption of Mount St. Helens, Longview, Wash., Longview Publishing, 1980, p. 26.

[28] J. G. Rosenbaum et Richard B. Waitt, "Summary of Eyewitness Accounts of the May 18 Eruption", U. S. Geological Survey Professional Paper 1250, 1981, p. 62.

[29] Rosenbaum et Waitt, "Eyewitness Accounts”, pp. 59-60.

[30] Personnel, Volcano, p. 26.

[31] William A. Garesché, Complete Story Of the Martinique and St. Vincent Horrors, New York, L. G. Stahl, 1902, pp. 50-51. Garesché était consul d'Amérique à la Martinique depuis plusieurs années avant l'éruption et connaissait bien beaucoup de victimes du désastre.

[32] Bullard, Volcanoes of the Earth, p. 125.

[33] Bullard, Volcanoes of the Earth, p. 125.

[34] R. D. M. Verbeek, Krakatau, Batavia, [Indonésie] Imprimerie de l'Etat, 1885, pp. 480-81. On trouvera également ce récit et beaucoup d'autres rapportés par Verbeek dans une étude fouillée du Krakatau: Tom Simkin et Richard S. Fiske,  Krakatau 1883: The Volcanic Eruption and Its Effects, Washington, D. C., Smithsonian Institution, 1983, pp. 98-99.

[35] Charles Lyell, Principles of Geology, Londres, John Murray, 1830,  pp. 403-5.

[36] Daniels Volcano, p. 58.

[37] Simkin et Fiske, Krakatau 1883, p. 64.

[38] Jaggar, Volcanoes Declare War,  p. 61.

[39] Lambert, Volcanoes, p. 32; et Sigurder Thorarinsson et Bernard Vonnegut, "Whirlwinds Produced by the Eruption of the Surtsey Volcano," Bulletin of The American Meteorological Society 45, n° 8, 1964, pp. 440-44.

[40] Daniels, Volcano, p. 157.

[41] Pline, Lettres et Panégyrique, The Loch Classical Library 1969, pp. 1443.

[42] Peter Francis, Volcanoes: a Planetary Perspective,  New York, Oxford University Press, 1993, p. 68.

[43] Georgievich S. Gorshkov, "Gigantic Eruption of Volcano Bezymianny," Bulletin Volcanologique, série 2, 20, 1959, pp. 86-87.

[44] Lyell, Principles of Geology, p. 403.

[45] Simkin et Fiske, Krakatau 1883, p. 102.

[46] Simkin et Fiske, Krakatau 1883, p. 102.

[47] Simkin et Fiske, Krakatau 1883, p. 104.

[48] Robert W Decker et Barbara B. Decker, Mountains of Fire: the Nature of Volcanoes, Cambridge, Cambridge University Press, 1991, p. 39.

[49] Lambert, Volcanoes, 31.

[50] Edward B. Nuhfer, Richard J. Proctor et Paul H Moser, The Citizen's Guide to Geologic Hazards, Arvada, Colo. American Institute of Professional Geologists, 1993, p. 58. La photo a été prise par Ruska Hadian de la Recherche volcanologique d'Indonésie.

[51] Mark Kemp, "Power Surge," Discover 9, avril 1988, pp. 40-4 1. Cette photo a été prise le 17 novembre 1987 par Tsuyoshi Nishinoue. Elle a été utilisée depuis sur des cartes postales dont j'ai acheté une lors d'une visite au Japon.

[52] Konrad B. Krauskopf and the Committee on the Alaska Earthquake, The Great Alaska Earthquake of 1964, Summary and Recommendations, Washington, D. C., National Academy of Sciences, 1973, p. xi.

[53] Bruce A, Bolt, Earthquakes, New York, W. H Freeman, 1988, p. 18.

[54] Bolt, Earthquakes, p. 21; John Milne, Earthquakes and Other Earth Movements, Philadelphie, P. Blakiston's Son, 1939, p. 15.

[55] C'est sans doute Aristote qui a été le premier à proposer l'idée d'un "climat de tremblement de terre". Il a avancé la théorie que les tremblements de terre étaient causés par des vents pris dans de vastes cavernes souterraines. On enseignait encore cette idée en 1755, quand John Winthrop donnait des cours à Harvard sur les points forts de la thèse d'Aristote. Winthrop supposait que le temps, avant un tremblement de terre, devait être chaud et sans vent parce qu'il fallait que de grandes quantités d'air soient prises sous la surface du sol. Pendant un tremblement de terre, cet air se libérait sous la forme d'un vent furieux. G. Lennis Berlin, Earthquakes and the Urban Environment, vol. I, Boca Raton, Fla., CRC, 1980, p. 13. Même Shakespeare a emprunté l'idée: "La nature malade se déchaîne souvent en d'étranges éruptions, souvent la terre grouillante est pincée par une sorte de colique et affligée par l'emprisonnement de vents indisciplinés dans son sein; qui, s'efforçant de se libérer, secouent la bonne vieille terre et renversent les clochers et les tours envahies par la mousse." William Shakespeare, Henri IV, 1e partie, citée dans Berlin, Earthquakes and the Urban Environment, p. 13.

[56] Raymond R. Dibble, "Seismic and Related Phenomena at Active Volcanoes in New Zealand, Hawaii, and Italy", these de doctorat, Victoria University, Wellington, N. Z., 1972, p. 557; Lambert, Volcanoes, p. 33.

[57] Simkin et Fiske, Krakatau 1883, pp. 32-40.

[58] R. D. Adams et Raymond R. Dibble, "Seismological Studies of the Raoul Island Eruption, 1964," Bulletin VoIcanologique 29, 1966, p. 5.

[59] Stanley N. Williams et Stephen Self, "The October 1902 Plinian Eruption of Santa Maria Volcano, Guatemala", Journal of Volcanology and Geothermal Research 16, 1982, pp. 33-56.

[60] Bullard, Volcanoes of the Earth, p. 95.

[61] Bullard, Volcanoes of the Earth, pp. 95-96.

[62] Francis, Volcanoes: A Planetary Perspective, p. 68.

[63] Bullard, Volcanoes of the Earth, p. 125.

[64] Lewis D. Leet, Causes of Catastrophe, New York, Whittlesey House, 1948, p. 8. Satis N. Coleman, Volcanoes New and Old, New York, John Day, 1946, pp. 80-81. Leet et Coleman utilisent ce même récit fait par le commissaire adjoint Thompson, mais il y a quelques différences mineures entre les deux. J'ai combiné ici les deux sources.

[65] Simkin et Fiskse, Krakatau 1883, p. 15.

[66] Simkin et Fiske, Krakatau 1883, p. 73.

[67] Simkin et Fiske, Krakatau 1883, p. 117.

[68] Tom Koenninger, directeur de publication, Vancouver! Vancouver! This Is It!, Lubbock, Tex, C. F. Boone, 1980, p. 36.

[69] Sorenson, Ancient American Setting, pp. 222-23. Sorenson situe Jérusalem sur le lac Atitlan au Guatemala. Il se peut que les autres villes mentionnées avec Jérusalem, Onihah et Mocum, se soient également trouvées sur ce lac. Ces trois villes devaient être fort éloignées de l'éruption volcanique principale, parce qu'elles sont situées loin dans le pays situé du côté du sud et le Livre de Mormon dit bien que les gens les plus méchants et la destruction la plus grande étaient dans le pays situé du côté du nord. Toutefois, le lac Atitlan est entouré de volcans élevés, hauts de plus de 3600 mètres et des pentes de montagne escarpées descendent jusqu'au bord du lac. Voir les photos dans Sorenson, Ancient American Setting, p. 177. Les pentes de ce genre sont souvent instables et l'activité tellurique, provoquée même par une éruption volcanique lointaine, pourrait certainement suffire pour déclencher des glissements de terrain jusque dans le lac, faisant monter le niveau de l'eau, qui recouvrirait alors les villes ou les villages proches du bord.

[70] Decker et Decker, Mountains of Fire, p. 104.

[71] Francis, Volcanoes: A Planetary Perspective, p. 63. Lors de fouilles effectuées en 1812, on a découvert plusieurs corps à quelques centimètres seulement sous la surface de la couche de cendres. L'un d'eux tenait un sac décomposé qui avait contenu 360 pièces d'argent, 42 pièces de bronze et huit médaillons d'or impérial. Egon C. C. Corti, The Destruction and Resurrection of Pompeii and Herculaneum, trad. K. et R. Gregor Smith, Londres, RoutIedge and Kegan Paul. 1951, p. 171.

[72] Lambert, Volcanoes, p. 47.

[73] Francis, Volcanoes: A Planetary Perspective, p. 68.

[74] Jaggar, Volcanoes Declare War, p. 32.

[75] David K. Chester, Volcanoes and Society, Londres, Edward Arnold, 1993, pp. 292 -93; Kaari Ward, directeur de publication, The Wrath of Nevado del Ruiz," dans Great Disasters, pp. 108-11.

[76] Daniels, Volcano, p. 154.

[77] Francis, Volcanoes: A Planetary Perspective, p. 93.

[78] Decker et Decker, Mountains of Fire, p. 112.

[79] Voir Sorenson, Ancient American Setting, pp. 318-23. Sorenson interprète l'expression "surface du pays" comme voulant dire que les changements apportés au pays étaient essentiellement des changements superficiels et que la géographie de base est restée inchangée. D'une manière générale, je suis d'accord avec cette évaluation, mais je pense cependant que près du lieu de l'éruption, les changements ont pu être très spectaculaires et pas nécessairement superficiels. Voir aussi Nibley, Since Cumorah, p. 232.

Les seize villes détruites mentionnées par leur nom dans 3 Néphi se trouvaient dans des endroits éloignés d'Abondance. Par exemple, Gid et Mulek ( mentionnées dans Hélaman 5:15, soixante ans avant la destruction), situées près de la ville d'Abondance, ne sont pas reprises dans la liste des villes détruites. D'autres villes "restèrent", même si "les dégâts y étaient extrêmement grands" (3 Né 8:15). Quelque temps après les trois jours de ténèbres, "il arriva qu'une grande multitude du peuple de Néphi était rassemblée autour du temple qui était au pays d'Abondance" (3 Néphi 11:1).

[80] Sorenson, Ancient American Setting, pp. 8-23; Palmer, In Search of Cumorah, pp. 29-31.

[81] Si une grande éruption volcanique explosive s'est effectivement produite en Amérique centrale au moment de la mort du Christ, il se peut que les cendres soient toujours là et qu'on pourrait les trouver dans certains endroits. Une couche de cendres importante ayant approximativement l'âge qui convient (vers 100-200 apr. J.-C.) a été décrite dans Payson D. Sheets, "An Ancient Natural Disaster", Expedition 14 n° 1, 1971, pp. 24-31, et dans Payson D. Sheets, "Environmental and Cultural Effects of the Ilopango Eruption in Central America", dans Volcanic Activity and Human Ecology, sous la direction de Payson D. Sheets et Donald K. Grayson, New York, Academic, 1979, pp. 525-64. Sheets montre comment l'éruption du volcan Ilopango, en El Salvador a détruit essentiellement les cultures de la région et qu'il leur a fallu près de deux cents ans pour s'en remettre. Toutefois, si nous acceptons la géographie du Livre de Mormon telle que Sorenson l'interprète, cette éruption est sans doute trop loin pour pouvoir causer beaucoup de destructions autour de Zarahemla, tout en étant suffisamment proche pour provoquer les ténèbres. Elle est certainement trop loin au sud pour avoir causé beaucoup de destructions dans le pays situé du côté du nord, où, selon le Livre de Mormon, la destruction a été la plus grande.

Palmer, In Search of Cumorah, p. 102, fait observer qu'une couche de cendres qui pourrait dater plus ou moins de l'époque de la mort du Christ a également été découverte à Tres Zapotes, cite archéologique important au nord de l'isthme de Tehuantepec. Tres Zapotes est près de plusieurs volcans actifs. El Chichon, un volcan situé à environ 110 km au nord de la Zarahemla de Sorenson, dans le sud du Mexique, a connu une éruption violente en 1982. Il était précédemment entré en éruption vers 800 de notre ère, selon Chester, Volcanoes and Society, pp. 277-78, et avait sans aucun doute connu des éruptions violentes avant cela.

Le problème est qu'il y a tant de volcans actifs au Mexique et en Amérique centrale, et qu'il y a eu beaucoup d'éruptions dans les quelques deux mille dernières années. Wenkam a parcouru beaucoup de sites archéologiques importants en Amérique centrale et au Mexique et dit avoir trouvé des cendres volcanique presque partout. Il avance l'hypothèse que les éruptions volcaniques ont pu être une cause courante de destructions dans cette région. Robert Wenkam, The Edge of Fire, San Francisco, Sierra Club Books, 1987, pp. 29-43.

Dans le cadre de notre objectif, qui est de comprendre cet événement du Livre de Mormon, et en utilisant comme guide la géographie de Sorenson, je dirais que le centre de l'éruption était au nord de l'isthme de Tehuantepec (dans le pays situé du côté du nord, où la destruction a été la plus grande) et probablement le long de la côte, où l'éruption a pu provoquer un ras de marée. Il faudra toutefois davantage de renseignements géologiques et géochronologiques pour pouvoir avancer d'autres suppositions. Dans un discours prononcé, le 25 octobre 1996, lors d'un séminaire de FARMS, Marlon Nance a proposé le plan le plus complet pour situer le lit de cendres associé à cette éruption. Il a proposé d'analyser chimiquement et de dater les lits de cendres trouvés dans les carottages de haute mer prélevés dans des régions proches de l'Amérique centrale. Ce serait un projet passionnant, un projet que j'espère qu'il pourra mener à bien.

[82] Pline, Lettres et Panégyrique, 1:1445.

[83] Koenninger, "Vancouver", p. 24.

[84] Staffs, Volcano, p. 52.

[85] Daniels, Volcano, p. 58

[86] Simkin et Fiske, Krakatau 1883, p. 89.

[87] Andrew Robinson, Earthshock:  Hurricanes, Volcanoes , Earthquakes, Tornadoes, and Other Forces of Nature, Londres, Thames and Hudson, 1993, pp. 115-16.

[88] Kaari Ward, directeur de publication, "Mount Etna Erupts–Again", dans Great Disasters, p. 91.

[89] William E. Scott, "Volcanic and Related Hazards", dans Volcanic Hazards, sous la direction de Robert l. Tilling, Washington D.C.,  American Geophysical Union. 1989, pp.17-18.

[90] Daniels, Volcano, 58.

[91] M. S. Maso The Eruption of Taal Volcano, Manille, Manila Bureau of Printing, 1911, p. 9. Des parties importantes de ce récit sont reproduites dans Ken H. Wil, Volcanoes, Londres, Cassell, 1966, pp. 166-67.

[92] Francis, Volcanoes: A Planetary Perspective, p. 80.

[93] E. W. Sturdy, "The Volcanic Eruption of Krakatau", Atlantic Monthly 54, n° 321, juillet 1884, pp. 387-89.

[94] Jaggar, Volcanoes Declare War, p. 67.

[95] Pline, Lettres et Panégyrique,  p. 1433.

[96] Pline, Lettres et Panégyrique, p. 1445.

[97] Koenninger, "Vancouver!"  p. 25

[98] Gorshkov, "Gigantic Eruption", pp. 86-87.

[99] Lyell, Principles of Geology, p. 404.

[100] Haraldur Sigurdsson et Steven Carey, "The Eruption of Tambora in 1815: Environmental Effects and Eruption Dynamics", dans The Year without a Summer, sous la direction de C. R. Harrington, Ottawa, Canadian Museum of Nature, p. 20.

[101] Stommel et Stommel, Volcano Weather, p. 12.

[102] Simkin et Fiske, Krakatau 1883, pp. 98-99.

[103] Sturdy, "Volcanic Eruption of Krakatau", pp. 387-89.

[104] Koenninger, "Vancouver!" p. 24.

[105] Simkin et Fiske, Krakatau 1883, pp. 84-85. La famille Beyerinck dut plus tard éteindre son feu, parce qu'il commençait à attirer beaucoup de natifs qui avaient été rendus fous par la soif et étaient prêts à tout.

[106] Scott, "Volcanic and Related Hazards", pp. 19-20.

[107] Alan E. Kehew, Geology for Engineers and Environmental Scientists, Englewood Cliffs, N.J. Prentice Hall, 1995, pp. 75-77.

[108] Wilcoxson, Volcanoes, p. 171.

[109] Angelo Heilprin, Mount Pelée and the Tragedy of Martinique, Philadelphie, p. 11. Lippincott, 1905, p. 119.

[110] Pline, Lettres et Panégyrique, 1:445.

[111] Wilson F. Erskine, Katmai, Londres, Abelard-Schuman, 1962, p. 55. On trouve la même citation dans  Katia Krafft et Maurice Krafft, Volcanoes, Maplewood, N. J., Hammond Inc, 1980, p. 58.

[112] H. Williams, "The Great Eruption of Coseguina, Nicaragua, in 1835", University of California Publications in Geological Science 29, n° 2, 1952, 33.

[113] Ward, "Mount Etna Erupts–Again", pp. 90-91.

[114] Lyell, Principles of Geology.

[115] Richard B. Stothers, "The Great Tambora Eruption in 1815 and its Aftermath", Science 224, n° 4654, 1984, 1191-98.

[116] Thomas D. Raffles, History of Java, 2 vol., Londres, Black, Parbury et Allen, 1817, 1:29-33.

[117] Robinson, Earthshock, p. 94.

 

 

 

 

l Accueil l Écritures l Livres l Magazines l Études l Médias l Art l