LE MORMONISME ATTAQUE-T-IL LE CHRISTIANISME ?
 

Michel R. Ash
© FAIR

Alors que l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours affirme que Jésus-Christ est à sa tête, beaucoup d’antimormons ont contesté bruyamment sa prétention à être chrétienne. Les publications antimormones se comptent par milliers. Il y a des livres, des brochures, des programmes radio, des sites Internet et même des films antimormons. Des gens manifestent lors des portes ouvertes de temples, des conférences et des spectacles historiques. Des séminaires antimormons sont organisés dans les églises protestantes et leurs membres sont instruits des méfaits du mormonisme tandis que l’on critique les coutumes des saints en matière de mariage et d’habillement. Les saints des derniers jours se sont même vu refuser l'occasion d'aider d'autres organisations chrétiennes dans le bénévolat.

Bien que l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours ne leur ait pas rendu la pareille, certains antimormons ont affirmé qu'ils n'attaquent pas le mormonisme, mais qu’au contraire ils se défendent contre le mormonisme qui a été le premier à agresser le christianisme. Les exemples suivants montrent que pareille prétention est courante dans les milieux antimormons.

« Le fait est que prouver que le mormonisme est une fausse doctrine ne constitue pas une attaque mais une défense de la foi chrétienne. Joseph Smith, fondateur du mormonisme, a été le premier à attaquer en affirmant que toutes les confessions chrétiennes sont une abomination aux yeux de Dieu [1]. »

« Le mormonisme est activement antichrétien; depuis le début de son existence, l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours attaque délibérément, ouvertement et officiellement le christianisme [2]. »

« C’est Joseph Smith qui a été le premier à attaquer les églises chrétiennes, ceux qui ‘professent le christianisme’. Ce n’est pas nous qui avons été les premiers à vous attaquer. Je ne faisais rien d’autre que de répondre à cette attaque [3]. »

« Nous devons noter que l'histoire révèle que Joseph Smith, le fondateur mormon, a lancé son attaque contre le christianisme longtemps avant qu’il y ait des ministères ‘antimormons’ [4]. »

Pour appuyer leur thèse, ces détracteurs citent généralement le récit de 1838 de la première vision de Joseph Smith où Jésus répond à la prière de Joseph, lui demandant à quelle église il devait se joindre.

« Il me fut répondu de ne me joindre à aucune, car elles étaient toutes dans l'erreur; et le Personnage qui me parlait dit que tous leurs credo étaient une abomination à ses yeux; que ces docteurs étaient tous corrompus; que: ils 's'approchent de moi des lèvres, mais leur cœur est éloigné de moi; ils enseignent pour doctrine des commandements d'hommes, ayant une forme de piété, mais il en nient la puissance’ [5]. »

Le présent article s’efforce d'examiner quatre questions apparentées :

1. Jésus – selon la première de vision de Joseph Smith – a-t-il affirmé que le christianisme était sans valeur et que les chrétiens étaient corrompus ? Le mormonisme enseigne-t-il que les autres églises n’ont pas de valeur ?

2. Les saints des derniers jours ont-ils frappé les premiers ? Les premiers antimormons ne faisaient-ils que se défendre contre les agresseurs mormons ?

3. La prétention des saints des derniers jours à être chrétiens est-elle une invention récente de leur part ? Les premiers saints des derniers jours niaient-t-ils que les mormons étaient chrétiens ou ont-ils intentionnellement essayé de se distinguer comme non-chrétiens ?

4. Pourquoi les saints des derniers jours parleraient-ils durement des autres confessions chrétiennes ?

1. Jésus – selon la première vision de Joseph Smith – a-t-il affirmé que le christianisme était sans valeur et que les chrétiens étaient corrompus ? Le mormonisme enseigne-t-il que les autres églises n’ont pas de valeur ?

«Tous leurs credo étaient une abomination à ses yeux; que ces docteurs étaient tous corrompus; que: ‘ils s'approchent de moi des lèvres, mais leur cœur est éloigné de moi; ils enseignent pour doctrine des commandements d'hommes, ayant une forme de piété, mais ils en nient la puissance’ [6]. »

Un antimormon a écrit : « Les saints des derniers jours enseignent-ils que les croyances/credo de toutes les autres églises sont une abomination pour Dieu ? Réponse : Oui! [7] » En amalgamant « croyances » et « credo », ce détracteur mêle la vérité à l’erreur. Alors que certains détracteurs interprètent les termes de la vision de Joseph comme une condamnation sévère des autres branches du christianisme, la réprimande concerne essentiellement les credo extra-bibliques qui se sont formés longtemps après l’époque du Nouveau Testament. Dans la vision de Joseph, le Christ qualifie ces credo « d’abomination », ce qui peut également signifier « souillé » ou « pollué » [8].

Ces credo étaient souvent le résultat d’argumentations et de débats et introduisent souvent des notions que l’on ne trouve pas dans la Bible [9]. Gary Gillum note également :

« La vérité et les choses de Dieu se comprennent par l'étude, la foi, la raison, la science, l'expérience, la révélation personnelle et la révélation donnée par les prophètes de Dieu. Les credo, par contre, ont tendance à imposer des limites à ce processus [10]. »

Plus tard, Joseph Smith a commenté les réserves qu’il avait à l’égard des credo du christianisme traditionnel.

« Je ne peux croire en aucun des credo des différentes confessions, parce qu'ils ont tous en eux certaines choses auxquelles je ne puis souscrire, bien que tous aient une certaine vérité. Je veux monter en la présence de Dieu et tout apprendre ; mais les credo dressent des barrières et disent : ‘Tu iras jusque là et pas plus loin’, chose à laquelle je ne puis souscrire [11]. »

Dans la vision de Joseph, ce sont les credo et non les chrétiens ou les églises de 1820 que Jésus qualifie d’ « abomination ». Ceux qui professaient de tels credo étaient « corrompus », ce qui signifie également « perdre sa pureté [12]. » En d’autres termes, le christianisme traditionnel avait des vérités mêlées d’erreurs. Bien que ne croyant plus, comme beaucoup d'autres Américains « éclairés », aux miracles modernes [13], Thomas Jefferson estimait aussi – comme beaucoup de ses contemporains – que les églises de son temps étaient très éloignées du christianisme du Nouveau Testament.

« Je [Jefferson] suis un vrai chrétien, c'est-à-dire un disciple des enseignements doctrinaux de Jésus, qui sont très différents de ce qu’enseignent les prédicateurs... de l'Évangile, qui tirent tous leurs dogmes caractéristiques de choses que son auteur n'a jamais dites ou faites.

« Mais ils ont élaboré, à partir des mystères païens, un système dépassant la compréhension de l'homme, un système dont Jésus, s’il devait revenir sur la terre, ne reconnaîtrait pas un seul trait... Ce sont les théories de théologiens insensés qui ont fait de la religion une Babel [14]. »

L’affirmation que le christianisme de 1820 englobait des idées non bibliques n'était pas propre au milieu de Joseph [15] et ce n'était pas non plus une attaque contre les confessions chrétiennes traditionnelles. C’était plutôt un commentaire sur la corruption de la doctrine qui avait été introduite au cours de siècles d'apostasie. « Ils s’approchent de moi des lèvres », dit Jésus dans la vision de Joseph, « mais leur cœur est éloigné de moi ; ils enseignent pour doctrine des commandements d'hommes, ayant une forme de piété, mais ils en nient la puissance. » Quand il raconta sa vision à un pasteur méthodiste, quelques jours après l’avoir eue, Joseph fut surpris de sa réaction.

« Il traita mon récit non seulement avec légèreté, mais aussi avec un profond mépris, disant que tout cela était du diable, que les visions ou les révélations, cela n’existait plus de nos jours; que toutes les choses de ce genre avaient cessé avec les apôtres et qu'il n'y en aurait jamais plus [16]. »

Beaucoup de chrétiens du dix-neuvième siècle non seulement ne croyaient pas aux miracles (ils en niaient « la puissance »), mais ils croyaient que tous les effets surnaturels étaient soit frauduleux, soit du diable [17]. » Un pasteur méthodiste du XIXe siècle et détracteur de l’Église se moquait des mormons parce qu’ils prophétisaient « avoir le pouvoir d’accomplir des miracles comme l'interprétation de langues qu'ils n'ont jamais apprises, la guérison des malades et la résurrection des morts… [18]. » Un autre antimormon contemporain et professeur de religion au Kemper College au Missouri, écrit à propos du mormonisme : « Pour les superstitieux qui aiment le merveilleux, il y a les miracles, les extases, les visions et les révélations… [19]. »

S’ils ont enseigné que le christianisme traditionnel est une forme apostate du christianisme biblique, Joseph et les saints des derniers jours qui l’ont suivi n'ont pas « attaqué le christianisme » ni affirmé que les autres confessions sont dépourvues de préceptes chrétiens.

Il faut noter ici que l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours est « chrétienne » (quoi qu’en disent ses détracteurs les plus véhéments) et ne peut par conséquent pas être accusée d’attaquer le christianisme. Lancer pareille accusation, c’est soulever la question : Le mormonisme est-il chrétien? C'est le sujet d’un autre article, mais les lecteurs intéressés ont intérêt à consulter Offenders for a Word par les professeurs Peterson et Ricks, qui démontrent de manière concluante que l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours est effectivement « chrétienne [20] ».

Pour étayer leur affirmation que les mormons « attaquent le christianisme », les détracteurs citent généralement un certain nombre d’ouvrages de l’Église (essentiellement le Journal of Discourses), qui contiennent des passages comme ceux-ci:

Brigham Young : « Lorsque j’ai reçu la lumière, j'ai vu que tout le monde dit chrétien tâtonnait dans les ténèbres [21]. »

Brigham Young :: « En ce qui concerne la vraie théologie, il n’y a jamais eu de peuple plus ignorant que le monde soi-disant chrétien d’aujourd’hui [22]. »

John Taylor : « Quoi ! Les chrétiens sont-ils ignorants ? Oui, aussi ignorants des choses de Dieu que l’animal muet [23]. »

John Taylor : « Nous parlons de christianisme, mais c'est un tissu de sottises… Moi-même et des centaines d’anciens autour de moi en ont vu la pompe, les parades et la gloire; et qu'est-ce que c'est ? C'est un airain qui résonne et une cymbale qui retentit ; il est aussi corrompu que l'enfer; et le diable ne pouvait pas inventer de meilleur moyen pour diffuser son œuvre que le christianisme du dix-neuvième siècle [24]. »

George Q. Cannon : Après l’organisation de l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, il n’y avait que deux églises sur la terre. Elles s’appelaient respectivement l'Église de l'Agneau de Dieu et Babylone. Les diverses organisations qui sont appelées églises dans la chrétienté, quoique différentes entre elles par leurs credo et leur organisation, ont une origine commune. Elles appartiennent à Babylone [25]. »

Bruce R. McConkie : « L'Église catholique romaine en particulier – choisie, mise à part, décrite et désignée comme étant ‘la plus abominable par-dessus toutes les autres Églises’ (1 Néphi 13:5) [26]. »

Au premier abord, ces citations peuvent donner l’impression que les premiers saints des derniers jours ne se considéraient pas comme « chrétiens ». Ce serait cependant une conclusion prématurée si l’on ne tient pas compte d’une diversité d’autres détails qui vont en sens contraire. Nous traiterons sous peu cette thèse erronée. Pour le moment, nous nous concentrons sur la question : Les saints des derniers jours croient-ils que les autres églises chrétiennes sont dépourvues de lumière spirituelle ? Peterson et Ricks notent :

« Ce que le Seigneur a dit à Joseph Smith dans le bosquet, c’était que les églises et les credo de 1820 étaient défectueux et déformés par l'erreur. Il n'a pas dit qu'ils étaient entièrement, totalement mauvais (puisqu'ils conservaient beaucoup de vérités), et il n'a pas dit non plus que toutes les églises chrétiennes sans exception seraient toujours dans l’erreur... Il n'a pas dit que le christianisme, en tant que tel, est faux [27]. »

Les détracteurs, qui veulent présenter les mormons comme hostiles aux autres chrétiens, ne tiennent pas compte des citations des premiers dirigeants de l’Église qui reconnaissent que les chrétiens véritables de toutes les confessions ont une partie de la vérité.

B. H. Roberts : « Qu’il soit bien compris que nous ne sommes pas nécessairement amenés à une situation d’antagonisme avec les sectes diverses du christianisme en tant que tel. Dans la mesure où elles ont conservé des fragments de vérité chrétienne – et chacune d'elles a une certaine mesure de la vérité – dans cette même mesure elles sont acceptables pour le Seigneur ; et ce serait une mauvaise politique de notre part que de lutter contre elles sans discrimination. Là où nous trouvons la vérité, qu’elle existe sous une forme complète ou seulement fragmentaire, nous reconnaissons cette vérité comme faisant partie de l’ensemble sacré dont l'Église de Jésus-Christ est la gardienne... Tout ce qui contribue à la vérité, à la justice, est de Dieu; cela constitue le royaume de la justice – l’empire de Jéhovah; et dans un certain sens au moins, constitue l'Église du Christ. Nous n’avons pas de querelle avec cette dernière, qui est le royaume de la justice. Au contraire, l'esprit des commandements que le Seigneur a donnés à ses serviteurs et ce que nous dicte le bon sens nous invitent à agrandir ce royaume de la justice en reconnaissant les vérités qu’il possède et en recherchant l'amitié et la coopération des hommes et des femmes intègres qui le composent [28]. »

Brigham Young : « Je tiens à dire que beaucoup [de membres du monde chrétien] ont eu des révélations de Dieu, mais ils n'avaient pas les clefs, les droits, la connaissance et le système de la religion de Dieu. John Wesley était un homme de bien, ainsi que des milliers d'autres. Seront-ils sauvés ? Ils sont sauvés. Vous savez ce qu’est ma doctrine à ce sujet. Tout homme sera jugé selon les actes accomplis dans le corps [29]. »

Brigham Young : « Tous les fils et toutes les filles d'Adam qui vivent au mieux de la lumière et de la connaissance qu’ils ont, sont, quand ils vont dans le monde des esprits, heureux dans la mesure de leur fidélité. Par exemple, pensez à nos réformateurs; prenez les meilleurs spécimens de réformateurs que nous ayons, qui sont tout le temps pleins de gloire et de bonheur et pleins de louanges à l’égard du Seigneur – qui se réunissent souvent, chantent, prient, prêchent et crient et rendent grâce au Dieu Tout-Puissant ; dans un grand nombre de cas et dans une grande mesure, ils ont avec eux un bon esprit, qui est l'Esprit du Seigneur, ou la Lumière du Christ, qui éclaire le monde.

« ... Quoi ! Ils jouissent de l'Esprit du Seigneur ? Oui, chaque homme, chaque femme, selon leur foi et la connaissance qu’ils ont en leur possession. Ils jouissent de la bonté de leur Père céleste. Reçoivent-ils l'Esprit du Seigneur ? Oui et ils jouissent de sa lumière, marchent dans sa lumière et s'en réjouissent.

« Quel sera leur état dans l’au-delà ? Tous les méthodistes fidèles qui ont vécu à la hauteur de leur religion et se sont fidèlement acquittés de ses exigences, au mieux de la lumière qu'ils avaient, faisant du bien à tous et du mal à personne, ne faisant de tort à personne sur la terre, honorant leur Dieu autant qu’ils le savaient, auront un ciel aussi grand qu’ils l’ont espéré dans la chair, beaucoup plus grand même. Tous les presbytériens, tous les quakers, tous les baptistes, tous les catholiques romains, tous les réformateurs, quels que soient leur catégorie ou leur niveau, qui vivent au mieux de la lumière qu’ils ont et n’ont jamais eu l’occasion de recevoir une plus grande lumière que celle qui est en leur possession connaîtront et jouiront de tout ce pour quoi ils vivent.

« Je vous dis la vérité telle qu’elle est et vous pourrez l’écrire si vous le voulez et le qualifier de révélation si vous le voulez. Mais cela a été révélé avant que je le révèle ici aujourd'hui. Telle est la situation du christianisme après la mort [30]. »

John Taylor : « J'allais dire que je ne suis pas un universaliste, mais j’en suis un, et je suis aussi un presbytérien, un catholique romain et un méthodiste, bref, je crois à tous les principes vrais dont sont pénétrées toute personne, toute secte et je rejette ce qui est faux. S'il y a une vérité dans le ciel, sur la terre ou en enfer, je veux la faire mienne, peu importe la forme sous laquelle elle se présente à moi, qui me l’apporte ou qui y croit, qu’elle soit populaire ou impopulaire. La vérité, la vérité éternelle, je souhaite m’en imprégner et en jouir [31]. »

Lorenzo Snow : Nous voyons la providence de Dieu en toutes choses; nous la voyons en ce qu’il a suscité différentes communautés et institutions dans le monde pour le profit général et universel de l’humanité. Nous voyons la providence de Dieu dans le fait qu’il a suscité un Luther et un John Wesley; nous voyons la providence de Dieu dans toutes les organisations et communautés chrétiennes... [32]. »

Tout en constatant qu’il y a une différence entre « posséder le Saint-Esprit » et « posséder l'Esprit de Dieu », Lorenzo Snow reconnaissait que « tous ceux qui ont le cœur honnête, qui vivent au mieux selon la lumière qu'ils ont » peuvent posséder « l'Esprit de Dieu ».

« Toutes les Églises chrétiennes l’ont, celles qui cherchent la vérité et la justice. Les baptistes, s'ils sont honnêtes, l'ont; il en va de même des presbytériens et des méthodistes; c’est finalement vrai de toutes les nations chrétiennes et païennes… Nous pouvons voir la providence du Tout-Puissant dans le fait qu’il a suscité des personnes pour fonder des organisations religieuses et nous y voyons l’action de l'Esprit de Dieu dans l'intérêt général du genre humain. Nous considérons George Washington, le père de notre pays, comme un instrument inspiré du Tout-Puissant ; nous voyons l'Esprit agir sur lui… Nous voyons non seulement ce que les baptistes, les méthodistes, les quakers, les shakers, les presbytériens et les campbellites voient – la main de Dieu agissant sur eux, mais nous pouvons voir la main du Tout-Puissant fonder un royaume dont a parlé Daniel le prophète dans un lointain passé… [33]. »

Les saints des derniers jours croient qu'il y a eu une apostasie – que le christianisme biblique s’est corrompu à cause d’influences venues de l'extérieur – néanmoins ils reconnaissent que les justes de partout reçoivent les bénédictions et l'inspiration du Seigneur. Comme Gordon B. Hinckley, qui est le prophète et président actuel de l’Église, l’a dit :

« Il y a des gens d’autres religions qui ne nous considèrent pas comme des chrétiens. Ce n'est pas important. C’est ce que nous pensons de nous-mêmes qui est important. Nous admettons volontiers qu’il y a des différences entre nous. S’il n’en était pas ainsi, le rétablissement de l'Évangile n’aurait pas été nécessaire... Nous pouvons et nous devons respecter les autres religions. Nous devons reconnaître tout le bien qu’elles font. Nous devons apprendre à nos enfants à être tolérants et amicaux avec ceux qui ne sont pas de l’Église. Nous pouvons et nous devons travailler aux côtés de ces personnes pour défendre les valeurs qui font la grandeur de notre civilisation et de notre société… Mais dans tout cela nous ne transigeons pas sur notre doctrine. Nous n'avons pas besoin de le faire et nous ne devons pas le faire. Nous créons des liens en œuvrant ensemble [34]. »

Même le Livre de Mormon, qui est propre à l’Église, explique :

« C'est pourquoi, tout ce qui est bien vient de Dieu; et ce qui est mal vient du diable; car le diable est ennemi de Dieu, et le combat continuellement, et invite et incite continuellement à pécher et à faire ce qui est mal. Mais voici, ce qui est de Dieu invite et incite continuellement à faire ce qui est bien; c'est pourquoi, tout ce qui invite et incite à faire le bien, et à aimer Dieu, et à le servir, est inspiré de Dieu (Moroni 7:12-13). »

2. Les saints des derniers jours ont-ils frappé les premiers ? Les premiers antimormons ne faisaient-ils que se défendre contre les agresseurs mormons ?

« Tout effort pour démontrer que la doctrine mormone n’est pas biblique n'est pas une attaque, mais simplement un cas de défense de la foi chrétienne. Voyez-vous, c’est Joseph Smith, le fondateur du mouvement des saints des derniers jours, qui a été le premier à attaquer... [35]. »

« Les mormons demandent souvent aux chrétiens : ‘Pourquoi nous attaquez-vous ?’ En fait, les chrétiens ne font que répondre aux attaques mormones. C'est le mormonisme qui a été le premier à créer le problème et qui a attaqué le christianisme et ce n’est pas encore fini. Les mormons n’accordent-ils pas aux chrétiens ce qu’ils se réservent, la défense de leur religion ?... Alors, qui a commencé ? [36] »

Comme nous l’avons déjà noté, cette affirmation est basée sur la version de 1838 de la première vision que Joseph Smith a eue en 1820, dans laquelle le Christ qualifie les credo chrétiens d’ « abomination[s]. » Le problème est que le récit dicté en 1838 n'a été publié qu’en 1842, juste deux ans avant la mort de Joseph. Les faits montrent que la vision de Joseph était considérée à l'époque comme « une expérience privée ». « Ni Smith, ni les missionnaires mormons ne parlaient beaucoup de la vision dans les premiers temps du mormonisme [37]. »

Joseph ne mit sa vision de 1820 par écrit qu’en 1832 et la première fois que des détails en ont été publiés, c’était en 1835. « L'histoire de la première vision de Joseph », note Givens, « a pu prendre des années pour faire la transition entre le récit d’une conversation privée à une annonce publiquement proclamée de la nouvelle dispensation de l'Évangile [38]. » L’historien Richard L. Bushman note que, selon les documents dont nous disposons, Joseph a donné peu de détails sur sa vision aux autres – même aux membres de sa famille [39]. » Étant donné que les détails de la Première Vision n’étaient pas généralement connus dans les premiers temps du mormonisme, il est curieux que Joseph ait été persécuté simplement à cause de la rumeur selon laquelle il prétendait avoir conversé avec la Divinité.

Dès le départ, il y en a eu qui en ont voulu à la vie de Joseph. Sa mère se souvient d’un incident où un tireur avait fait feu sur Joseph et l’avait manqué et touché une vache qui se trouvait tout près [40]. Alexander Campbell, fondateur des Disciples du Christ, a écrit et publié la première brochure antimormone en 1831, quatre ans avant que la Première Vision de Joseph ne soit publiée. Campbell, pasteur chrétien, attaque le Livre de Mormon, mais ne fait nulle part allusion à la Première Vision ni au fait qu’il écrit une « défense » contre une attaque mormone contre le christianisme.

En 1834, un an encore avant que la première version que la vision de Joseph ne soit publiée, E. D. Howe publiait le premier livre antimormon, Mormonism Unvailed (sic). Comme Campbell, Howe se concentre essentiellement sur le Livre de Mormon. Et bien que son livre contienne ce qui est censé être des citations et des souvenirs des voisins de Joseph, ces rapports ont été écrits pour discréditer la réputation de Joseph et il n’y en a pas un qui parle de la Première Vision, ni ne mentionne que Joseph ait soi-disant attaqué le premier « le christianisme ». Je n'ai pas fait de recherches exhaustives sur les publications antimormones d’avant 1835, mais je n’en ai pas encore trouvé dans les premiers écrits antimormons (de 1835 ou même plus tard) qui accusent Joseph d’attaquer « le christianisme ». Cette affirmation est sans doute l'invention des détracteurs modernes qui souhaitent justifier ou minimiser leurs attaques contre la religion des saints des derniers jours.

3. La prétention des saints des derniers jours a être chrétiens est-elle une invention récente ? Les premiers saints des derniers jours niaient-ils que les mormons étaient chrétiens ou ont-ils intentionnellement essayé de se distinguer comme non-chrétiens ?

Ironie des choses, certains antimormons prétendent que les saints n’ont décidé que récemment de se donner l’air d’être chrétiens à des fins de prosélytisme.

« Les premiers prophètes et dirigeants mormons ont fait des déclarations TRÈS claires expliquant que leur Église N'ÉTAIT PAS une confession chrétienne [41].

« Selon Michel J. Davis, professeur de physiologie médicale à la Texas A&M University et ancien mormon, ‘l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours a récemment fait de grands efforts pour se donner pour une confession chrétienne’, un changement par rapport à ses prises de position passées [42]. »

« Ces dernières années, les dirigeants mormons... ont essayé d’aligner les enseignements et les pratiques publiques des saints des derniers jours sur ceux d’un œcuménisme global et politiquement correct. Mais ce n’est que récemment que les mormons ont voulu être appelés ‘chrétiens’... L'Église mormone a dépensé des millions de dollars dans une campagne de relations publiques intense visant à amener l'Église mormone dans le courant principal du christianisme. Les avantages politiques et économiques de l’insertion des mormons dans le courant principal du christianisme sont évidents. En outre, le fait pour les mormons d’être acceptés comme chrétiens traditionnels les aiderait beaucoup dans leur prosélytisme auprès des membres des confessions chrétiennes pour les convertir à l’Église mormone. C'est pour cette raison que celle-ci fait tant d’efforts pour se présenter comme chrétienne et essaie de se débarrasser de son image de secte [43]. »

Mais est-ce que ceci est véritablement exact ? Comme nous l’avons relevé précédemment, les saints des derniers jours admettent qu’il y a des différences doctrinales entre les mormons et les autres chrétiens, mais les premiers mormons croyaient-ils qu'ils étaient non chrétiens ? En citant des passages soigneusement choisis dans les anciens sermons prononcés dans l’Église, les détracteurs donnent l’impression que les premiers mormons dénonçaient le « christianisme » comme étant dépravé. Toutefois, comme nous l’avons déjà fait remarquer, c'est une caricature de la théologie véritable des saints des derniers jours à l’égard les autres cultes. Les premiers saints des derniers jours qualifiaient parfois les autres cultes chrétiens de « soi-disant christianisme » ou de « gens professant être chrétiens. » Brigham Young, par exemple, parle des « frères chrétiens qui n'appartiennent pas à l'Église des derniers jours [44]. »

Les mormons ne se considéraient pas (et ne se considèrent toujours pas) comme non chrétiens, mais estimaient que beaucoup d'autres chrétiens rejetaient certaines doctrines chrétiennes.

« Si vous demandez, a dit Brigham Young, pourquoi nous différons des autres chrétiens, comme on les appelle, c’est simplement parce qu'ils ne sont pas chrétiens dans le sens dans lequel le Nouveau Testament définit le christianisme [45]. » « Nous différons du christianisme moderne, a également noté Parley P. Pratt, mais pas de la Bible [46]. » Les premiers dirigeants de l’Église qualifiaient souvent leur religion de « chrétienne » et les confessions autres que l’Église d’ « autres chrétiens ». En voici quelques exemples :

Heber C. Kimball : « Maintenant, mes frères, ne soyez pas des serviteurs en apparence, ne soyez pas simplement des chrétiens et des saints pendant que vous êtes ici, mais soyez des saints quand vous êtes chez vous, dans vos chambres secrètes, dans votre famille, etc. Quand vous travaillez, soyez des saints et travaillez pendant ce qui est appelé ‘aujourd’hui’, vous ne sauriez en faire trop [47]. »

Brigham Young : « Parents, vous qui continuez à mener la vie de vrais chrétiens et êtes remplis de foi, de vertu et de bonnes œuvres, je vous promets, au nom du Dieu d'Israël, que vous aurez vos enfants et qu’aucun pouvoir ne peut vous priver d'eux; car tous seront sauvés, à l’exception des fils de perdition [48]. »

Brigham Young :: « Viens, mon frère presbytérien ; venez, mes frères qui vous réclamez de toutes les confessions qui existent depuis longtemps et se sont distinguées dans le monde, qui êtes qualifiés d’ « ORTHODOXES » ; venez, nous sommes tous de bons chrétiens. Je ne trouve rien à redire chez vous – pourquoi trouveriez vous à redire chez moi ? [49] »

Brigham Young : « Nous, chrétiens, désirons être sauvés dans le royaume de Dieu [50]. »

L’accusation que les saints des derniers jours ne sont pas chrétiens a été lancée contre les premiers saints aussi bien que contre les mormons modernes. Henry W. Naisbitt, au dix-neuvième-siècle, a répondu à cette accusation:

« À la surprise de beaucoup de personnes, les saints des derniers jours se qualifient de chrétiens. En dépit de l’opposition qu’ils ont rencontrée, en dépit des préjugés contre lesquels ils ont dû lutter, en dépit de l'ignorance qui se manifeste partout à leur égard et à l’égard de leurs institutions, ils affirment être chrétiens ou disciples du Christ; et en prenant ce titre, ils l'acceptent avec tout ce qu’il implique... et même si leurs prétentions au christianisme ou au qualificatif de chrétiens sont ignorées, contestées ou rejetées par d'autres, ils n’en sont pas moins largement capables de prouver que leur position est correcte... [51]. »

La citation de Naisbitt démontre – quoi qu’en disent les détracteurs – que les prétentions mormones à être chrétiens ne sont pas une invention récente.

4. Pourquoi les saints des derniers jours parleraient-ils durement des autres confessions chrétiennes ?

Les déclarations excessives que l’on trouve dans le Journal of Discourses ont été faites après que les saints ont été chassés de multiples fois de chez eux par des émeutiers qui avaient souvent à leur tête des pasteurs « chrétiens ». « Nous, les chrétiens, a expliqué Brigham Young, nous croyons en Dieu, au Christ et en son Expiation, au repentir et à l'obéissance, et à la réception de l'Esprit; mais quels sont les faits ? Nous sommes persécutés, notre nom est rejeté comme étant mauvais, le monde s’est ligué contre nous. Et qui est à la tête de cela ? Les chrétiens [52]. »

Wilford Woodruff : « La Présidence actuelle de L’Église... a travaillé inlassablement pendant des années pour sauver les enfants des hommes. Et qu'avons-nous reçu en retour de la part du monde chrétien ? Il nous a chassés de chez nous, il nous a frappés et nous a dépouillés des droits qui sont chers et extrêmement sacrés à l’homme, jusqu’à ce que nous soyons finalement chassés des frontières du monde dit civilisé dans le désert... »

Orson Pratt : « Nous constatons que [les autres chrétiens ont]... été la grande influence qui a été à l’origine de toutes les persécutions qui se sont abattues sur les saints des derniers jours depuis l'organisation de l’Église. Combien de prédicateurs étaient rassemblés dans l’ouest du Missouri, au moment où nous avons été chassés de l'État, pour donner leur avis dans une soi-disant cour martiale pour que l’on fasse sortir une quinzaine ou une vingtaine de dirigeants de ce peuple et les fasse fusiller le lendemain matin sur la place publique ? Il n'y avait pas moins de dix-sept prêtres pour recommander cette mesure [54]. »

Brigham Young affirmait que « nos frères chrétiens bien-aimés » avaient tué les Prophètes « et massacré et causé d’autres manières encore la mort de milliers de saints des derniers jours... ». Ces pasteurs chrétiens, remarque-t-il, « ont remercié le Dieu dans leurs prières et leurs actions de grâces du haut de la chaire » d’avoir « pillé, chassé et tué » les saints des derniers jours [55].

George A. Smith : « Lorsque nous avons commencé à prêcher l'Évangile au monde sans bourse ni sac, sans argent ni salaire, ces pasteurs ont généralement été les premiers à faire un tollé, à nous enduire de goudron et de plumes et à nous jeter des oeufs pourris, à nous chasser de chez nous et à détruire nos maisons ; au milieu de tous les émeutiers, depuis le commencement jusqu’à la fin des persécutions, se sont trouvés des hommes professant être ministres de l'Évangile; et bien que les confessions auxquelles ils appartenaient n’aient pas été disposées à persécuter, ils les ont déshonorées en prenant part à de tels actes. On dit que les hommes qui ont mis à mort le Sauveur croyaient qu’ils rendaient service à Dieu, et il est probable que les ministres, les gens professant une religion et d'autres, qui, le visage noirci, ont entouré la prison de Carthage et ont assassiné de sang-froid le Prophète et le Patriarche de l'Église, Joseph et Hyrum Smith, pensaient qu'ils rendaient également service à Dieu, alors qu’ils se rendaient coupables des meurtres les plus brutaux et les plus honteux jamais commis sur la terre [56]. »

Résumé

Le fait que le christianisme en général était tombé dans l'apostasie et que les ministres chrétiens avaient souvent été les instigateurs des persécutions contre les saints des derniers jours a donné lieu de temps en temps à des réflexions méprisantes dans certains des discours des premiers saints des derniers jours. Ceux-ci n’ont lancé aucune attaque contre le christianisme. Étant eux-même chrétiens, les dirigeants de l’Église ont reconnu que Dieu aime tous ses enfants et que les différentes confessions ont la vérité à des degrés divers. Ces vérités contribuent à enrichir la vie de ceux qui y adhèrent. Néanmoins, les autorités de l’Église ont également fait ressortir le fait que la plénitude de l'Évangile a disparu de la terre, mais a été rétablie en ces derniers jours.

NOTES

1.http://www.contenderministries.org/mormonism php
2.http://www.apologeticsresearch.org/articles/ Our Position.html
3.http://www.geocities.com/christianwitnesses/ LDS Attack.html
4. http://www.eriebarger.com/mormon_jesus.htm
5. Joseph Smith-Histoire, v. 19.
6. Id.
7.http://www.freedomquestministries.org/studyguides/ mormonism/I4questions.htm
8. Noah Webster, An American Dictionary of the English Language (1828).
9. Voir Barry R. Bickmore, Restoring the Ancient Church: Joseph Smith and Early Christianity, Ben Lomond, Californie, Foundation for Apologetic Information and Research (FAIR), 1999.
10. Gary P. Gillum, « Creeds », Encyclopedia of Mormonism, publiée par Daniel H. Ludlow, New York, Macmillan Publishing Company, 1992, 1:343.
11. Joseph Smith, History of the Church of Jesus Christ of Latter-day Saints, Vol. 6, Salt Lake City, Deseret Book Company, 1978, p. 57.
12. Noah Webster, An American Dictionary of the English Language (1828).
13. Jefferson ne croyait même pas aux miracles mentionnés dans la Bible. Voir D. Michael Quinn, Early Mormonism and the Magic World View, edition revue et augmentée, Salt Lake City, Signature Books, 1998, p. 9.
14. Saul K. Padover, Thomas Jefferson on Democracy, New York City, New American Library, 1939, pp. 122-123, cite dans Gilbert Scharffs, The Truth About « The God Makers », Salt Lake City, Publisher's Press, 1986, p. 294.
15. Roger Williams, le dirigeant méthodiste, par exemple, croyait que l’Église anglicane était “fille… de la grande prostituée de Rome. » [Dan Vogel, Religious Seekers and the Advent of Mormonism, Salt Lake City, Signature Books, 1988, p. 61.
16. Joseph Smith–Histoire, v. 21.
17. Quinn, Early Mormonism and the Magic World View, p. 8.
18. La Roy Sunderland, Mormonism Exposed and Refuted, Piercy and Reed Printers, New York, 1838, v.
19. Henry Caswall M.A., The Prophet of the Nineteenth Century, St. Paul's Church Yard, Londres, 1843, p. 102.
20. Daniel C. Peterson et Stephen D. Ricks, Offenders for a Word: How Anti-Mormons Play Word Games to Attack the Latter-day Saints, Salt Lake City, Aspen Books, 1992.
21. Brigham Young, « Nebuchadnezzar's Dream, Etc. », Journal of Discourses, rapporté par G.D. Watt, 26 juillet 1857, Vol. 5, Londres, Latter-Day Saint's Book Depot, 1857, p. 73.
22. Brigham Young, « Persecution – The Kingdom of God, Etc. » Journal of Discourses, rapporté par G.D. Watt, 7 octobre 1860, Vol 8, Londres, Latter-Day Saint's Book Depot, 1861, p. 199.
23. John Taylor, « `The Kingdom of God or Nothing' », Journal of Discourses, rapporté par G.D. Watt 1er novembre 1857, Vol. 6, Londres, Latter-Day Saint's Book Depot, 1859, p. 25.
24. John Taylor, « Blessings of the Saints, Etc. », Journal of Discourses, rapporté par J.V. Long 17 janvier 1858, Vol. 6, Londres, Latter-Day Saint's Book Depot, 1859, p. 167.
25. George Q. Cannon, Gospel Truth, Salt Lake City, Deseret Book Company, 1987, p. 324.
26. Bruce R. McConkie, Mormon Doctrine, Salt Lake City, Bookcraft, 1958, p. 129. On trouvera de plus amples details sur le mythe selon lequel les saints des derniers jours croient que l’Église catholique est « la grande et abominable église », voir Michael R. Ash, « Is the `Great and Abominable Church' the Catholic Church? » sur http:// www.mormonfortress.com/gal.html
27. Peterson et Ricks, Offenders for a Word, pp. 170-17 1.
28. B.H. Roberts, Defense of the Faith and the Saints, 2 vols., Salt Lake City, Deseret News, 1907, 1:34.
29. Brigham Young, « Approval of the Proceedings, Etc. », Journal of Discourses, rapporté par GD. Watt 9 août 1857, Vol. 5, Londres, Latter-Day Saint's Book Depot, 1857, p. 128.
30. Brigham Young, « Extensive Character of the Gospel, Etc. », Journal of Discourses, rapporté par G.D. Watt 15 août 1852, Vol. 6, Londres, Latter-Day Saint's Book Depot, 1859, pp. 292-293. Dans le même sermon, Young explique, en outre, que les non-chrétiens justes hériteront de même un degré de gloire. « Sera-ce une gloire ? demanderez-vous. Oui. Gloire, gloire, gloire à notre Père céleste miséricordieux ; car la gloire la plus petite mentionnée dans cette vision donnée à Joseph Smith, fils, et à Sidney Rigdon est indescriptible : elle est si grande et si exquise qu’elle se situe totalement au-delà de la perception des mortels. »
31. John Taylor, « Motives and Feelings of the Saints, Etc. », Journal of Discourses, rapporté par G.D. Watt 12 juin 1853, Vol. 1, Londres, Latter-Day Saint's Book Depot, 1854, p. 155.
32. Lorenzo Snow, « Progression, Etc. », Journal of Discourses, rapporté par David W. Evans 14 janvier 1872, Vol. 14, Londres, Latter-Day Saint's Book Depot, 1872, pp. 301-302.
33. Lorenzo Snow, « Progression, Etc. », Journal of Discourses, rapporté par David W. Evans 14 janvier 1872, Vol. 14, Londres, Latter-Day Saint's Book Depot, 1872, pp. 304-305.
34. Gordon B. Hinckley, « Nous témoignons de lui », L’Étoile, juillet 1998, p. 4.
35.http://www.mission.org/jesuspeople/mormatak.htm
36. http://www.gospelcom.net/apologeticsindex/ cpoint I0-8.html
37. Terryl L. Givens, By the Hand of Mormon: The Ancient Scripture that Launched a New World Religion, New York City, Oxford, 2002, p. 10.
38. Ibid., p. 84.
39. Richard L. Bushman, Joseph Smith and the Beginnings of Mormonism, Chicago, University of Illinois Press, 1984, p. 56.
40. Lucy Mack Smith, History of Joseph Smith by His Mother, Lucy Mack Smith, Salt Lake City, Bookcraft, 1945, pp. 67-68.
41.http://www.leaderu.com/offices/michaeldavis/docs/mormonism/christian.html, italiques dans l’original.
42. http://www.leaderu.com/focus/mormon02.html
43.http://www.rapidnet.com/jbeard/bdm/Cults/mormon.htm
44. Brigham Young, « Ideas Entertained Respecting God, Etc. », Journal of Discourses, rapporté par G.D. Watt 31 juillet 1864, Vol. 10, Londres, Latter-Day Saint's Book Depot, 1865, p. 319.
45. Brigham Young, « Advice to California Emigrants, Etc. », Journal of Discourses, rapporté par G.D. Watt 8 juillet 1863, Vol. 10, Londres, Latter-Day Saint's Book Depot, 1865, p. 230.
46. Parley P. Pratt, « Mormonism », Journal of Discourses, rapporté par G.D. Watt 10 juillet 1853, Vol. 1, Londres, Latter-Day Saint's Book Depot, 1854, p. 308.
47. Heber C. Kimball, « Exhortation to Faithfulness », Journal of Discourses, rapporté par G.D. Watt 18 avril 1852, Vol. 3, Londres, Latter-Day Saint's Book Depot, 1856, pp. 21-22.
48. Brigham Young, « Re-organization of the High Council, Etc. », Journal of Discourses, rapporté par G.D. Watt 8 Octobre 1859, Vol. 7, Londres, Latter-Day Saint's Book Depot, 1860, p. 336.
49. Brigham Young, « Effects and Privileges of the Gospel, Etc. », Journal of Discourses, rapporté par G.D. Watt 24 juillet 1853, Vol. 1, Londres, Latter-Day Saint's Book Depot, 1854, p. 237.
50. Brigham Young, « Beneficial Effects of Polygamy », Journal of Discourses, rapporté par G.D. Watt 19 août 1866, Vol. 11, Londres, Latter-Day Saint's Book Depot, 1867, p. 269.
51. Henry W. Naisbitt, « The Latter-day Saints are True Christians », Journal of Discourses, rapporté par John Irvine 7 juin 1885, Vol. 26, Londres, Latter-Day Saint's Book Depot, 1886, p. 230.
52. Brigham Young, « Riches, Etc. », Journal of Discourses, rapporté par David W. Evans 26 mai 1872, Vol. 15, Londres, Latter-Day Saint's Book Depot, 1873, p. 42.
53. Wilford Woodruff, « Blessings of the Saints, Etc. », Journal of Discourses, rapporté par G.D. Watt 6 décembre 1857, Vol. 6, Londres, Latter-Day Saint's Book Depot, 1859, p. 117. Voir aussi Brigham Young, « The Word of Wisdom-Spiritualism », Journal of Discourses, rapporté par David W. Evans 30 octobre 1870, Vol. 13, Londres, Latter-Day Saint's Book Depot, 1871, p. 279, et John Taylor, « Continued Revelation », Journal of Discourses, rapporté par David W. Evans 17 mars 1872, Vol. 14, Londres, Latter-Day Saint's Book Depot, 1872, p. 359.
54. Orson Pratt, « Personal Reminiscences and Testimony, Etc. », Journal of Discourses, rapporté par G.D. Watt 10 juillet 1859, Vol. 7, Londres, Latter-Day Saint's Book Depot, 1860, p. 184.
55. Brigham Young, « Intelligence, Etc. », Journal of Discourses, rapporté par G.D. Watt 9 octobre 1859, Vol. 7, Londres, Latter-Day Saint's Book Depot, 1860, p. 289.
56. George A. Smith, « The Lord's Supper, Etc. », Journal of Discourses, rapporté par David W. Evans 13 août 1871, Vol. 14, Londres, Latter-Day Saint's Book Depot, 1872, p. 215.
 

 

 

 

l Accueil l Écritures l Livres l Magazines l Études l Médias l Art l